"Ecoles du futur": Emmanuel Macron souhaite généraliser l’expérience menée à Marseille et annonce le retour des mathématiques en option en première dès la rentrée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Education
Emmanuel Macron et Pap Ndiaye étaient en visite à Marseille ce jeudi dans le cadre d'un déplacement sur le thème de l'éducation.
Emmanuel Macron et Pap Ndiaye étaient en visite à Marseille ce jeudi dans le cadre d'un déplacement sur le thème de l'éducation.
©Sebastien NOGIER / POOL / AFP

Education Nationale

"Ecoles du futur": Emmanuel Macron souhaite généraliser l’expérience menée à Marseille et annonce le retour des mathématiques en option en première dès la rentrée

Le chef de l'Etat s'est rendu ce jeudi dans une école de Marseille, avec le nouveau ministre de l'Education nationale, Pap Ndiaye.

En visite ce jeudi 2 à Marseille dans une école "laboratoire" testant une expérimentation, Emmanuel Macron a indiqué que l'ambition dans les prochains mois était d'étendre cette approche "partout sur le territoire".

Lors d'une prise de parole en marge d'un déplacement à Marseille, le président de la République a aussi annoncé le retour des mathématiques "en option" en classes de  première dès la rentrée prochaine.

Le dispositif déployé à Marseille consiste à mettre des moyens tout en donnant aussi "plus de liberté pédagogique aux enseignants", a expliqué Emmanuel Macron en présence de Pap Ndiaye dans l'école Menpenti de Marseille.

"C'est une volonté de retrouver le sel de notre école républicaine, c'est-à-dire face à tous les défis qui sont les nôtres et qui sont très différents d'un territoire à l'autre", a indiqué le chef de l'Etat après avoir visité le laboratoire de mathématiques mis en place dans cette école, l'une des 59 sélectionnées à Marseille pour mener à bien un projet spécifique avec la possibilité pour le directeur de participer au choix de son équipe.

Le président a tenu à adresser un message aux enseignants présents : 

"On a besoin de mettre plus de moyens mais aussi de donner plus de libertés à ceux qui font en leur donnant la possibilité de faire comme vous en avez donné un échantillon".

Les syndicats d'enseignants s'inquiètent d'une possible école à deux vitesses entre celles dotées de projets et de budget supplémentaires et les autres. Ils réclament surtout des moyens pérennes partout et mettent en garde sur une extension de cette approche.

BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !