Tout ce que les lentilles de contact font à vos yeux (et qu’on n’ose pas toujours regarder en face) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Porter des lentilles pourrait avoir un impact sur la présence de bactéries à la surface de l’œil et sur la paupière inférieure.
Porter des lentilles pourrait avoir un impact sur la présence de bactéries à la surface de l’œil et sur la paupière inférieure.
©

Microbiome de l’œil

Tout ce que les lentilles de contact font à vos yeux (et qu’on n’ose pas toujours regarder en face)

La New York School of Medecine a récemment rendu un rapport selon lequel porter des lentilles de contact rendrait nos yeux plus susceptibles d'être infectés. Les lentilles pourraient en effet être à l'origine d'un changement du microbiome de l’œil.

Florence Malet

Florence Malet

Florence Malet est l'ancienne Présidente de la Société française des ophtalmologistes adapteurs de contact ainsi que de la Société Européenne des lentilles de contact. Elle exerce aujourd'hui au centre Point Vision de Bordeaux. 

 

Voir la bio »

Atlantico : Porter des lentilles pourrait avoir un impact sur la présence de bactéries à la surface de l’œil et sur la paupière inférieure. Que sait-on à ce sujet ? Comment expliquer ce phénomène ?

Florence Malet : En effet, porter des lentilles peut avoir un impact sur la présence de bactéries à la surface de l'œil ainsi que sur la paupière inférieure. Si ce phénomène peut avoir lieu, c'est parce que les lentilles modifient légèrement la surface oculaire.

Plusieurs explications justifient ce processus. Tout d'abord, les lentilles de contact peuvent elles-mêmes être source de bactéries si elles sont mal entretenues ou alors que leur étuis n'est ni vidé, ni nettoyé tous les jours. Il faut également, bien sûr, se laver les mains avant de venir déposer chaque lentille à la surface de l'œil.

Autre possibilité, celle de germes se trouvant sur la paupière inférieure, amenées, notamment, par le maquillage. C'est pour cette raison, qu'il est déconseillé de mettre du crayon à l'intérieur des cils inférieurs.

A l'inverse, si ces différentes mesures de sécurité sont respectées, aucun changement bactériel n'a lieu et donc aucun risque d'infection !

Quelles seraient les conséquences de cette "modification bactérielle" ? Quels en seraient les risques ? Est-ce qu'un taux plus élevé d'un certain type de bactérie pourrait augmenter nos risques d'infections ?

L'idée d'une modification de la flore conjonctivale fait controverse. Néanmoins, on sait qu'à l'état normal, l'antiseptique naturel de nos larmes détruit les germes pathogènes pouvant se déposer à la surface de notre œil. Lorsque les bactéries sont en trop grand nombre, les protéines de défense des larmes ne parviennent pas à les détruire provoquant de ce fait une infection.

Les germes se retrouvant à la surface de notre œil ou au niveau de notre paupière inférieure, proviennent majoritairement de la peau. On les appelle les germes gramme positif. D'autres germes -germes toxiques - proviennent des eaux stagnantes c'est-à-dire l'eau du lavabo par exemple.

Existe-t-il des moyens de prévenir ces infections ?

Afin de se protéger des infections, il faut appliquer rigoureusement de simples règles d'hygiène, c'est-à-dire prévenir par un facteur modifiable…Tout d'abord, ne jamais poser ou enlever ses lentilles sans s'être préalablement nettoyé les mains et changer régulièrement de lentilles.

Si l'on choisit de porter des lentilles qui ne sont pas jetables, il faut impérativement utiliser un produit d'entretien neuf chaque jour, vider l'étui des lentilles tous les jours, les essuyer régulièrement avec un kleenex, et les laisser à l'air libre lorsque nous ne les portons pas.

Il est cependant conseillé d'opter pour des lentilles jetable, en utilisant une nouvelle paire chaque jours on limite nettement tout risque d'infection ! Dans tous les cas de figure, acheter ses lentilles chez son ophtalmologiste est bien plus sûr ! Le médecin est, en effet, tenu de présenter les risque et d'expliquer la méthodologie à adopter (règles d'hygiène). Par exemple, tout patient se voit remettre une "fiche de consentement éclairée", qu'il doit lire et signer.

Enfin, il est vrai qu'il existe des facteurs non modifiables. Il a été mis en évidence que les hommes souffrent plus fréquemment de complications infectieuses que les femmes. Le jeune âge et le fait de fumer peuvent également avoir un impact sur nos risques d'infections.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !