Ebola : le virus coûtera entre 1 et 1,5 point de PIB aux pays touchés, Air France annule ses vols vers la capitale de la Sierra Leone | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Ebola : le virus coûtera entre 1 et 1,5 point de PIB aux pays touchés, Air France annule ses vols vers la capitale de la Sierra Leone
©

Escalade

Ebola : le virus coûtera entre 1 et 1,5 point de PIB aux pays touchés, Air France annule ses vols vers la capitale de la Sierra Leone

A cause d'Ebola, l'Afrique "risque son image, voire des fuites d'investissements, une nouvelle stigmatisation, au moment où le continent commençait à décoller", a déploré le président de la Banque africaine du développement mardi 26 août.

Décidemment, Ebola risque de coûter très cher. Humainement et économiquement parlant. Mardi 26 août, la Banque africaine de développement (BAD) a indiqué que le virus pourrait coûter de 1 à 1,5 points du PIB au Libéria, à la Sierra Léone, à la Guinée et à la Côte d'Ivoire (pourtant pas encore touchée). Qui plus est, "la multiplication des clôtures des frontières terrestres et aériennes dans beaucoup de pays africains", décidée par "précaution", risque également de coûter "beaucoup" au commerce et aux flux économiques. Ce mercredi 27 août, Air France a d'ailleurs annoncé la "suspension provisoire", à compter de jeudi 28 août, de ses vols sur la capitale du Sierra Leone, Freetown, suivant une recommandation du gouvernement français.

Au Liberia, la sécurité alimentaire est "mise en péril". En effet, le virus menacerait la tenue des récoltes, a alerté Donald Kaberuka, le président de la BAD, lors d'une conférence de presse à Abidjan. "Si aujourd'hui les gens ne s'occupent pas de l'agriculture, il y aura une crise alimentaire. Voilà le premier impact direct sur les paysans dans cette région.", a-t-il expliqué. Par ailleurs, alors que plusieurs compagnies aériennes ont suspendu leurs vols vers les pays touchés par l'épidémie et ce malgré les recommandations de l'OMS, Donald Kaberuka s'est inquiété de voir "des pays à 8 000 km de l'Afrique de l'Ouest interdire aux ressortissants d'Afrique de l'Ouest de voyager chez eux". Des pays limitrophes à ceux atteints par le virus, comme la Côté d'Ivoire, ont également fermé leurs frontières. A cause d'Ebola, l'Afrique "risque son image, voire des fuites d'investissements, une nouvelle stigmatisation, au moment où le continent commençait à décoller", a déploré Donald Kaberuka.

Au total, l'épidémie a fait 1 427 morts dont 624 au Liberia, 406 en Guinée, 392 en Sierra Leone et 5 au Nigeria, selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) arrêté au 20 août.

 

 

Lu sur La Tribune

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !