Retraite : Les points sur lesquels le gouvernement et les syndicats peuvent (ou vont) se mettre d’accord pour éviter le blocage | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, et celui de la CGT, Philippe Martinez, lors d'une réunion à l'Elysée.
Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, et celui de la CGT, Philippe Martinez, lors d'une réunion à l'Elysée.
©Bertrand GUAY / AFP

Atlantico Business

Retraite : Les points sur lesquels le gouvernement et les syndicats peuvent (ou vont) se mettre d’accord pour éviter le blocage

Tout va se jouer en coulisses. Les émissaires de Matignon et les chefs syndicaux vont travailler à trouver un compromis qui permette de sortir une réforme acceptable pour tous. Le gouvernement a encore un peu de marge, et les syndicats veulent prouver qu’ils sont responsables.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio »

Encore dix jours…. Le gouvernement veut prouver quil est capable de faire passer une réforme du système des retraite sans braquer complètement lopinion publique. Sachant que lopinion publique reste politiquement hostile à lexécutif, mais estime dans sa majorité quil faut bien sécuriser le système de retraite par répartition, le gouvernement a quelques marges de manœuvre pour amender son projet et le faire passer au parlement.

Dautant que si les syndicats ont réussi à mobiliser une part non négligeable de lopinion, ils nont pas soufflé sur les braises pour enflammer le corps social.

La journée de jeudi a montré que lunion syndicale pouvait mobiliser beaucoup de monde et éviter les dérives violentes. Les commentaires daprès « manifs » étaient plutôt mesurés.

Cela dit, tout le monde sait que le nombre de ceux qui, en France, sont en âge de travailler est de 30 millions… Et que plus de la moitié des manifestants sont des fonctionnaires. Cest-à-dire une catégorie de personnel qui bénéficie davantages particuliers, notamment sur les retraites et ils sont intouchables. Donc, avec 1,5 million de manifestants en France, on est encore loin dune situation prérévolutionnaire.

Sur le fond, les syndicats vont devoir prouver à leurs adhérents qu’ils sont maintenant capables de négocier et darracher des avancées sociales.

La mobilisation sest cristallisée sur un seul mot dordre partagé par tous les syndicaux : le recul à 64 ans de l’âge légal de départ à la retraite. Le mot dordre était dautant plus fort quil est très symbolique et très simple à comprendre. Cela dit, il y a, dans la réforme, des points tout aussi importants mais moins spectaculaires quon va pouvoir modifier.

À Lire Aussi

Retraite : Macron joue son avenir mais les syndicats jouent leur survie. Et s’il y avait un accord secret ?

Pour le gouvernement, l’âge de 64 ans est très symbolique, ce qui veut dire que le gouvernement ny touchera pas, sinon il serait taxé davoir échoué. Mais le gouvernement peut au-delà, de cet âge tabou, accepter des assouplissements sur les points où il lui reste des marges de manœuvre.

Les points sur lesquels le gouvernement et les syndicats peuvent sentendre, après avoir faire semblant de négocier « très durement » sont (sans doute) plus socio-économiques que politiques.

1e )la hausse du minimum vieillesse à 1200 euros nets qui, dans le projet, paraissait réservée aux nouveaux retraités pourraient être élargie à tous les retraités sans condition de durée de cotisation préalable. Ça passerait pour une avancée sociale très forte pour les syndicats et politiquement très intéressante pour la majorité.

2e ) le travail des seniors. Cest le maillon faible de la réforme Macron. Plus de la moitié des seniors de 55 ans sont au chômage en attendant l’âge de la retraite. Le gouvernement pourrait engager une grande politique en faveur du travail des seniors, en proposant des incitations financières et fiscales et des obligations, notamment dans les grandes entreprises.

3e ) point : les financements.Le gouvernement s’était interdit de toucher aux moyens de financement. Il peut imposer aux grandes entreprises une majoration très infime (1% pas plus) de la cotisation vieillesse. Le Medef sera vent debout mais bien obligé daccepter. Quand les chefs dentreprises feront leur compte, ils sapercevront quils pourront faire glisser une petite partie de ce quils paient aux complémentaires privées pour financer lassurance retraite. Bref, il y a de la marge.

À Lire Aussi

La grosse erreur d’Emmanuel Macron est de ne pas avoir favorisé l’émergence de contre-pouvoir. La France le paie très cher

Pour le reste, la question de la durée de cotisation, la question des carrières longues et de la mesure de la pénibilité, il faut se demander si on a besoin de nouvelles normes étatiques, de lois et de de règlements, ou alors partir du principe que ces régulations relèvent surtout de lorganisation interne de lentreprise ou de la négociation sociale dans le cadre de la gestion paritaire. Tout ce qui peut être donné aux syndicats dans la gestion de lapplication ne ferait que renforcer leur influence et leur crédibilité.

Si tout se passe comme prévu désormais, le gouvernement aura réussi à faire passer une réforme du système de retraite qui ne paraitra pas très ambitieuse, mais qui amène la pédagogie nécessaire pour comprendre le système par répartition. Le gouvernement a plus envie den protéger le mécanisme que de le laisser sautodétruire.

Les syndicats, qui ont gagné une première manche avec lorganisation dune manifestation unitaire, peuvent retrouver une chance d’être écouté et respecté. Donc une chance dexister sur l’échiquier politique et social.

À Lire Aussi

Retraite : Les Français admettent la nécessité d’une réforme mais refusent celle d’Emmanuel Macron. Ils peuvent trouver des solutions tout seuls

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !