Le professeur Tournesol est-il un bon scientifique ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Le professeur Tournesol 
est-il un bon scientifique ?
©

Tintinologie

Le professeur Tournesol est-il un bon scientifique ?

A l'occasion de la sortie de Tintin, adaptation par Steven Spielberg de la célèbre BD d'Hergé, notre feuilleton de la semaine décrypte l'univers du fameux héros belge. 4ème épisode: le professeur Tournesol, scientifique original mais plus ou moins crédible...

André Brahic

André Brahic

André Brahic est un grand physicien français, professeur à l'université Paris-Diderot et au Commissariat à l'énergie atomique.

Voir la bio »

Atlantico : Le professeur Tournesol, l'un des personnages les plus sympathiques de la BD culte de Hergé, est-il un scientifique crédible ?

André Brahic : Il ne ressemble pas du tout à un scientifique. Ce personnage caricatural est peu représentatif de la communauté scientifique. Mais Hergé fait ressortir des traits de caractère et des qualités qui sont fondamentales pour la science. Il est curieux, distrait, passionné et éclectique. Il est très loin de ces gens qui courent après l'argent, les honneurs ou les faveurs du prince. Au contraire, il a compris quelles sont les vraies valeurs dans la vie, c'est-à-dire la soif d'apprendre, de comprendre et de progresser. Sa générosité et son désintéressement donnent une très belle image de la science ! Un scientifique doit être quelqu'un qui a le souci de s'occuper des questions fondamentales et qui ne prête pas attention à l'écume des jours...

 

La curiosité d’esprit est sa première qualité ?

Bien entendu ! Sa curiosité, sa passion, et son détachement des contingences matérielles quotidiennes le rendent bien sympathique.

 

Tournesol, un peu avant tout le monde, envoie une fusée sur la Lune, permet à des hommes d’aller explorer les fonds marins avec des scaphandres ou un sous-marin…A-t-il un côté un peu visionnaire ? 

Il y a une petite confusion entre la science fondamentale, qui a pour but la connaissance pure sans souci a priori des applications éventuelles et la science appliquée grâce à laquelle on construit des machines et on est mieux soigné. Des personnages comme Galilée, Newton ou Einstein se sont consacré à la première. Nous bénéficions chaque jour des progrès de la seconde. Là aussi Hergé mélange un peu les deux, mais il s’adresse à un public plutôt jeune donc il ne rentre pas dans les détails. Encore une fois, le comportement de Tournesol n’est pas très réaliste, ni scientifiquement crédible, mais sur le fond Hergé nous rappelle que les découvertes scientifiques bercent notre vie quotidienne. Que nous souhaitions nous déplacer, communiquer, êtres soigné ou nous détendre, les outils que nous utilisons résultent des découvertes les plus récentes. Un peu comme Tournesol réussit à construire un sous-marin, une fusée lunaire…

Et pourtant, dans la société, les scientifiques ne sont pas présents. Parmi les ministres, les hommes politiques,  les directeurs de médias, les députés, les sénateurs, les présidents des grandes sociétés, etc. , il n'y a aucun scientifique. Donc là encore, Tournesol est certes caricatural, mais il nous montre que ce qu'il fait est essentiel. Il représente un  côté visionnaire, même s'il ressemble peu aux scientifiques que nous trouvons dans les laboratoires.

 

Il y a aussi un aspect, à l’opposé du rationalisme scientifique consacré, qui est cette image du professeur Tournesol secouant son pendule au-dessus d’une carte…

Là aussi, nous sommes dans la caricature. La science est l'approche rationnelle du monde. Nous savons bien que les histoires de soucoupes volantes, les horoscopes, l'homéopathie ou les guérisseurs appartiennent au monde des illusions quand il ne s'agit pas d'escroquerie. On peut prendre ce comportement de Tournesol de deux manières, soit en disant que "cela ne colle pas du tout, ce n'est pas cela un scientifique", soit comme un clin d'œil qui montre qu'un scientifique n'a aucun sujet tabou. On peut tout essayer et soit connaître le succès soit montrer que cela ne marche pas. Plusieurs ont essayé d'étudier les pendules pour conclure que la radiesthésie ne fonctionne pas très bien, en fin de compte !

 

Mais certains scientifiques croient néanmoins à ces domaines, je pense notamment au père de Michel Rocard, qui expérimentait les techniques de sourciers…

Oui, c’était un physicien de grande qualité, il était directeur adjoint de l’ENS, il a joué un rôle important dans la physique française, il s’est engagé également durant la guerre pour sauver des étudiants poursuivis par les nazis… C’était un grand personnage ! Il a fait des recherches sur les méthodes des sourciers, qui n’ont pas abouti. Le fils de Michel Rocard est lui aussi scientifique. Je l'ai eu comme étudiant. Michel Rocard était bien entouré avec un père et un fils physiciens !

 

Pour revenir à la personnalité de Tournesol, on le voit toujours suivi, mis sous pression par des gouvernements étrangers hostiles qui tentent de lui voler ses secrets et talents… La vie d’un scientifique est-elle un peu parsemée de ce genre d’embûches aujourd’hui ?

Oui et non. Un scientifique est de plus en plus sous pression, pas par les gouvernements, parce que peu nombreux sont ceux qui vont découvrir l’arme absolue. En revanche la compétition est assez rude, donc il faut publier rapidement, avant les autres, ce qu’on fait ne doit parfois pas être dévoilé prématurément… Il existe une forte concurrence, non seulement pour avoir des crédits, mais aussi pour obtenir des promotions, etc… Je fais partie des gens qui pensent que la science est au-delà de ça, la compétition ne me plaît guère, pour moi,  mon véritable concurrent est la Nature, qui se dévoile difficilement et non mes collègues que je considère plutôt comme mes collaborateurs.

Malheureusement le scientifique n’est pas dans une bulle isolée du monde en ne pensant qu’à la science, il est obligé de demander des crédits, de quémander les postes. Beaucoup de scientifiques n’ont pas de poste permanent. Ils vivent trop souvent une course incessante.

La recherche militaire peut présenter des dangers pour ceux qui s'y livrent, surtout sur le plan éthique, mais là nous sommes loin de la science fondamentale.

 

Donc le professeur Tournesol, est un joli clin d’œil aux scientifiques, mais trop romancé et caricatural pour être sérieusement crédible ?

Oui, au premier degré il ne tient pas la route, mais au second degré, des messages passent via ce personnage. Prenons l’exemple de sa surdité (plus ou moins accentuée!). Elle est avant tout un ressort comique : on lui dit quelque chose et il comprend l’inverse. Cela rajoute à l’originalité, parfois loufoque, du personnage. Mais ce n’est pas très crédible : un scientifique qui serait sourd porterait continuellement des petits appareils pour entendre mieux ! Mais là-aussi, c’est une sorte de métaphore qui montre que la science est un peu, mais pas complètement, isolée du monde, et qu’elle en a une approche différente. Je pense que la société tournerait mieux si l’on faisait plus confiance à la communauté scientifique qu’au monde de la finance. Cela marcherait mieux si le Capitaine Haddock écoutait plus le professeur Tournesol !

La chose importante, plus que l’argent, est la science, qui conduit à la connaissance ! Si l’on néglige totalement la science, on tombe dans l'obscurantisme ou dans les mains des fondamentalistes. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !