Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société

Gestion du temps

Les gens qui sont toujours en retard ont une bonne excuse et la voilà

Contrairement à ce que l'on pense, être en retard n'a pas que des désavantages. Cela peut générer des effets positifs sur notre productivité. En quoi le retard peut-il affecter positivement notre vie ?

Pascal Neveu

Pascal Neveu

Pascal Neveu est directeur de l'Institut Français de la Psychanalyse Active (IFPA) et secrétaire général du Conseil Supérieur de la Psychanalyse Active (CSDPA). Il est responsable national de la cellule de soutien psychologique au sein de l’Œuvre des Pupilles Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France (ODP).

Voir la bio »

Atlantico.fr : Une auteur américaine affirme dans un livre que le retard chez certaines personnes peut être biologique, naturel, plus que culturel, quelle est donc la cause selon cette étude des retards chroniques ?

Pascal Neveu : Une nouvelle fois, nos amis américains ont l’art et la manière de trouver des explications éventuellement génétiques concernant nos retards chroniques qui concernent 20% de la population.

Il s’agit avant tout de 3 piliers :


-       l’éducation

-       la culpabilité

-       les conséquences

Car déjà enfants nous avons du apprendre à vivre avec les heures… de l’alimentation, du sommeil, du lever… puis à être à l’heure à l’école… même en courant. Tout dépend du discours parental tenu durant ces enjambées…

Entre les enfants arrivant largement en avance, ceux juste avant la fermeture des portes… et ceux devant gérer les explications parentales.

Mais nous sommes face à un problème. Les personnes souvent en retard ont désormais un argument via Jim Dunbar, un Ecossais dont la vie et celle de son entourage est perturbée à cause de ses retards. Agé de 57 ans, il est incapable d'arriver à l'heure, et est parvenu à se faire prescrire une ordonnance afin d'expliquer à ses employeurs qu'il souffrait d'un retard chronique pathologique !

Selon les médecins il serait atteint d'un déficit touchant une région du cerveau bien particulière déjà connue des troubles de l’hyperactivité et de l’attention (TDHA) dont souffrent certaines personnes. Cette affection l’empêcherait de gérer le temps dont il a besoin pour effectuer une tâche. Cependant, il porte sur lui une montre directement reliée à l’horloge parlante afin de toujours connaître l’heure exacte. Visiblement sans aucun effet… à part se victimiser. ( « pourquoi ils ne me croient pas ? »)

Un peu comme une personne vous annonçant avoir avancé sa montre de 15min… alors que notre cerveau a déjà enregistré ce décalage… et via une spirale mensongère du temps.

Sur un plan médical, ces troubles du retard ne sont pas du tout répertoriés comme « maladie ».

Tous les spécialistes évoquent des troubles liés à un mal-être plus profond, comme la dépression.

Mais de nombreuses études se font surtout le relai simple de mauvaises habitudes.

Habitude, paresse et difficultés à évaluer le temps qui passe… sont temps de mesures à analyser avant de sortir la nouvelle carte « je suis atteint de… »

Car par exemple, une ancienne étude a conclu que les personnes ambitieuses ont une bonne notion du temps et n’arrivent jamais en retard. En revanche, celles qui ont la fibre artistique auraient du mal à évaluer le temps sans leur montre. Certains retardataires seraient donc des « idéalistes » chroniques. Ils auraient en quelque sorte tendance par exemple à sous-estimer la durée du trajet… Ils seraient comme indifférents à la ponctualité, car ayant l’impression de faire beaucoup d’efforts sans pour autant satisfaire leur entourage. Mais nous avons tous une façon particulière à nous vivre dans notre monde.

Contrairement à ce que l'on pense, être en retard n'a pas que des désavantages et cela peut provoquer un boost de notre productivité. En quoi le retard peut-il affecter positivement notre vie ?

 Ces chercheurs s’appuient sur le test MBTI (Myers-Briggs Type Indicator) dont la fiabilité est fort contestée, et nous desservent la notion de « Maître du temps » !

Nous sommes à deux milles lieux de la façon de penser la psychologie en Europe et dans les pays Anglo-Saxons.

«  J’arrive toujours avec un quart d’heure en retard à un rendez-vous , « J’ai raté plusieurs fois mon train ».

Alors oui, la fonction de l’autorité serait mise à mal, sans aucune culpabilité. Mais où se situe la nouvelle définition de l’horloge ?

Il y a les retards chroniques mais il y a avant tout  une mauvaise hiérarchisation des priorités qui peuvent alors avoir des conséquences multiples.

Par exemple,  les retards peuvent susciter l’agacement de l’entourage, et peut-être même le rejet. L’expression« poireauter » prend sens… car il s’agit de respecter l’autre.

Mais on sait également que le retard stimule des hormones comme la dopamine qui vont activer le cerveau et mobiliser des réactions neuronales « créatives ».

Certains ont besoin de ce « stress » afin de produire.

Car les retardataires sont persuadés qu’ils ne peuvent pas faire autrement, que c’est plus fort qu’eux, ou bien qu’il y a une bonne raison à leur retard.

Mais c’est un moyen de mettre en avant les efforts de production et de créativité durant ce temps de retard.

Mais aussi parce que les derniers arrivés sont ceux qui restent le plus longtemps à l’issue d’une réunion, selon différentes études.

Autrement dit, sans doute un mélange de culpabilité et de contrainte de résultats aboutissent à des performances plus importantes.

Y a-t-il des manières de canaliser ou de gérer son retard afin de l'éviter ou d'en tirer profit ?

Dans un 1er temps, il s’agit avant tout de se savoir si être toujours en retard est de notre faute.

Des études psychanalytiques faisaient le lien entre la durée de gestation et des problématiques d’accouchement jouaient sur notre capacité à vivre différemment notre montre… Je n’y crois qu’en faible pourcentage.

Par exemple « j'ai tendance à être en retard. . . mais seulement à certaines choses ». « Je suis rarement en retard à réunion, mais je suis presque toujours en retard à une fête » Bien évidemment, nous questionnons.

Il reste aussi une dimension collective, d’habitude, où un apprentissage du retard a lieu.

Tout est question de culture.

J’ai connu des conférences en Belgique ou en Allemagne où le timing était maintenu.

Il semble qu’en France une sorte de 1/4h diplomatique ait lieu.

Par expérience je sais qu’un rendez-vous à Berlin doit être précis… alors qu’à Rome l’heure de retard ne posera aucun souci.. et quand en France…

Il n’y a pas de meilleur profil… il s’agit avant tout de connaître son interlocuteur… et se respecter.

-       Education

-       Culpabilité

-       Conséquences

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !