Attaque de Rambouillet : le procureur national antiterroriste donne des détails sur l’assaillant | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Une fonctionnaire de police a été assassinée à Rambouillet le 23 avril 2021.
Une fonctionnaire de police a été assassinée à Rambouillet le 23 avril 2021.
©Bertrand GUAY / AFP

Enquête

Attaque de Rambouillet : le procureur national antiterroriste donne des détails sur l’assaillant

Jean-François Ricard, procureur national antiterroriste, a tenu une conférence de presse au tribunal judiciaire de Paris ce dimanche 25 avril, deux jours après l'attaque meurtrière perpétrée par un Tunisien.

Jean-François Ricard, procureur de la République antiterroriste, s'est exprimé ce dimanche 25 avril lors d'une conférence de presse. Il a fait le point sur l'enquête après l'assassinat d'une fonctionnaire de police par un islamiste tunisien, vendredi.

Jean-François Ricard a évoqué une "radicalisation peu contestable" de l'assaillant, bien que "la présence de certains troubles de personnalité a pu être observée". Juste avant de passer à l'acte, il a "consulté sur son téléphone portable des vidéos de chants religieux glorifiant les martyrs et le jihad." En outre, un Coran a été retrouvé dans son scoot.

Concernant son état psychologique, il "n’a nécessité ni hospitalisation ni traitement", a précisé le magistrat.

Le procureur a détaillé le déroulé de l'attaque. "À 14 h 19, il arrive devant le commissariat de police. L’auteur des faits s’est rapidement engouffré derrière la victime. Il l’a alors enserrée avec un bras et plaqué contre la vitre du sas tout en lui portant deux coups de couteau, l’un à l’abdomen, l’autre à la gorge ". "Selon deux témoins, l’agresseur avait effectué peu avant de passer à l’acte des allers et venus devant le bâtiment et a crié " Allahou Akhbar pendant qu’il poignardait la victime ", a déclaré Jean-François Ricard.

Dans le cadre de l'enquête, une cinquième personne a été placée en garde-à-vue ce dimanche, a ajouté le procureur de la République. Il s'agit d'un "autre cousin" du meurtrier.

Originaire de Msaken, en Tunisie, Jamel Gorchene a vécu dix ans en France en tant que clandestin avant d'être régularisé en 2019. Il avait en plus obtenu en décembre dernier un titre de séjour valable un an.

À Lire Aussi

Vers un nouveau califat ? Mais pourquoi l’Etat islamique est-il si difficile à abattre au Mozambique ?

À Lire Aussi

Loi sur la Sécurité globale : un mauvais bilan avantages / inconvénients en matière de libertés publiques 

À Lire Aussi

La policière de Rambouillet a-t-elle été « tuée » ou « égorgée » ?

À Lire Aussi

Alexandre Del Valle : "Daesh connaît parfaitement l'Occident et sait que beaucoup de musulmans sont sensibles à une lutte contre l'islamophobie qui est faite, dans une première phase, par des autorités ayant pignon sur rue"

À Lire Aussi

Une policière a été tuée lors d’une attaque au couteau dans un commissariat de Rambouillet

À Lire Aussi

Fonctionnaire de police tuée à Rambouillet : le parquet national antiterroriste se saisit de l’enquête

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !