"Les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder" l'opposition s'émeut des propos de Macron | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Assemblée Nationale
Assemblée Nationale
©PIERRE ANDRIEU / AFP

Polémique

"Les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder" l'opposition s'émeut des propos de Macron

Les débats sur le passe sanitaire à nouveau suspendus

« Moi, je ne suis pas pour emmerder les Français » a déclaré Emmanuel Macron dans une interview au quotidien Le Parisien publiée ce mercredi matin sur papier, qui a fait sacandale hier soir quand son contenu a été connu.

Puis le président a ajouté : « Je peste toute la journée contre l’administration quand elle les bloque. Eh bien, là, les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc, on va continuer de le faire, jusqu’au bout. C’est ça, la stratégie. » « Je ne vais pas les mettre en prison, je ne vais pas les vacciner de force, poursuit-il. Et donc, il faut leur dire : à partir du 15 janvier, vous ne pourrez plus aller au restau, vous ne pourrez plus prendre un canon, vous ne pourrez plus aller boire un café, vous ne pourrez plus aller au théâtre, vous ne pourrez plus aller au ciné… »

Le ton monte du côté de l'opposition à l'Assemblée, hier soir, qui demande la venue du Premier ministre, qui ne vient pas. Finalement les débats sur le passe sanitaire sont suspendus en début de soirée.

« Cette vulgarité et cette violence du président de la République prouvent qu’il ne s’est jamais considéré comme le président de tous les Français », déclare Marine Le Pen.

Libération écrit : "Si la phrase la plus commentée du chef de l’Etat dans son interview au «Parisien» est celle sur son «envie» d’«emmerder» les non-vaccinés, une autre risque de faire des dégâts politiques beaucoup plus importants : «Un irresponsable n’est plus un citoyen»."

Bilan : "Une nouvelle nuit de perdue pour un texte que l’exécutif souhaitait voir voté au plus vite" résume Le Parisien.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !