Le ministre de la Justice, qui fut l'avocat de l'assassin du préfet Erignac, a tenté d'adoucir la détention de deux de ses complices | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Eric Dupond-Moretti
Eric Dupond-Moretti
©Thomas SAMSON / AFP

Conflit d'intérêt

Le ministre de la Justice, qui fut l'avocat de l'assassin du préfet Erignac, a tenté d'adoucir la détention de deux de ses complices

Le Premier ministre a dessaisi le garde des Sceaux du dossier Ferrandi-Alessandri, évoquant un conflit d’intérêts

Le 12 novembre 2020, Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni deux élus nationalistes, place Vendôme, au ministère de la Justice, se sont entretenus avec Eric Dupond-Moretti. Quand l'actuel ministre était avocat, il avait défendu Yvan Colonna, assassin du préfet Erignac, avec un confrère qui n'est autre que... Gilles Simeoni qui est avocat.

D'accord avec les élus corses le ministre de la Justice veut assouplir les conditions de détention des deux autres membres du commando, responsable de la mort du préfet Erignac, en Corse, en février 1998 : Pierre Alessandri et Alain Ferrandi, arrêtés en 1999, condamnés en 2003 à la perpétuité assortie d’une peine de dix-huit ans de sûreté révèle l'Obs

Les deux hommes sont détenus à Poissy, et les élus corses veulent qu'ils soient transférés dans une prison corse à Borgo. Un établissement qui serait "en piteux état. Ce n’est pas pour rien qu’on la surnomme « le Club Med de la détention ». Les gardiens, dit-on encore sur l’île, y sont surveillés par les détenus, et non l’inverse."  ajoute l'Obs.

Mais finalement Le 17 décembre 2020 le Premier ministre publie un décret pour dessaisir le garde des Sceaux du dossier Ferrandi-Alessandri, évoquant un conflit d’intérêts. Le texte stipule qule ministre ne peut pas se prononcer sur les « conditions d’exécution des peines et du régime pénitentiaire de personnes condamnées qui ont été, directement ou indirectement, impliquées dans les affaires dont il a eu à connaître en sa qualité d’avocat »

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !