La science de l’ennui a des solutions pour y échapper mais ce ne sont pas celles auxquelles vous pensez | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Une personne joue à Candy Crush Saga sur son Iphone à Rome.
Une personne joue à Candy Crush Saga sur son Iphone à Rome.
©GABRIEL BOUYS / AFP

Netflix ou Candy Crush ?

La science de l’ennui a des solutions pour y échapper mais ce ne sont pas celles auxquelles vous pensez

James Danckert et John D. Eastwood, professeurs de psychologie à l'université de Waterloo et de York, ont étudié les mécanismes liés à l'ennui et à son impact psychologique. Leurs conclusions permettent d'en apprendre plus sur notre état d'esprit, sur notre créativité et sur la routine de nos vies.

James Danckert

James Danckert

James Danckert est professeur au Département de psychologie de l'Université de Waterloo et et est neuroscientifique cognitif. Expert en psychologie de l'ennui, il étudie également les neurosciences de l'attention et les conséquences des accidents vasculaires cérébraux.

Voir la bio »
John D. Eastwood

John D. Eastwood

John D. Eastwood est professeur agrégé au Département de psychologie de l'Université York et psychologue clinicien. Il forme de futurs cliniciens et mène des recherches sur l'intersection de la cognition et de l'émotion.

Voir la bio »

Atlantico : Vous avez publié de nouveaux travaux de recherche et également le livre "Out of My Skull : The Psychology of Boredom". Alors que de nombreuses personnes cherchent à se divertir, vos conclusions expliquent qu'en réalité, elles ont besoin d'être sollicitées. Pouvez-vous expliquer ce mécanisme ?

James Danckert et John D. Eastwood : Il n'y a rien de mal à se divertir. La distinction que nous faisons est entre l'engagement passif et l'engagement actif. Lorsque nous prenons notre téléphone ou Netflix parce que nous nous ennuyons, nous recherchons un engagement passif. Bien que cela soit parfois acceptable, ce n'est probablement pas une bonne solution à long terme pour lutter contre l'ennui. L'élément clé sur lequel nous insistons est l'agencement, qui consiste à choisir quand et comment nous nous engageons dans le monde de manière intentionnelle. Lorsque nous nous ennuyons, nous sommes en pleine crise de l'agencement - nous ne nous connectons pas au monde d'une manière qui découle de nos passions, de notre curiosité et de nos capacités uniques, et qui les exprime. Ainsi, pour éviter l'ennui, ou pour bien réagir lorsqu'il survient, nous devons retrouver cette connexion agentive avec le monde.

Quelles sont les principales découvertes et surprises de votre étude sur l'ennui ? Ressentons-nous un inconfort émotionnel lorsque notre esprit est sous-alimenté ? Avez-vous remarqué des particularités ou des différences entre les hommes et les femmes sur le thème de l'ennui ?

Il y a trop de découvertes pour les énumérer toutes ici ! Ce qui nous intéresse le plus pour l'avenir, c'est la notion selon laquelle l'ennui signale un besoin d'explorer notre environnement à la recherche de quelque chose de nouveau, ainsi que la manière dont l'autorégulation et la motivation sont essentielles à l'ennui. Quant à l'inconfort, il s'agit d'une caractéristique essentielle de l'ennui - il est inconfortable et c'est précisément la raison pour laquelle nous essayons de l'éradiquer. Dans la littérature, certains éléments indiquent que les hommes ressentent davantage l'ennui que les femmes - mais la différence, bien que significative dans certaines études, est faible.

À Lire Aussi

Pourquoi (notre allergie à) l’ennui est le pétrole du 21e siècle

 Quels sont les moyens les plus efficaces de "guérir" l'ennui ?

Les études d'interventions nécessaires pour répondre à cette question n'ont tout simplement pas été réalisées. Les gens pourraient vouloir se tourner vers la méditation de pleine conscience, mais les difficultés que rencontrent les personnes qui s'ennuient à se concentrer sur leur attention suggèrent que cela pourrait être difficile (la pleine conscience exige une forte concentration). En outre, la question est peut-être trop vaste. Nous ne voulons probablement pas "guérir" les sentiments d'ennui du moment, mais plutôt apprendre à mieux réagir à ces moments. Tous les sentiments, y compris les sentiments inconfortables comme l'ennui, jouent un rôle fonctionnel dans nos vies, ce ne sont pas des problèmes à bannir. Il serait plus utile de se demander comment nous pouvons éviter de devenir enclins à l'ennui chronique, et une fois encore, ces études n'ont pas encore été réalisées. Étant donné que nous comprenons l'ennui comme une crise de l'agencement, il semble prometteur d'explorer les moyens d'accroître les compétences d'autorégulation et l'autodétermination comme moyens possibles de prévenir l'ennui chronique.

Si les gens essaient de se distraire et de se divertir en regardant trop d'épisodes sur Netflix, ou en jouant à Candy Crush, vont-ils gaspiller leur créativité et un moyen de s'exprimer ? L'ennui augmente-t-il avec l'influence des smartphones, des écrans de télévision, des jeux vidéo dans nos vies ?

Les travaux d'Elizabeth Weybright et de ses collègues montrent que l'ennui a augmenté au cours des dernières décennies, mais il est difficile de dire si cela est dû à notre relation avec la technologie. Jon Elhai et d'autres chercheurs ont également mené des travaux corrélationnels intéressants montrant que la propension à l'ennui est liée à des interactions problématiques avec nos smartphones et les réseaux sociaux. Ces travaux montrent que l'utilisation des smartphones est problématique pour un petit pourcentage (près de 4%) de la population - nous ne parlons donc pas d'une épidémie d'interactions négatives entre l'ennui et la technologie.

À Lire Aussi

Smartphones ou marathons de série, l'ennui, c'est fini... Mais nous aurions bien tort de nous en réjouir et voilà pourquoi

Par ailleurs, on a longtemps voulu établir un lien entre l'ennui et la créativité. Mais cette logique présente un défi. L'ennui ne rend pas une personne créative. Au contraire, ce sont les personnes qui se sont engagées dans des activités créatives qui peuvent se tourner vers ces moyens pour atténuer l'ennui lorsqu'il survient.

Avec les conclusions de vos travaux et études, peut-on dire que l'ennui est le meilleur allié de la créativité ?

Non. Le meilleur allié de la créativité est la pratique créative. Il y a des notions populaires de la créativité qui ne sont pas correctes ici - le fait qu'elle est "innée" chez certaines personnes et pas chez d'autres, qu'elle "vient naturellement" et qu'elle est en quelque sorte "facile". Rien de tout cela n'est vrai. Comme tout artiste vous le dira, ses activités créatives nécessitent une pratique constante. En fait, une étude a révélé que les personnes sujettes à l'ennui étaient moins susceptibles d'être créatives. De plus, nous avons récemment découvert que la propension à l'ennui (c'est-à-dire la disposition caractéristique à s'ennuyer plus fréquemment et plus intensément) est liée négativement à l'engagement dans des activités créatives quotidiennes - nous n'avons pas encore publié cette étude, mais elle suggère au moins que les dispositions caractéristiques de la propension à l'ennui et de la créativité ne sont pas du tout liées de manière adaptative. Ce malentendu sur l'ennui et la créativité pourrait persister parce que les activités créatives exigent souvent des moments de recul par rapport à la routine de la vie, mais ces moments ne sont pas du tout la même chose que l'ennui. La créativité peut exiger que nous nous repliions sur nous-mêmes, que nous nous concentrions sur nos pensées et nos idées et que nous nous détournions des stimulations extérieures... mais cela ne signifie pas que l'ennui soit bon pour la créativité.

À Lire Aussi

Ce qui se passe vraiment quand on s'ennuie

La pandémie de Covid-19 est une période où l'ennui a pris un autre sens. Il a été ressenti par un grand nombre de personnes à travers le monde. Au milieu de la tragédie de la crise du Covid-19, l'expérience de l'ennui a forcé chacun d'entre nous à redéfinir nos priorités, nos attitudes ou nos modes de pensée. Cette petite révolution était-elle due aux conséquences "positives" de l'ennui ?

Dans notre livre, nous suggérons que le sentiment d'ennui sur le moment n'est ni bon, ni mauvais - c'est notre réponse à l'ennui qui compte. En ce qui concerne la pandémie, nous avons montré, avec d'autres, que les personnes fortement sujettes à l'ennui étaient plus susceptibles d'enfreindre les règles de l'isolement social et qu'elles étaient généralement confrontées à davantage de difficultés psychologiques pendant la pandémie, ce qui suggère que les personnes fortement sujettes à l'ennui ont adopté des réponses inadaptées à l'ennui. Cependant, pendant la pandémie, il y a certainement eu des exemples de réponses adaptatives à l'ennui sur le moment. Certaines personnes ont effectivement profité de la rupture des routines et des structures habituelles pour faire une pause et réfléchir à leurs valeurs et leurs centres d'intérêts. Nos recherches montrent que les personnes enclines à l'ennui n'ont pas toujours choisi ces réponses positives à l'ennui.

Peut-on dire que vos travaux et études pourraient déboucher sur des perspectives intéressantes pour soigner la dépression ?

Nous savons depuis longtemps que l'ennui et la dépression sont positivement corrélés (il en va de même pour d'autres problèmes de santé mentale, notamment les taux élevés d'anxiété et d'agressivité). Certains travaux suggèrent l'existence d'une relation réciproque entre l'ennui et la dépression, et nous sommes actuellement en train de l'explorer davantage. En fin de compte, nous voulons savoir si l'ennui représente un facteur de risque de dépression et, bien que certains indices laissent penser que ce pourrait être le cas, des recherches beaucoup plus approfondies sont nécessaires.

À Lire Aussi

Laissez vos enfants s'ennuyer cet été, c'est le meilleur service que vous puissiez leur rendre. Et voilà pourquoi

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !