Restrictions des exportations de terres rares : la Chine teste l’asphyxie de la défense américaine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
avion de chasse américaine menaces de la Chine terres rares
avion de chasse américaine menaces de la Chine terres rares
©Ethan Miller / Getty Images North America / Getty Images via AFP

Moyen de pression

Restrictions des exportations de terres rares : la Chine teste l’asphyxie de la défense américaine

La Chine envisagerait de limiter ses exportations de terres rares afin de freiner la production d'équipements militaires de pointe des pays étrangers comme les Etats-Unis.

Emmanuel Véron

Emmanuel Véron

Emmanuel Véron est géographe et spécialiste de la Chine contemporaine. Il a enseigné la géographie et la géopolitique de la Chine à l’INALCO de 2014 à 2018. Il est enseignant-chercheur associé à l'Ecole navale.

Voir la bio »

Atlantico.fr : Selon les informations du Financial Times, la Chine se demande quel serait l’impact d’une restriction de l’accès aux terres rares pour les Américains. Quelles conséquences aurait cette décision sur l’économie américaine et notamment sur le secteur de la Défense ?

Emmanuel Véron : Il est important de rappeler que la relation (difficile et aux tensions accrues) entre les Etats-Unis et la Chine continue de fortement structuré l'ordre international, sa géoéconomie et les arbitrages stratégiques des puissances. Aussi, l'usage par la Chine de restriction dans l'accès aux terres rares n'est pas un levier nouveau dans les relations internationales, plusieurs précédents (fin des années 2000 puis début des années 2010) avaient marqués le paysage stratégique international, notamment entre Pékin et les puissances occidentales. Pékin, rappelons le exploite une très large partie des terres rares commercialisées dans le monde. Ces éléments (néodyme, scandium, yttrium, cérium etc.) sont primordiaux pour plusieurs secteurs industriels de haute technologies (énergie, téléphonie, armement).
Il est évident que Pékin joue une carte forte et sensible dans le rapport de force initié par l'administration Trump de la guerre commerciale entre les deux grandes puissances et répond dans une certaine mesure aux pressions américaines sur les semi-conducteurs (avec comme partenaires principaux Taiwan et la Corée du Sud). Cela perturberait l'industrie américaine, voire l'affaiblirait, alors que Pékin souffre d'un manque d'autonomie dans la fabrication des puces essentielles au développement de la 5G et demain des recherches sur la 6G.
Concrètement, plusieurs appareils militaires très sophistiqués ont plusieurs centaines de kilogrammes de terres rares...Le cas le plus éloquent est probablement celui d'avion, particulièrement le fleuron (très cher) et chasseur de Lockheed Martin : le F-35. Cet avion très élaboré, complet, malgré son prix et des difficultés fait des envieux partout dans le monde, en particulier en Chine. Les américains ont plusieurs grands programmes d'export de cet appareil, et notamment en Asie, dans la stratégie de containment de la puissance chinoise. Ainsi, le Japon, la Corée du Sud ou Taiwan parmi d'autres, ont des F-35 ou sont en commande. 
Il est évident que les restrictions décidées à Pékin auraient des conséquences importantes sur l'industrie américaine, sa stratégie en Asie-Pacifique et sur ses marchés à l'export.

La Chine pourrait-elle réellement acter ces restrictions ? Est-ce un levier diplomatique que la Chine pourrait utiliser avec d’autres pays ?

Pékin peut tout à fait échelonner ses restrictions et suivre l'évolution des conséquences dans les pays occidentaux (en majorité). Par là même, le régime peut atteindre, non seulement l'industrie de défense américaine, mais également d'autres secteurs et plusieurs pays occidentaux. Aussi, la Chine se réserve le droit de teste ses adversaires et d'observer les démarches suivies par eux-mêmes. Vont-ils développer diverses voies alternatives d'exploitation et de sanctuarisation des terres rares en dehors de la dominante chinoise? Vont-ils céder? Vont-ils faire preuve de mesures coercitives? etc.

C'est un jeu de test réciproque s'ajoutant à d'autres paramètres dans le spectre des rivalités stratégico-militaires de ce premier quart de siècle essentiellement entre les Etats-Unis et la Chine.
Enfin, il ne faut jamais sous-estimer ni l'un ni l'autre. D'un côté les Etats-Unis ont à leur tête une nouvelle administration et un nouveau président souhaitant manifester de la nuance avec le passé récent, tout en conservant dans la ligne de mire la priorité stratégique chinoise (quitte à renforcer par divers moyens le scénario de la menace chinoise...). De l'autre, la Chine teste la nouvelle administration américaine et cherche d'équilibrer les leviers dans sa course technologiques (notamment le problème persistant du manque d'innovation et de capacité à produire des semi-conducteurs).
De manière similaire aux avions F-35 (marine ou non), la question peut se poser légitiment pour des appareils de même niveau : Rafale par exemple...

Une telle décision chinoise serait-elle motivée par une volonté de nuire aux Américains ou par une inquiétude concernant les ressources dont dispose Pékin ?

Probablement les deux. Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que la Chine dispose de ressources importantes de terres rares certes, mais aussi du savoir-faire de l'intégralité de la chaîne d'amont vers l'aval : de l'extraction vers la transformation et la commercialisation de produits élaborés. En somme, la Chine contrôle la production et la vente, mais aussi la commercialisation des produits transformés à très haute valeur ajoutée et souvent dans des domaines sensibles, critiques ou stratégiques.

Nous sommes dans un temps des relations internationales assez nouveau. La fin du multilatéralisme, la montée de l'hégémon chinois, les fortes inquiétudes américaines sur sa capacité à tenir son rang donnent un ordre international très polarisé et atomisé. Pékin cherche à tout prix à défaire la puissance américaine sans faire la guerre moderne de haute intensité...Il est évident que les réserves chinoises de terres rares sont un levier essentiel mais pas infini. Le régime communiste cherche à gagner du temps, voire à accélérer le temps : celui de la fragmentation avancée des Etats-Unis sur lequel pourrait triompher le régime du PCC à Pékin à la fois sur la Chine et dans le monde.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !