La retraite, ce "Graal du 21e siècle" : comment bien choisir son environnement pour pouvoir en profiter | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
La retraite, ce "Graal du 21e siècle" : comment bien choisir son environnement pour pouvoir en profiter
©Reuters

Bonnes feuilles

La retraite, ce "Graal du 21e siècle" : comment bien choisir son environnement pour pouvoir en profiter

Aujourd'hui, un retraité naît toutes les 37 secondes ! Peut-on exister socialement quand on est à la retraite ? Y a-t-il des "risques sociaux" chez les retraités ? Quels sont les choix qui s'offrent à eux pour donner du sens à leur vie ? Ce livre, ponctué de récits, de témoignages éclairants, d'exercices personnels, vous accompagne durant la transition entre le monde du travail et le début d'une vie où vous serez l'acteur libre et responsable de vos décisions. Extrait du livre "En avant la retraite !", de Juliette Helson et Daniel Levy, publié aux éditions L'Harmattan, 2/2

Daniel Lévy

Daniel Lévy

Daniel Lévy a un parcours atypique. Un subtil dosage entre l'école du Louvre, qui lui a donné l’occasion de travailler avec des artistes passionnés, aux modes d’expressions différents, une carrière d’ingénieur commercial chez IBM et un diplôme universitaire de coaching qui l‘a conduit à ce livre.

Voir la bio »
Juliette Helson

Juliette Helson

Juliette Helson, après une formation d’enseignante et une carrière dans le privé, dans le secteur de l’industrie et des hautes technologies, est co-auteur d’un ouvrage sur les regards féminins dans l’entreprise. Elle s’intéresse désormais à la place des retraités dans la société.

Voir la bio »

Critères à prendre en compte : objectifs et subjectifs, une décision difficile qui doit être mûrement réfléchie

Les critères subjectifs sont liés à la perception personnelle de l’art de vivre. C'est peut-être le sujet sur lequel vous prendrez le temps de la réflexion et un soin tout particulier dans votre décision. C'est un choix émotionnel. Pensez, si vous restez chez vous, à regarder si votre environnement familier ne va pas trop changer dans les années à venir. Projetez-vous dans le futur en imaginant ce que va devenir votre entourage [untel rejoindra peut-être ses enfants ?...] Habiter dans un lieu et un environnement de qualité, où, selon que vous serez seul [e] ou en couple, avec une base d’amis proches avec qui vous avez des affinités et dont vous connaissez les projets pour leur retraite [lieu, projets, mode de vie, moyens financiers…] est un atout inestimable.

Pour les critères objectifs, il est important de se poser les bonnes questions concernant votre environnement futur avant de s'engager.

Bien souvent, les raisons du mauvais choix tournent autour des quelques exemples ci-dessous :

- D’un manque d’informations,

- D’un a priori sans vérifications [je suis sûr que…], 

- D’une mauvaise évaluation des distances à parcourir entre le lieu d’habitation et les commerçants, les activités, les loisirs,

- L’attractivité pour la famille (est-il mieux d’être au bord de la mer que dans une région au climat rigoureux),

- L’isolement du village ou de sa maison [qui était parfaite pour un weekend] et son corollaire pour vivre en toute sécurité (alarme, société de surveillance…),

- Le voisinage immédiat,

- Le changement de comportement des personnes sur qui on compte, la réaction de la famille que vous n’avez pas fréquentée régulièrement durant votre vie dans une grande ville,

- Les structures existantes en ce qui concerne les aides sociales de la mairie, du Conseil Général, les établissements de santé.

Pour ceux qui habitent en appartement (plus de 40 % des 50-80 ans) nous pourrions ajouter que 68 % des retraités préfèrent envisager le même logement avec quelques adaptations (pour les 60 – 70 ans, principalement : alarme, domotique, aménagement cuisine et salle de bain) ou un logement semblable, plus simple, plus commode, voire plus petit, mais qui demande moins d’entretien, offrant plus de sécurité et des moyens d’accès améliorés sans escalier par exemple.

À noter que si près de 80 % des retraités connaissent les technologies pouvant améliorer leur habitation, moins de 20 % savent de quoi il s’agit exactement. Les résultats des enquêtes scientifiques consultées font prendre conscience des besoins spécifiques des seniors et de leur volonté déterminée de vivre chez eux, dans un habitat simple, mais adapté et non dans une institution.

Du bon choix du lieu de vie découle l’assurance d’un art de vivre satisfaisant

Il est un pays dans le monde qui a la réputation de s’y connaître en art de vivre, au point même de passer pour expert en la matière. Ce pays, c’est la France. Or, la France est le pays de la gastronomie, du luxe, et suivant un cliché connu dans le monde entier, c’est aussi le pays de l'amour...

Lorsqu'on interroge les personnes rencontrées (hasard ou entourage) sur leur définition personnelle de « l’art de vivre », les réponses sont inévitablement associées à tout ce qui touche au plaisir, aux voyages, à la gastronomie, à l’amitié, à la famille, bref !

Tout ce qui a un rapport à soi et qui concerne :

- Le cognitif : ce que je sais ;

- L’affectif : ce que je ressens, ce que j’aime ;

- L’environnement : le contexte, les médias, le social, le culturel…

Pour beaucoup de personnes, profiter de cet « art de vivre » ne peut se concevoir que dans un environnement que l’on a soi-même choisi et adapté à ses besoins, même s’ils sont modestes. (Cf. Curiosité)

Je suis aussi bien qu’on puisse l’être là où je suis, puisque c’est chez moi. L’art de vivre n’a pas de définition « en soi », il peut se justifier par le fait que toute création est un art et donc toute expression personnelle peut être considérée comme une « oeuvre d’art unique », à partir du moment où elle est portée par une intention préméditée. (Cf. Créativité)

Pour pratiquer l’art de vivre, il n’est nul besoin d’avoir recours à des livres compliqués. En revanche, cette anecdote que l’on trouve chez Montaigne, qui raconte que son père le faisait éveiller chaque matin au son d’un petit concert de musique de chambre, a incontestablement un rapport avec l’art de vivre.

À l’étranger, l’art de vivre à la Française est en priorité, associé à la gastronomie, dont tout le monde loue les bienfaits, mais également à la beauté des paysages, à l’héritage culturel immense qu’elle a su préserver et entretenir. (Cf. Émerveillement)

L’art de vivre, c’est en fait une sorte de connaissance raisonnée de tout le plaisir que l’on peut tirer de la vie.

Nous pourrions détailler ce concept de l’art de vivre en examinant des thèmes aussi divers que :

- Le farniente, le plaisir de ne rien faire

- Le plaisir de faire ce que l’on a prévu

- Le plaisir d’être entre amis, de sortir

- Le juste équilibre

- Être conscient de ce que l’on fait

- Vouloir ce que l’on fait…

À condition de lâcher prise, d’avoir su donner du sens à leur vie (il n’y a pas de bon ou de mauvais choix) et vivre dans un lieu et un environnement qui leur convient, parce qu’ils l’ont choisi et façonné ou faute de mieux compte tenu des circonstances, les retraités peuvent profiter de cet art de vivre qui est quelque part, dans le monde actuel, « le Graal du 21e siècle ». (cf. Accomplissement de soi)

Voici quelques questions que vous pourriez vous poser dans la phase de décision.

1 - Avez-vous le désir de prendre votre retraite dans un lieu en rapport avec votre enfance ou avec le berceau de votre famille ?

2 - Avez-vous un lieu ou possédez-vous un bien où vous avez décidé de prendre votre retraite ?

3 - Si la réponse est non, où vous voyez-vous vivre votre retraite : Bord de mer, montagne, moyenne montagne, campagne, grande ville, ville moyenne, village ?

4 - Dans quelle Région : Région parisienne, aquitaine, centre, PACA, … à l’étranger ?

5 - Dans quelles conditions souhaitez-vous vivre : Maison, appartement, maison de retraite, pension de famille, en communauté, en famille ?

6 - Votre habitat actuel peut-il vous satisfaire dans 10 ans ? Dans 20 ans ?

7 - Si un déménagement s’avérait envisageable, quelle pourrait en être — la raison, la cause ?

8 - Quelles conditions globales votre futur habitat devrait-il remplir ?

9 - Si vous êtes propriétaire d’un ou plusieurs biens immobiliers avez-vous

l’intention de le vendre pour acheter moins cher à l’endroit où vous passerez votre retraite ?

10 - Pensez-vous que vos revenus futurs vous permettront d’assumer vos choix (lieu et art de vivre) ?

À retenir

À cause des changements qu’engendre la retraite, le choix du lieu de vie et de son environnement devient primordial. Ce choix a quelque chose de définitif puisque 90 % des personnes ne veulent pas déménager du lieu où ils habitent. L’art de vivre, dans ces conditions, devient un état d’esprit qu’il faut préserver puisqu’il s’apparente à l’art de vivre une retraite heureuse.

Extrait du livre "En avant la retraite !", de Juliette Helson et Daniel Levy, publié aux éditions L'Harmattan, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !