Ne dites plus « rats » mais « surmulots » ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Douchka Markovic, une élue du Parti Animaliste au Conseil de Paris, veut qu’on appelle les rats des « surmulots ».
Douchka Markovic, une élue du Parti Animaliste au Conseil de Paris, veut qu’on appelle les rats des « surmulots ».
©PHILIPPE LOPEZ / AFP

Il faut protéger ces rongeurs à qui nous avons fait tant de mal

Ne dites plus « rats » mais « surmulots » !

Tel est l’appel émouvant lancé au Conseil de Paris par une élue du Parti Animaliste.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Par la même occasion, nous apprenons à notre grande surprise qu’une élue animaliste a son rond de serviette à la mairie de Paris. Comme quoi, le droit de vote permet tout. Y compris de voter pour ça.

Les rats prolifèrent dans Paris. Les Parisiens n’aiment pas ça du tout. Ils s’en plaignent et cherchent par tous les moyens à les exterminer. En effet, les rats ont très mauvaise réputation. Une réputation forgée par des humains sans âme et sans cœur.

On trouve ces rongeurs sales et répugnants. Jadis, on voyait en eux des porteurs de la peste. Et on les tuait autant que possible. C’est d’ailleurs à cette fin qu’a été inventée la mort aux rats qui est, du point de vue du Parti Animaliste, l’équivalent du Zyklon B.

Des siècles de souffrance et de persécution. Ça n’a que trop duré et il faut que ça cesse. C’est la mission que s’est donnée Douchka Markovic, une élue animaliste à la mairie de Paris. Elle veut promouvoir un vivre ensemble entre les humains et les rats. Et pour faciliter cette tâche, Douchka Markovic veut qu’on appelle les rats des « surmulots », ce qui sonne mieux.

Les « surmulots », selon son plaidoyer, sont très utiles. « Ils mangent des déchets et dans les égouts débouchent des canalisations ». Les poubelles débordant souvent  à Paris, il nous semble donc que les « surmulots » devraient être déclarés d’utilité publique. Plus il y aura de « surmulots », plus nous serons heureux. « Laissez-les vivre », lance cette élue. Par considération pour elle, nous ne dirons plus les « petits rats de l’Opéra » mais «  les petits surmulots de l’Opéra ». Et il nous faut aller plus loin et voir plus large. Bannir le mot « singe » pour le remplacer par « sous-homme ».

Mais un ami précautionneux nous fait remarquer que ça fait nazi. Optons donc pour « surhomme ». Et puisque nous en sommes aux superlatifs, qu’il nous soit permis de parler de « surconnerie ». Mais pour ça, il faut regarder du côté de Douckha Markovic…

Nous lui suggérons d’ailleurs de changer le nom de son parti. Il contient le mot « animal » qui peut être jugé comme discriminant, offensant et péjoratif. «  Parti des êtres vivants » ce serait bien non ? Nous sommes heureux de voir dans les rats que nous appellerons dorénavant « surmulot »  des animaux de compagnie.

Problème : les chats ne sont pas au courant !

À Lire Aussi

Et l’Ukraine gagna la bataille (du bortsch) contre la Russie !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !