Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
La présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen.
La présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen.
©Christophe ARCHAMBAULT / AFP

Affaire

Emplois fictifs au Front national : un rapport de police accuse Marine Le Pen

Un rapport de police dévoilé par le JDD montre que Marine Le Pen, la présidente du Rassemblement national, était l'organisatrice et la bénéficiaire d'un système d'emplois fictifs d'assistants parlementaires.

Le rapport des policiers de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), rédigé après cinq ans d'enquête et dévoilé par le Journal du Dimanche ce 16 mai, est "accablant", selon l'heddomadaire. Il montre que le Rassemblement national (RN) a "par l'intermédiaire de ses cadres et dirigeants, mis en place un système organisé frauduleux de détournement des fonds européens à son profit, par le biais d'emplois fictifs d'assistants parlementaires".

Le document de 98 pages est daté du 15 février et a été adressé à la juge d'instruction parisienne Claire Thépaut, précise le jorunal. Les enquêteurs y déclarent disposer de suffisamment d'éléments probants pour que 17 dirigeants, élus et proches du parti ­d'extrême droite soient poursuivis pour "détournement de fonds publics" ou recel de ce délit – l'instruction visant aussi le soupçon d'"escroquerie en bande organisée".

Les accusations concernent la prise en charge, sur les fonds du Parlement européen, d'assistants parlementaires dont l'activité ne profitait en fait qu'au Front national puis au Rassemblement national. Le montant total des sommes ainsi perçues atteint 6,8 millions d'euros, selon les enquêteurs qui notent que si cette organisation remonte à l'époque où le parti était dirigé par Jean-Marie Le Pen, elle a pris de l'ampleur sous la présidence de Marine Le Pen.  Cette dernière, mise en examen, est désignée comme l'instigatrice et la bénéficiaire de ce système.

"Le JDD, organe officiel du pouvoir macroniste, ressort la même sempiternelle affaire des assistants parlementaires, comme à chaque élection. Rien de neuf sous le soleil, sauf peut-être des bons sondages en vue ?", a réagit la présidente du Rassemblement national dans un tweet.

À Lire Aussi

"Juste une musulmane voilée" ? : le lourd pédigrée de la candidate LREM de Montpellier
Le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !