Jean-François Copé veut "un nouveau 1958" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Jean-François Copé appelle François Hollande à "regarder son échec en face".
Jean-François Copé appelle François Hollande à "regarder son échec en face".
©Reuters

6e République

Jean-François Copé veut "un nouveau 1958"

Le président de l'UMP s'est exprimé dans une tribune publiée samedi 4 mai dans Le Figaro.

Dans une tribune publiée samedi 4 mai dans Le Figaro, le président de l'UMP Jean-François Copé estime que "la France a besoin d'un nouveau 1958". "En 1958, certains pensaient que (l'Hexagone) était condamné à l'écrasement, prise entre deux blocs et trahie par des élites à bout de souffle. Le général de Gaulle a montré que la France avait toujours les ressorts pour repartir à l'offensive", écrit le président de l'UMP.

Le patron de l'UMP, à la veille du jour anniversaire de l'élection de François Hollande, se montre offensif à l'égard du président de la République. "Tous les grands engagements de François Hollande ont tourné au fiasco", estime-t-ilIl a également affirmé que François Hollande devait "dire la vérité aux Français, au lieu de les tromper avec des slogans et de fausses promesses", après la publication par Bruxelles de mauvaises prévisions pour la France en 2013 et 2014.

Par ailleurs, Jean-François Copé prône le lancement de "quatre grandes batailles" : "la bataille de l'économie en renforçant le couple école-entreprise au lieu de les opposer", "la bataille de l'autorité", celle des "institutions, pour réformer en urgence, sur la base d'un contrat clair avec les Français", et enfin, "la bataille de l'Europe, une Europe qui protège, une Europe des solutions".

Le président de l'UMP tiendra un meeting à Nîmes lundi, jour anniversaire de l'élection de François Hollande.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !