Quelle leçon tirer de l’assassinat de l’opposant Nemtsov sur la nature du régime de Vladimir Poutine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L'opposant Boris Nemtsov, assassiné vendredi à Moscou.
L'opposant Boris Nemtsov, assassiné vendredi à Moscou.
©Reuters

Authorité

Quelle leçon tirer de l’assassinat de l’opposant Nemtsov sur la nature du régime de Vladimir Poutine

L'opposant russe Boris Nemtsov, assassiné vendredi 28 février, a reçu quatre balles dans le dos alors qu'il rentrait chez lui. Cet opposant notoire à Vladimir Poutine avait appelé à manifester ce dimanche contre "l'agression" de la Russie contre l'Ukraine.

Michael Lambert

Michael Lambert

Michael E. Lambert est titulaire d'un doctorat obtenu à Sorbonne Université en collaboration avec l’INSEAD - Campus de Fontainebleau (décembre 2016). Son analyse au sein de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) porte sur la psychologie politique et les acteurs de la politique étrangère de la Chine et des États-Unis en Eurasie. (Twitter : @Mischa_Lambert)

Voir la bio »

Atlantico : Quelle était la capacité de nuisance concrète de Boris Nemtsov ?

Michael E. Lambert : Boris Nemtsov était un homme engagé et actif dans la lutte contre la corruption de l’Etat russe. Il semble important de rappeler que ce dernier vivait dans un monde libéral ou la corruption est monnaie courante, mais c’est son opposition à la corruption gouvernementale qui était la plus contraignante, tant pour le Président russe que pour les oligarques qui soutiennent ce dernier.

On pourrait avancer l’idée que Nemtsov avait pour principal objectif de dénoncer les actions du Kremlin en Ukraine, dans le Caucase russe, notamment lors des Jeux olympiques de 2014, mais sa capacité d’influence auprès des élites russes, comme auprès des citoyens, était très mince.

La corruption n’est pas un phénomène qui étonne les habitants de la Fédération, elle est une réponse au chaos de l’après 1991-1992. Au moment de la chute de l’Union soviétique, l’Etat russe n’était plus à même de contrôler ce qui se passait. Le manque de budget, combiné à l’importante criminalité, amenait les citoyens à s’en sortir sans l’aide du gouvernement. La corruption était un moyen pour permettre aux fonctionnaires russes de survivre, et aux citoyens les plus actifs d’avoir accès aux services.

Depuis cette époque, et contrairement à d’autres pays comme la Chine, ou la lutte contre la corruption n’a de cesse de progresser, la Russie peine à aller de l’avant et à devenir un Etat plus transparent, pour ne pas dire simplement moins opaque. Les Russes ont pour habitude de vivre avec la corruption, sans se soucier des conséquences de celle-ci sur le bon fonctionnement des institutions. Certains habitants de Moscou ou Saint Petersbourg pensent même que la corruption est un aspect fondamental de la culture contemporaine russe, et qu’une lutte contre elle n’est ni plus ni moins qu’une tentative des occidentaux d’imposer leur mode de vie en Eurasie.

Pour revenir à Nemtsov, celui-ci n’avait aucune chance de pouvoir influencer le Kremlin, que cela soit de manière directe ou indirecte. Et pour cause, la population russe ne se soucie pas vraiment de ces questions, et la corruption rapporte aux élites. Il faut bien concevoir que la Russie n’est pas en Europe, et que les Russes ne comprennent pas l’obstination occidentale pour la transparence. Nemtsov ressemblait donc à un Don Quichot européen avec un passeport russe.

Juste avant son assasinat, on pensait que celui-ci allait remettre des documents pouvant montrer l’implication de l’Armée russe avec les séparatistes de Novorossia. Dans une perspective réaliste, il est fort probable que Nemtsov soit mort pour une toute autre raison. Simplement car l’implication de l’Armée russe en Ukraine est probablement bien moindre par rapport à celle des mafias, qui alimentent en armes les séparatistes. Mais aussi car Nemtsov ne pouvait objectivement pas avoir accès à plus d’information que n’en dispose la CIA sur ce qui se passe sur le terrain. La capacité d’action était donc bien moindre qu’on ne se l’imagine.

Après l’annexion de la Crimée, Poutine a enregistré une cote de popularité de 85 %. Cependant au même moment, le même institut de sondage constatait que 53 % des Russes se disaient prêts à voter pour lui à la prochaine élection présidentielle. De quelles natures sont les faiblesses de Vladimir Poutine ?

La réponse est assez complexe. Le Président russe à plusieurs problèmes, le principal étant son manque de réalisme total vis à vis de la situation économique. Les Russes s’imaginent comme une “civilisation” pouvant apporter quelque chose au reste du monde, une alternative. Objectivement, les Russes n’ont pourtant rien à promouvoir, ni auprès de l’Union européenne, ni de la Chine. Pour ne parler que des problèmes les plus saillants, la Russie est un pays faible sur le plan démographique, avec une importance commerciale minime, en témoigne la crise économique de 2015. Le niveau des universités y est largement en dessous de celles qu’on retrouve en Europe et sur le continent Nord Américain, et la vente d’armes, autrefois domaine ou la Russie excellait, est aujourd’hui en compétition avec la Chine. Pour résumer, personne n’a plus peur de la Russie, exception faite de l’Union européenne, qui n’a toujours pas d’Armée commune. La puissance russe relève du mythe, et la “civilisation” russe n’arrive même pas à attirer dans l’Union eurasiatique des Etats comme la Moldavie.

Par répercussion au faible niveau académique que l’on retrouve en Russie, Vladimir Poutine est mal conseillé, ce qui explique pourquoi le niveau des experts du Kremlin en économie et en géopolitique est passable. De fait, le Président russe n’a pas les connaissances pour gérer son territoire, et ses conseillers n’ont pas le niveau pour l’aider dans son travail. On pourrait ajouter que le manque de soft et smart power de la Russie, son retard en informatique par rapport à des Etats du Nord de l’Europe comme l’Estonie, la mauvaise qualité des produits, le manque d’ouverture sur le monde, font de la Russie un pays qui n’a aucun avenir face aux Etats-Unis, l’Europe et la Chine. Ces propos peuvent sembler étonnants, d’autant plus au regard de l’importance de la Russie dans les médias en France et en Allemagne, et de la peur qu’elle inspire en Ukraine. Mais cette peur est avant tout la conséquence du manque de vision commune des européens, qui ont tout pour devenir une superpuissance diplomatique, mais s’y refusent encore. Le simple fait que la crise économique ne touche que la Russie, sans répercussions mondiale, montre la faiblesse du pays sur le plan économique. Auquel s’ajoute le lancement de l’Union eurasiatique en 2015, et témoigne de la peur de la Chine, qui aujourd'hui voit Moscou comme un partenaire pour le gaz, mais sait objectivement que la Président russe n’a rien d’autre à apporter.

Vladimir Poutine n’est donc pas “faible”, mais il dirige un pays au bord du gouffre, et ce depuis la fin de la Guerre froide, et tente de sauver les meubles en rattachant la Crimée et en jouant sur le sentiment des citoyens qui pensent encore appartenir à un grand pays, ce qui n’est objectivement plus le cas. Cela ne signifie pas que la Russie n’a aucun potentiel, mais elle n’est pas compétitive.

Vladimir Poutine n’a objectivement aucun avantage, sauf le fait de vivre à coté de l’Union européenne, qui refuse d’assumer sa puissance militaire et qui privilégie encore le dialogue plutôt que la réponse militaire. Poutine est également privilégié, car le Président chinois accepte de négocier avec lui, alors que sa puissance économique lui permettrait de prendre ce que bon lui semble en Asie centrale.

Dans quelle mesure l'assassinat de Nemtsov pourrait-il révéler que l'administration Poutine sent une menace intérieure ?

L’assasinat n’est pas la pratique la plus courante, et on ignore encore qui est responsable. L’idée de faire porter la responsabilité à l’administration Poutine est tentante, mais le manque d’information ne permet pas de dire si c’est le cas ou non pour le moment.

Comment la population russe pourrait-elle réagir face à cet assassinat ? Quelle diversité et ampleur des réactions ? Un sentiment de résignation, de fatalisme pourrait-il apparaître ?

On ignore comment la population pourrait réagir. Dans tous les cas, il est inutile d’imaginer des manifestations importantes, ou bien un changement en profondeur. Car comme le montrent les sondages, les Russes soutiennent l’actuel Président russe et la politique coercitive du Kremlin en Ukraine.

Il faut ajouter que la Russie est un pays violent, contrairement à l’Union européenne, et ou l’assasinat n’est pas extra-ordinaire. Il ne faut pas oublier que la Russie est un pays en Guerre dans le Caucase et ou la violence est un élément du quotidien. La culture russe se base sur cette tradition historique de la violence.

On peut même imaginer qu’une partie de la population sera heureuse de la disparition de Nemtsov, dans la mesure ou la liberté d’expression n’a pas la même importance qu’en occident.

"Poutine a besoin de victoires rapides pour consolider sans cesse sa popularité, pour démontrer au peuple russe qu’il est bien toujours le tsar", a déclaré dans l’Obs l’ancien Premier ministre du Président russe, Mikhaïl Kassianov. Dans quelle mesure également est-ce que la fuite en avant expansionniste de Poutine pourrait au final se retourner contre lui du point de vue de la population ?

Le principe de conquête pour justifier sa position politique est un élément fondateur de l’Histoire russe. La Russie n’a jamais été capable de se développer de l’intérieur, et la seule solution pour s’en sortir à toujours été de prendre à ceux qui innovent, c’est le cas des européens.

L’Union soviétique était un pays qui tenait uniquement grâce au savoir faire des allemands, des polonais et des baltes, et les Russes n’ont jamais pu égaler ces derniers. Objectivement, la Russie ne peut pas se développer en interne, et elle devra continuer à prendre aux autres pour survivre.

La crise économique, le manque d’ouverture sur le monde des universités dans les grandes villes, et le manque de savoir faire des russe les amène à convoiter l’Union européenne et la Chine. L’Estonie est aujourd'hui un pays leader dans le domaine informatique, la Pologne est devenue un acteur incontournable de la diplomatie européenne, et l’Allemagne de l’Est renoue avec la prospérité. Objectivement, l’Union soviétique, qui était un instrument des Russes pour prendre aux européens ce qu’ils avaient après la Seconde Guerre mondiale, à été une tragédie pour l’Europe. Les européens ont cette formidable capacité à rayonner, alors que les Russes doivent souvent se contenter de les copier.

C’est la raison pour laquelle la Russie tente d’adopter une attitude coercitive, car le Président russe sait bien que son peuple ne pourra jamais devenir aussi prospère que l’Union européenne, les Etats-Unis ou la Chine, il tente donc de s’en sortir avec la force, la seule arme dont il dispose encore.

La population russe ne s’opposera donc jamais à cette vision d’expansion continue de la Russie, car elle sait bien que c’est sa seule chance de survie car le pays ne peut pas se développer de l’intérieur.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !