Quand les hommes et les oiseaux entrent en guerre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Certaines espèces sont capables de planifier des comportements.
Certaines espèces sont capables de planifier des comportements.
©Pixabay

Stratégie

Quand les hommes et les oiseaux entrent en guerre

Certaines espèces sont capables d'avoir des comportements sophistiqués en profitant de l'erreur humaine.

Charlotte Recapet

Charlotte Recapet

Charlotte Recapet est maître de conférence à l'université de Pau et des pays de l'Adour. Docteur en écologie, ses domaines d'expertise sont les réponses des individus et des populations aux changements environnementaux ; l'évolution des traits d'histoire de vie (dispersion, stratégies de reproduction, vieillissement) ; et  l'écophysiologie (énergétique, stress oxydant).

Voir la bio »

Atlantico : L’étude "Course aux armements pour l'innovation entre les espèces : les cacatoès et les humains en guerre contre les raids de poubelles à roulettes" montre que les cacatoès ont développé des stratégies pour ouvrir les poubelles des habitants de Sydney. Comment en sont-ils arrivés à ce niveau ?

Charlotte Recapet : Souvent, les espèces exploitent le milieu urbain. Ce sont des milieux où il y a logiquement pas mal de nourriture d’origine humaine. Il y a des ressources importantes donc mais qui peuvent conduire à des concentrations de population animale importantes. Cela peut susciter une compétition entre les individus, ce qui favorise l’apparition de ces comportements qui sont une façon de trouver de nouvelles ressources et de se démarquer des autres. Les cacatoès sont une espèce connue pour ses capacités d’apprentissage puisqu’on les dresse. Ouvrir un contenant n’est pas nécessairement une stratégie complexe.  

Pourraient-ils aller plus loin dans le développement de stratégies ?

Tout dépend si cela leur apporte un avantage ou pas. Ils ont développé cette stratégie spécifique car elle est très payante. Et vu qu’ils ont des capacités d’apprentissage relativement importantes, si des situations similaires se présentent, on peut s’attendre à ce qu’ils développent effectivement d’autres stratégies.

Certaines espèces sont capables de planifier des comportements. C’est le cas notamment des corvidés (corneilles, corbeaux, etc.) qui sont capables de planifier plusieurs actions. Certaines espèces sont aussi capables d’arriver à des comportements sophistiqués en profitant de l’effet erreur de la part des humains, une poubelle laissée entrouverte par exemple. Cela peut se répandre rapidement car un individu peut s’inspirer facilement d’un autre. Il y a un aspect cognitif propre à chaque espèce. Mais il y a aussi cet autre effet. On connaît souvent l’exemple des mésanges qui ouvrent des bouteilles de lait. Elles ne sont pas particulièrement intelligentes mais il suffit qu’un individu trouve la solution pour que cela se répande rapidement dans la population.  

Leurs techniques semblent plutôt élaborées et le fait qu’ils apprennent les uns des autres mène à une question, les cacatoès auraient-ils des compétences cognitives inattendues dans d’autres registres ?

Il est difficile de pouvoir le déterminer. Mais potentiellement oui. Sur une espèce donnée, on connaît rarement l’ensemble de ses comportements et de ses connaissances. Et c’est souvent parce qu’on constate un comportement en particulier qu’on va s’intéresser plus largement à son comportement de manière plus exhaustive. Chez d’autres espèces d’Océanie on retrouve un peu les mêmes problématiques. Des animaux qui, pour aller récupérer de la nourriture, vont développer des stratégies, s’approcher, ouvrir des contenants. On ne considère souvent pas les pigeons comme intelligents, mais ils ont une très bonne capacité à se repérer spatialement et on a fait beaucoup de tests en sciences cognitives sur eux.

Au vu du nombre d’espèces présentes sur Terre, peut-on espérer observer des comportements similaires chez d’autres espèces ?

Il y a même des comportements plus élaborés chez certaines espèces, comme les corvidés. Et c’est sans parler des mammifères ou des céphalopodes où on peut observer des stratégies très complexes, y compris collectives, pour la chasse. Mais il y a des espèces mal connues sur lesquelles on peut espérer découvrir de nouvelles choses.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !