Les armes du futur promettent de détruire les composants électroniques simplement par des micro-ondes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Les armes du futur promettent de détruire les composants électroniques simplement par des micro-ondes
©Boeing

Science weapons

Les armes du futur promettent de détruire les composants électroniques simplement par des micro-ondes

L'armée de l'air américaine a déclaré être en capacité de produire des missiles à énergie dirigée qui pourrait révolutionner les guerres dans le futur.

Après les drones sans pilotes, capables de détruire des cibles à distance, voici les missiles qui n'explosent pas. Objet de science-fiction, ces nouvelles armes sont désormais devenues réelles. En témoigne cette annonce de l'armée de l'air américaine qui a reconnu un secret de polichinelle, celui du développement de "Champ", un missile unique en son genre, conçu par l'entreprise Boeing pour le compte des militaires. "Nous pouvons frapper toutes les cibles que nous souhaitons" a expliqué Keith Coleman, le directeur du projet sur CNN.

La particularité de Champ, c'est qu'il ne provoquera pas de cratère, ni de feu et (normalement) aucun mort. "On appelle cela une bombe EMP non nucléaire" analyse Bernard Fontaine, directeur de recherche au CNRS et auteur du livre "Les armes à énergie dirigée, mythe ou réalité?" EMP signifie en anglais "electromagnetic pulse," c’est-à-dire impulsion électromagnétique. "C'est un système tout à fait redoutable" poursuit Bernard Fontaine. "Le missile va envoyer des mégawatts pulsés qui vont détruire tous les systèmes électroniques en créant des surtensions." Lorsque l'on sait l'importance de l'informatique dans la plupart des pays industrialisés, on réalise l'aspect dévastateur que peut avoir une telle arme. Un premier test, daté de 2008, a d'ailleurs montré l'efficacité de Champ, diminutif de "champion." En cas de guerre, un tel missile pourrait rendre les systèmes de défense inactifs avant l'arrivée des troupes au sol. Une méthode similaire a déjà été testée avec succès pour le contrôle des foules car les micro-ondes peuvent aussi provoquer des sensations de brûlures, lorsqu'elles sont directement dirigées sur des humains.

La technologie n'est d'ailleurs pas neuve puisque les propriétés de ces micro-ondes sont connues depuis la fin des années 1940, notamment parce que les armes nucléaires provoquaient des conséquences similaires. En 1951, les Soviétiques sont les premiers à créer un générateur non nucléaire mais les pays restent très discrets sur ce type d'armes. D'autant plus que les Américains ne sont pas les seuls sur ce créneau. En 2012, les médias israéliens affirment que l'Etat hébreux envisageait une frappe EMP contre l'Iran, renvoyant la République islamique à "l'âge de pierre."

"La France entreprend  aussi des études sur les armes utilisant des faisceaux micro-ondes depuis de nombreuses années " précise Bernard Fontaine. C'est notamment au centre d'études de Gramat que l'armée française réalise ses tests, en toute discrétion.

Et les expérimentations ne s'arrêtent pas aux micro-ondes. "Parmi les armes à énergie dirigée, on retrouve aussi les lasers tactiques" précise le chercheur. Cette fois, les conséquences sont bien plus violentes puisque le laser peut notamment servir à  détruire des obus, des missiles, des drones ou même des véhicules, en concentrant une énergie énorme dessus. "Ces armes sont sur le point de devenir opérationnelles" insiste Bernard Fontaine. "C’est le cas d’un laser tactique embarqué sur un destroyer aux USA qui devrait être déployé dès 2016." A plus faible puissance, ces lasers pourraient se contenter d'éblouir les ennemis afin de les désorienter. Mais leur utilisation est logiquement interdite par les conventions de Genève car les dommages sur la rétine pourraient être irrémédiables.

Cette interdiction met d'ailleurs en évidence que l'émergence de ces nouvelles armes non-létales va entraîner avec elle l'apparition de nouveaux débats sur le bien-fondé de ces technologies secrètement gardées et mal connues du grand public. Sont-elles vraiment inoffensives quand elles prétendent l'être ? Les Etats qui en sont à l'origine sont-ils eux-mêmes protégés ? Pour Bernard Fontaine, l'apparition des armes à énergie dirigée ne représente "pas plus de menaces que les autres armes." Selon lui, elles pourraient même être bénéfiques. "L’utilisation des lasers et des micro-ondes comme armes peut limiter les 'dégâts co-latéraux' comparés ceux produits par les armes balistiques." Reste à savoir si des armes peuvent véritablement être bénéfiques.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !