Crise ukrainienne : la Russie possède une « liste de personnes à abattre », selon les États-Unis | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Vladimir Poutine lors d'une conférence de presse avec son homologue biélorusse au sujet de la crise ukrainienne. Moscou, 18 février 2022.
Vladimir Poutine lors d'une conférence de presse avec son homologue biélorusse au sujet de la crise ukrainienne. Moscou, 18 février 2022.
©SERGEI GUNEYEV / SPUTNIK / AFP

Escalade des tensions

Crise ukrainienne : la Russie possède une « liste de personnes à abattre », selon les États-Unis

Les États-Unis affirment qu’ils disposent « d’informations crédibles » selon lesquelles les forces russes ont établi une liste de personnalité ukrainiennes à abattre ou à envoyer dans des camps en cas d’occupation

Cette affirmation a été formulée dans une lettre de l'ambassadeur américain auprès de l'ONU à Genève, adressée au Haut Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme. Les cibles « probables » sont les personnes qui s'opposent aux actions de la Russie, notamment les dissidents russes et biélorusses en exil en Ukraine, les journalistes, les militants anti-corruption ou encore les minorités religieuses et ethniques.

Le Kremlin a nié cette affirmation. « Une telle liste n'existe pas. C'est un faux », s’est empressé de déclarer le porte-parole du gouvernement russe Dmitri Peskov.

Selon la BBC, le FSB serait pourtant impliqué dans la préparation du terrain politique en cas d’occupation de l’Ukraine. Un de ses services mènerait des opérations secrètes dans de nombreux États voisins de la Russie et aurait pris la tête des opérations en Ukraine. « Le cinquième service est le département du FSB qui serait chargé de fournir des plans et des scénarios pour l'avenir politique de l'Ukraine après le changement de régime », explique Andrei Soldatov, expert des services de renseignement russes. L'objectif serait de limiter la résistance de la population et d'assurer le contrôle ds territoires occupés.

Depuis plusieurs années, l’Ukraine déclare être la cible des services de renseignement russes et a déjà accusé le FSB de procéder à des sabotages et des assassinats. En 2017, un haut responsable des services de renseignement ukrainiens a été tué dans une voiture piégée, alimentant les soupçons. 

À Lire Aussi

Ukraine : jusqu’où accepter les provocations russes ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !