Pourquoi le rebond de la croissance prévu par l’INSEE et la Banque de France risque de ne pas faire long-feu | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Pourquoi le rebond de la croissance prévu par l’INSEE et la Banque de France risque de ne pas faire long-feu
©STR / AFP

Economie

Pourquoi le rebond de la croissance prévu par l’INSEE et la Banque de France risque de ne pas faire long-feu

La Banque de France prévoit seulement 0,4% de croissance au premier trimestre 2019.

Philippe Waechter

Philippe Waechter

Philippe Waechter est directeur des études économiques chez Natixis Asset Management.

Ses thèmes de prédilection sont l'analyse du cycle économique, le comportement des banques centrales, l'emploi, et le marché des changes et des flux internationaux de capitaux.

Il est l'auteur de "Subprime, la faillite mondiale ? Cette crise financière qui va changer votre vie(Editions Alphée, 2008).

Voir la bio »

Atlantico : La Banque de France, tout comme l'INSEE, anticipent une croissance de 0.4% pour ce 1er trimestre 2019. Comment expliquer un tel chiffre alors que les premiers relevés du niveau d'activité en France, les PMI par exemple, étaient pour le moins fragiles ?

Philippe Waechter : La contradiction n'est qu'apparente. Les entreprises sont inquiètes mais à court terme de nombreux éléments plaident pour un rebond de la consommation des ménages. Celle-ci avait été médiocre au cours du dernier trimestre 2018 pour des raisons non directement économiques. Les ménages bénéficiaient pourtant au mois d'octobre de la baisse complète des charges qui avait débuté en janvier. Ils disposaient ainsi d'une hausse significative de pouvoir d'achat qui n'a pas alors été exploitée. Au cours du premier trimestre 2019, on pourra ajouter à cela les mesures d'aides présentées par le président Macron le 10 décembre dernier comme la hausse de la prime d'activité ou les primes versées. En outre, le ralentissement de l'inflation, en raison de la baisse du prix du pétrole, aura aussi un effet favorable sur le pouvoir d'achat.

Pour l'ensemble de ces éléments, la consommation devrait être robuste sur les premiers mois de l'année et tirer le chiffre de croissance à la hausse.

L'incertitude viendra principalement des entreprises. Au dernier trimestre 2018, leurs investissements ont franchement ralenti en raison d'un environnement global peu porteur et parce que l'incertitude sur la situation française était élevée. L'incertitude internationale n'est pas levée et c'est ce que signalent les différentes enquêtes évoquées dans la question. Les incertitudes sociales devraient aussi inciter les entreprises à sursoir leurs dépenses en capital.

Le commerce mondial restera déprimé, les signaux ne suggèrent pas de retournement rapide.

Dès lors le chiffre de 0.4% n'est pas excessif et repose principalement sur le rebond de la consommation

Cette allure de croissance peut-elle durer au cours des prochains trimestres ? 

C'est la grande question. Il n'y aura pas d'impulsion en provenance des partenaires économiques de la France. La dynamique industrielle de l'Allemagne s'est dégradée très vite ces derniers mois et va être pénalisante. L'Italie est en récession et ne va pas en sortir rapidement. Le Royaume uni entre dans la zone de turbulence associée au Brexit. Les gains d'exportations liés à de grosses livraisons de matériels de transports ne se renouvelleront pas et de ce fait le commerce extérieur français risque de retrouver une contribution négative. Cela apparait d'autant plus probable que la demande domestique française, via la consommation et les mesures évoquées plus haut, sera en opposition de cycle par rapport à nos voisins. Cela devrait favoriser les importations et renforcer la contribution négative du commerce extérieur. En outre, en raison des premiers effets des mesures Trump sur le commerce mondial (et asiatique en particulier) on ne peut pas spontanément attendre là aussi un changement de tendance rapide. Le risque est plutôt celui d'un ralentissement supplémentaire des échanges qui pénaliserait tout le monde.

La grande inconnue sera l'investissement des entreprises. Celui-ci dépend toujours et d'abord de la demande anticipée (effet dit d'accélérateur) et ne se réalise complètement que si les conditions financières le permettent. La demande globale adressée aux entreprises va se maintenir à un niveau bas. Les entreprises ne devraient donc pas se précipiter pour accroître leurs dépenses en capital même si les conditions financières sont très favorables. En effet, le double effet CICE-baisse de charges va doper le taux de marge des entreprises. Celui ci reviendra, en 2019, à un niveau très proche de ses plus hauts historiques. Sera-ce suffisant pour créer un boom de l'investissement ? Les entreprises semblent y croire comme le montre l'enquête sur l'investissement dans l'industrie de janvier. Les dépenses des entreprises devraient augmenter de 10% en 2019 après avoir été stables en 2018. Le détail de l'enquête suggère une forte hausse de la demande interne et externe, ce qui me parait être très excessif.

J'ai du mal à anticiper une reprise de l'investissement si la croissance et l'environnement économique sont peu dynamiques. En effet, si la situation reste incertaine, la hausse des dépenses en capital ne sera pas efficace et c'est pour cela que le chef d'entreprise préfèrera reporter ses dépenses en capital.

En d'autres termes, le chiffre de croissance sera plus proche de 0.3% que de 0.4% dans les prochains mois.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !