Les choses à savoir pour faire partie des 96% de gens qui survivent aux accidents d'avion | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Selon les statistiques, même en cas de catastrophe aérienne d'envergure, 76% des passagers survivent.
Selon les statistiques, même en cas de catastrophe aérienne d'envergure, 76% des passagers survivent.
©

Détails utiles

Les choses à savoir pour faire partie des 96% de gens qui survivent aux accidents d'avion

Si de nombreux passagers ignorent les consignes de sécurité à bord, un minimum de sens commun et d'attention peuvent se révéler d'une importance capitale, estiment certains spécialistes de l'aviation.

Pour survivre à un accident d'avion, soignez votre condition physique, n'ayez pas peur de vous sentir égoïste, et préférez les chaussures de sport. Tel est l'avis de plusieurs experts américains, qui rappellent que le fait de garder son calme et d'entretenir une bonne forme physique peut aider un passager à s'en sortir.

D'après le site "plane crash info" qui compile toutes les informations relatives aux accidents d'avion, la probabilité pour un passager de périr dans un vol est de 1 sur 4,7 millions. Même si ces chances sont particulièrement faibles, les experts estiment que certains principes peuvent permettent à de nombreux passagers de rester en vie.

>>>> A lire aussi : Cette chose toute simple que la majorité des gens est incapable de faire pour survivre à une catastrophe

A l'heure où la quasi-totalité des passagers ignorent naturellement les consignes de sécurité à bord d'un avion, un minimum de sens commun et d'attention peuvent se révéler d'une importance capitale, estiment certains spécialistes de l'aviation. "Connaître la marche à suivre en cas d'urgence peut faire la différence entre la vie et la mort pour vous et votre famille" estime le site de l'aviation civile américaine.

La lecture assidue des consignes de sécurité devant votre siège semble souvent inutile mais les spécialistes affirment que les chances de survie en cas d'accident augmentent pour les passagers qui savent où se trouvent les issues de secours et le matériel de sécurité, comme les gilets de sauvetage et les masques à oxygène.

Plusieurs études rappellent qu'il ne s'agit pas seulement de survivre à l'impact de l'appareil. Les passagers s'exposent à un risque de flammes et d'inhalations de fumée, mais également à la noyade. Dans ces différents cas de figure, la seule façon de sauver sa peau est bien souvent de quitter l'appareil le plus vite possible.

Dans cette perspective, une bonne condition physique peut aussi s'avérer payante. En effet, une certaine habileté, ainsi que des réflexes développés et une capacité de mouvements rapides peuvent sauver un passager. De la même façon, rester mince peut aider un passager à se frayer un chemin dans des espaces très réduits, explique l'aviation civile.

Commencer par mettre son masque à oxygène est une démarche capitale. Quand la pressurisation de la cabine est en baisse, le niveau d'oxygène dans l'air est si faible que les passagers peuvent d'évanouir en seulement 20 secondes. C'est la raison pour laquelle les membres de l'équipage conseillent généralement aux passagers de se secourir d'abord eux-mêmes plutôt que de passer le masque à un enfant ou à un  proche. Dans les pires situations, il ne faut pas avoir honte de se sentir égoïste. Pour aider efficacement son entourage et les autres passagers, il faut d'abord être soi-même conscient et en pleine possession de ses moyens.

Les spécialistes conseillent également d'éviter les vêtements synthétiques très inflammables comme le nylon ou le polyester, et d'opter plutôt pour de la laine et du coton. Si le premier impact est une chose, survivre aux flammes en est une autre, non négligeable.  Préférez également les chaussures plates et confortables plutôt que les talons. Ceux-ci peuvent percer les toboggans d'évacuation et ralentir votre progression vers la sortie. De toute façon, l'équipage vous demandera des les enlever…

Dans son ouvrage intitulé " The Survivors Club - The Secrets and Science That Could Save Your Life", Ben Sherwood, conseille aux passagers d'élaborer dans leur tête un plan d'évacuation dès leur entrée dans l'appareil.

"Les études ont montré que les trois premières minutes d'un vol, et les huit dernières, constituent le moment où surviennent environ 80% des catastrophes aériennes" explique Sherwood au magazine Time.

"Pendant ces quelques minutes, il est déconseillé d'avoir les yeux masqués, d'être en état d'alcoolémie ou de porter des écouteurs. C'est à ce moment précis qu'il faut justement se montrer attentif car vous avez plus de chances de survivre à un éventuel accident" poursuit-il en rappelant qu'il est capital (dans la mesure du possible) de garder son calme.

Sherwood appelle enfin à penser aux chiffres pour rester serein : les statistiques révèlent que 95,7% des passagers survivent à un accident d'avion. Même en cas de catastrophe aérienne d'envergure, 76% des passagers survivent

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !