Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Un certificat international de vaccination.
©JENS SCHLUETER / AFP

Inexplicable

Mais pourquoi l’idée même du passeport vaccinal suscite-t-elle tant de réserves et d’inquiétudes ? Alors que...

Les partisans d’un passeport vaccinal ne sont pas majoritaires dans ce pays et on assiste aux mêmes critiques qui ont freiné l’acceptation de la vaccination. Alors qu’aujourd’hui, la grande majorité des Français souhaite être vaccinée le plus tôt possible.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio »

Les rapports que nous avons avec la protection médicale et plus précisément avec les vaccins sont décidément compliqués à comprendre. L’idée de disposer d’un passeport vaccinal soulève actuellement en France un incroyable tollé de protestations, un peu équivalent à celui que la vaccination elle-même avait d’ailleurs engendré.

Mais l’opposition au passeport est tellement importante et confuse dans son expression que le gouvernement a décidé de lancer une sorte de referendum en consultant la population via le site de Santé publique.

En bref, êtes-vous pour ou contre le passeport vaccinal ? Cette pandémie aura véritablement suscité les initiatives les plus irresponsables et même stupides. On a, par exemple, interrogé l’année dernière, les Français pour savoir si un médicament leur semblait performant ou pas dans la lutte contre la Covid-19. Comme 60% des Français ont déclaré penser que le médicament en question n’était pas performant, les autorités de régulation de la santé ont interdit la prescription de l’hydroxychloroquine aux médecins de ville. Comme si les Français avaient les compétences pour prendre une telle décision.

Il s’est passé à peu près le même phénomène pour les vaccins. Plus de 60 % des Français se sont déclarés anti-vaccins, ce qui a paralysé le gouvernement et l’a empêché d’anticiper les commandes de doses et les protocoles de campagne. Le problème, c’est que, quand l’opinion publique, fatiguée du confinement et du couvre-feu, a compris que le vaccin était sans doute le seul moyen de se protéger sans s’enfermer, tout le monde ou presque a voulu se faire vacciner et les autorités de la santé se sont retrouvées complètement démunies, d’où la pagaille de laquelle nous ne sommes pas encore sortis.

L‘histoire du passeport vaccinal s‘inscrit dans la même logique. Pour les observateurs les plus rationnels, il paraît évident que le seul moyen de se protéger sans s’enfermer va être de distinguer dans la population ceux qui sont immunisés contre le virus et ceux qui ne le sont pas et qui sont potentiellement contagieux. Mais tant que tous ceux qui sont contaminés ; asymptomatiques ou pas, sont en liberté, le virus va continuer de circuler et de toucher les personnes saines. D’où le confinement.

Pourquoi dans ces conditions, ne pas permettre à tous ceux qui sont testés négatifs ou immunisés par des anticorps ou par le vaccin, de vaquer à leurs occupations en toute liberté ?

D‘où l’idée de délivrer un passeport vaccinal ou de demander systématiquement des tests.

Alors le problème, c’est que pour l’instant, on a très peu de personnes vaccinées et très peu de tests rapides. Donc la question ne se pose pas.

Mais dès que 30 ou 40% des personnes auront été vaccinées, dès que les auto- tests seront mis en circulation, on va assister à un jeu de pression auquel les autorités ne pourront pas résister. La pression viendra de tous les gens qui sont protégés par le vaccin, par les anticorps ou un test rapide qui prouvera la négativité à l’égard du risque de Covid-19 mais la pression viendra aussi des restaurateurs, des directeurs de salles de spectacle et même des chefs d’entreprises qui voudront s’assurer que tous les gens qu‘ils accueillent, leurs clients, leurs salariés ne seront pas porteurs de risque.

Le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieu, est convaincu que le vaccin est le seul moyen de se protéger et de protéger l’environnement. Et à partir de cette conviction, il se déclare forcément favorable au passeport vaccinal, tout comme les directeurs de théâtre, les restaurateurs, les gérants de stade ou de musée...

La logique voudrait d’ailleurs que les entreprises elles-mêmes participent aux campagnes de vaccination, de façon à accélérer les choses. La vaccination en entreprise devrait arriver dès la fin du mois de février, d’abord pour les personnes vulnérables.

La même logique voudra d’ailleurs que dans l’attente et pour les autres, on utilise les auto-tests de façon à sécuriser.

La même logique imposerait aussi que nous réussissions enfin un traçage et une mise à l’isolement pendant deux semaines de tous les cas testés positifs. Et que ces pratiques soient partagées par tous les pays européens.

Le Pr Didier Pittet, épidémiologiste, président de la mission indépendante nationale sur l'évaluation de la gestion de la crise du coronavirus Covid-19 en France considère qu’il « faudra bien entendu aller vers le passeport immunitaire ou vaccinal", ajoutant "je pense qu'on va y arriver » .

Mais s’il fait état de quelques réserves ou prudence, c’est que lui remontent de l’opinion et de certains leaders politiques beaucoup de critiques qui sont liées au manque de pédagogie.

Les compagnies aériennes n’ont pas attendu de conditionner l’accueil de leurs voyageurs au respect des contraintes sanitaires. Dans la plupart des cas, elles imposent les test PCR et demain, le passeport vert. Parce que les pays d’accueil l’exigent. C’est le cas d’Israël aujourd’hui ou de la Chine, Taipei, Singapour, le Vietnam, l’Australie, la Nouvelle-Zélande etc.

Quelles sont les raisons pour lesquelles la France est aussi en retard ? Pour des raisons techniques, certes (pas assez de vaccins et pas de sécurité à 100 % que le vaccin est performant dans tous les cas).

Mais aussi pour des raisons politiques qui reviennent à penser que l’obligation d’obtention d’un passeport serait liberticide et porteuse d’inégalités. L’égalité entre ceux qui sont vaccinés et ceux qui ne le sont pas n’est pas garantie.

C’est une évidence. Ceux-là préfèrent que tous les hommes soient égaux dans le confinement… Mais les mêmes qui viennent dire que ceux qui seront vaccinés sont plus avantagés que les autres, soutiennent que l’obligation de vaccination est liberticide. Inexplicable et inexpliqué.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !