Moi non plus, je ne serai pas candidat à la présidentielle | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Michel Barnier, Philippe Juvin, Laurent Wauquiez, Valérie Pécresse et Bruno Retailleau après une réunion des Républicains, le 20 juillet 2021, en préparation de l'élection présidentielle française de 2022.
Michel Barnier, Philippe Juvin, Laurent Wauquiez, Valérie Pécresse et Bruno Retailleau après une réunion des Républicains, le 20 juillet 2021, en préparation de l'élection présidentielle française de 2022.
©LUDOVIC MARIN / AFP

Chez Les Républicains faites comme Les Républicains !

Moi non plus, je ne serai pas candidat à la présidentielle

Ma décision est irrévocable : sauf si…

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Il y avait Laurent Wauquiez : y’a plus ! Le président de la région Auvergne Rhône-Alpes a tiré sa révérence. Les mauvaises langues insinuent qu’il ne veut pas affronter Macron qui a toutes les chances de gagner en 2022. Nous serons plus charitables : Wauquiez est jeune et il ne sera au point qu’en 2027.

Il y a avait Bruno Retailleau : y’a plus ! Ses motivations nous sont inconnues mais force nous est de penser que la meilleure façon de ne pas perdre une bataille est de ne pas la mener.

Mais nous ne sommes pas orphelins pour autant. Restent Michel Barnier, Philippe Juvin, Eric Ciotti, beaucoup d’acteurs pour une pièce de théâtre qui est plus proche du Grand Guignol que du répertoire de Boulevard.

Sur cette scène, il y a encore de la place : David Lisnard se tâte et Rachida Dati n’a pas dit son dernier mot. Nous avons eu jadis la droite la plus bête du monde : nous avons maintenant la droite la plus bordélique du monde.

Et au bordel, on ne s’ennuie jamais. Merci aux Républicains de nous distraire en ces jours moroses de pandémie. Pour ajouter du charme au spectacle et le pimenter, notons qu’avec le parti de Christian Jacob, c’est comme à Avignon.

Dans la ville des Papes, il y a un festival dans les murs et un festival hors les murs. Ainsi la droite a deux candidats hors les murs : Xavier Bertrand et Valérie Pécresse. Le premier dit, avec une arrogance certaine, qu’il est le « candidat naturel » de la droite. Ce qui dénote de sa part un manque total de galanterie à l’égard de sa rivale d’Ile-de-France.  

On vous le répète : on ne va pas s’ennuyer. Surtout si les Républicains suivent les conseils donnés dans un article d’Atlantico qui préconise pour eux une « primaire sauvage ». Oui il faut qu’elle soit sauvage ! Et pas seulement sauvage mais aussi barbare et cruelle…

Ce qui évitera aux Républicains d’aller demander à Madame Irma de trouver leur candidat dans sa boule de cristal. Quant à moi, je confirme que ma décision de ne pas me présenter est irrévocable : sauf si, bien sûr, Sarkozy me le demande. 

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Et si une primaire sauvage à droite était la moins mauvaise des solutions ? Les 6 questions qui plomberont la droite aussi longtemps qu’elle s’efforcera de ne pas y répondre

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !