Municipales : quel impact quand les people s'invitent sur les listes ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Adeline Blondieau, alias Caroline Drancourt, la charismatique avocate de "Sous le Soleil", s'est lancé dans la course aux municipales.
Adeline Blondieau, alias Caroline Drancourt, la charismatique avocate de "Sous le Soleil", s'est lancé dans la course aux municipales.
©Reuters

Stars politiques en tounée

Municipales : quel impact quand les people s'invitent sur les listes ?

Les municipales n'ont jamais été autant sous le feu des projecteurs. On pourrait presque dérouler le tapis rouge : les people s'y investissent de manière de plus en plus importante, ce qui n'est pas pour déplaire aux partis eux-mêmes.

Christian Delporte

Christian Delporte

Christian Delporte est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Versailles Saint-Quentin et directeur du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines. Il dirige également la revue Le Temps des médias.

Son dernier livre est intitulé Les grands débats politiques : ces émissions qui on fait l'opinion (Flammarion, 2012).

Il est par ailleurs Président de la Société pour l’histoire des médias et directeur de la revue Le Temps des médias. A son actif plusieurs ouvrages, dont Une histoire de la langue de bois (Flammarion, 2009), Dictionnaire d’histoire culturelle de la France contemporaine (avec Jean-François Sirinelli et Jean-Yves Mollier, PUF, 2010), et Les grands débats politiques : ces émissions qui ont fait l'opinion (Flammarion, 2012).

 

Son dernier livre est intitulé "Come back, ou l'art de revenir en politique" (Flammarion, 2014).

Voir la bio »

Atlantico : Les people semblent fleurir sur les listes pour les municipales. Est-ce un phénomène en progression ?

Christian Delporte : D'abord, il convient de signaler que l'implication des people en politique, notamment dans les élections régionales, n'est pas un phénomène nouveau. L'ex-Miss France Elodie Gossuin, devenue conseillère régionale de Picardie en 2004, est un exemple parlant. Mais ce phénomène s'observait déjà dans les années 1970. En revanche, ce qui est nouveau, c'est la généralisation du phénomène aux municipales. Les municipales attirent de plus en plus les people à mesure qu'elles deviennent de plus en plus nationales, en particulier pour les grandes villes (Paris, Marseille, Lyon).

Les partis les courtisent-ils particulièrement ? Comment les choisissent-ils ?

Les people ne sont pas indispensables pour les partis mais en même temps si des people se présentent, ils se sentent obligés d'en mobiliser.Les people ont une plus-value de taille : ils servent à toucher le public qui n'est pas familier de la politique et qui en est bien souvent indifférent. Les partis attendent alors que les people mettent leur notoriété à leur service. Ainsi aussi, les politiques qui souhaitent devenir des stars le deviennent en s'affichant avec eux.Plus les people en question sont connus et ont une bonne image, et plus ils sont de bon partis pour les partis…

Les profils des people qui se rallient à la politique sont d'une grande variété et cela dépend également des politiques. Mais leurs points communs sont qu'ils jouissent d'une très grande popularité, qu'ils véhiculent une image intelligente et positive.

Enfin, certains candidats "jouent" de certaines stars qui les soutiennent afin de mener des guéguerres à leurs adversaires. C'est ainsi qu'il faut interpréter le soutien d'Enrico Macias à Anne Hidalgo. A travers les people on montre que l'on n'est pas sectaire, qu'on est capable de mobiliser les forces les plus diverses autour de soi.

Avoir une personnalité qui ne soit pas issue du monde politique sur une liste représente-t-il une bonne affaire électoralement ? De quels retours d'expérience dispose-t-on en la matière ?

Là demeure un grand mystère. Personne n'est capable de répondre à ces questions pour les élections municipales ou nationales. Par exemple, il est impossible de déterminer si le soutien de Johnny Hallyday en 1981 à Valéry Giscard d'Estaing puis en 2007 à Nicolas Sarkozy a pesé sur le résultat.

Par contre, il est clair qu'une personnalité non-issue du monde politique et s'engageant d'une quelconque manière dans ce domaine attirera l'attention et fera parler des idées qu'elle défend ou qu'elle représente.

Comment interpréter l'engagement de ces personnalités ? Quelles sont leurs motivations ? L'engagement local répond-il à une logique particulière ?

Là encore les choses sont assez mystérieuses. Mais en général les personnalités qui s'engagent le font par amitié pour un candidat. Quand ils se présentent en personne comme candidats, c'est le signe de la banalisation et la désacralisation du politique actuellement : une vie politique où les politiques eux-mêmes sont des stars. Les people montrent qu'eux aussi sont capables de faire de la politique.

Si les people s'impliquent davantage dans les municipales, c'est parce que ce ne sont pas des élections comme les autres : elles impliquent tous les citoyens dans la vie de la cité.

Pour finir, il me semble intéressant de noter qu'il y a 30 à 40 ans, les intellectuels jouaient le même rôle que les people aujourd'hui. Les intellectuels se faisant rares, ils ont été relayés par les VIP du show-biz.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !