Clermont-Ferrand : il meurt après avoir avalé consécutivement 56 shooters | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Clermont-Ferrand : il meurt après avoir avalé consécutivement 56 shooters
Clermont-Ferrand : il meurt après avoir avalé consécutivement 56 shooters
©REUTERS/David W Cerny

L'abus d'alcool...

Clermont-Ferrand : il meurt après avoir avalé consécutivement 56 shooters

Lors d'une virée nocturne avec sa fille, cet homme de 57 ans voulait visiblement battre un record qui lui aura donc coûté la vie.

Il y a des concours plus stupides que d'autres. C'est en voyant un panneau, dans un bar de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), affichant "Record garçons : 55 shooters" qu'un homme de 57 ans a voulu battre cette "performance", durant une virée nocturne accompagné d'amis et de sa fille de 21 ans. Il en a donc enchaîné 56 avant de sombrer dans un coma éthylique qui lui aura été fatal, raconte France Info.

Il a ainsi, pour débuter son pari, commandé une trentaine de shooters d'alcools divers (rhum, vodka, whisky) d'une contenance de 5 à 10 centilitres, engloutis en l'espace d'une minute. Grisé par cette première étape, il se lance dans une seconde série, encouragé par le tenancier du bar, parvenant finalement à en boire 56 d'affilée, pour finalement s'affaler dans un fauteuil.

"J'avais l'impression qu'il somnolait", raconte sa fille à la Montagne. La réalité sera plus tragique : il sombre dans un coma éthylique sur les coups de deux heures du matin, pour finalement décéder à l'hôpital le lendemain.

"Le simple fait de servir de l'alcool à une personne ivre est une contravention. Après on peut aller jusqu'à des pousuites pour homicide involontaire qui reste aujourd'hui à démontrer puisque l'enquête n'est pas aboutie. Là on est sur une infraction passible du tribunal correctionnel", explique Laure Lehugeur, procureur de la République adjointe au tribunal de Clermont Ferrand à France Info, devant ce cas manifeste de "binge drinking" extrême.

Vu sur France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !