Paris Games Week : les plus accros aux jeux vidéo ne sont pas forcément ceux qu’on croit | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Paris Games Week : les plus accros aux jeux vidéo ne sont pas forcément ceux qu’on croit
©Reuters

Les Français et les jeux vidéo

Paris Games Week : les plus accros aux jeux vidéo ne sont pas forcément ceux qu’on croit

Un sondage IFOP pour mon-set-up-gaming.fr souligne l'évolution du profil des joueurs ces dernières années et souligne la tendance à la "démocratisation" du jeu vidéo dans la société

 Ifop

Ifop

L'Ifop est un institut de sondages d'opinion et d'études marketing.

Voir la bio »
Jean-Philippe Dubrulle

Jean-Philippe Dubrulle

Chargé d'études - Département opinion et stratégies d'entreprise à l'Ifop.

Voir la bio »

Pour retrouver l'analyse du sondage IFOP pour Mon-set-up-gaming.fr, découvrez l'article à cette adresse

« Le profil des adeptes de jeux vidéo s’est considérablement « normalisé » par rapport aux représentations qui pouvaient avoir cours il y a encore dix ans.  

La diffusion de masse de ce loisir, portée en premier lieu par l’essor des équipements et de l’internet mobiles (qui le mettent littéralement à portée de toutes les mains), induit logiquement une réduction progressive des clivages : on joue, qu’on soit homme ou femme, jeune ou vieux, aisé ou défavorisé, etc.  
C’est donc un loisir qui s’affirme comme omniprésent… et social, puisqu’une part importante des joueurs s’y adonne avec des proches, encore une fois à rebours de l’image désocialisante longtemps affublée aux adeptes de jeu vidéo.  
L’attitude des parents est à cet égard remarquable : non seulement ils jouent avec leurs enfants, mais ils se montrent davantage confiants dans le fait de laisser leur progéniture avec ses jeux vidéo plutôt qu’avec des appareils comme les smartphones ou ordinateurs, qui exposent les enfants aux nouveaux « risques » d’internet, ceux-ci ayant pris la place d’épouvantail longtemps occupée par le jeu vidéo, et avant lui par le jeu de rôle, etc. 
 Enfin, si presque tout le monde joue, il n’en va pas de même pour l’achat de jeux vidéo : celui-ci concerne une part de la population plus faible que pour d’autres produits culturels… mais une part de la population susceptible d’y investir plus d’argent. L’industrie du jeu vidéo se targue d’être la première industrie culturelle au monde. Au regard de ces résultats, la tendance n’est pas prête de s’inverser. » 

Cliquez sur les tableaux et les illustrations pour les agrandir 

 Ce sondage a été effectué pour le site mon-set-up-gaming.fr.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !