Covid-19 : 50% de variant anglais ont été détectés dans les eaux usées en Ile-de-France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Des membres du bataillon naval de pompiers de Marseille prélèvent des échantillons d'eaux usées pour détecter la présence de la Covid-19 à l'extérieur d'une maison de retraite à Marseille.
Des membres du bataillon naval de pompiers de Marseille prélèvent des échantillons d'eaux usées pour détecter la présence de la Covid-19 à l'extérieur d'une maison de retraite à Marseille.
©CHRISTOPHE SIMON / AFP

Lutte contre la pandémie

Covid-19 : 50% de variant anglais ont été détectés dans les eaux usées en Ile-de-France

L'observatoire Obépine, qui regroupe des chercheurs pour analyser les eaux usées en Ile-de-France, a constaté 50% de variant anglais du coronavirus, selon des informations de Franceinfo.

50% de variant anglais ont été décelés dans les eaux usées d'Ile-de-France, selon la rédaction de France Bleu Paris. Cette analyse a été réalisée par le réseau Obépine. Cette observatoire réunit des chercheurs qui traquent le virus dans les eaux usées partout en France. Ces résultats montrent une augmentation de la présence du variant britannique dans les eaux usées d'Ile-de-France. 
Selon Obépine, avoir 50% de variant anglais dans les eaux usées ne veut pas dire qu'une personne sur deux est infectée par le variant, mais cela donne "une tendance, une idée de l'évolution de l'épidémie".
Cette analyse des eaux usées permet en réalité d'anticiper la circulation du virus. Ces dernières analyses montrent que les chiffres de contaminations ne vont pas baisser dans les prochains jours. 
Depuis une dizaine de jours, une présence plus forte du virus dans les eaux usées a été décelée. Cela veut dire que le nombre de gens probablement infectés est plus important que ceux qui ne le sont plus.
Franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !