Bien avant le congé paternité, ces centaines de milliers d’années d’évolution biologique qui ont donné un père aux humains | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Bien avant le congé paternité, ces centaines de milliers d’années d’évolution biologique qui ont donné un père aux humains
©Ivan Lieman / AFP

Sciences

Bien avant le congé paternité, ces centaines de milliers d’années d’évolution biologique qui ont donné un père aux humains

La plupart des mammifères mâles ont peu ou pas de relations avec leurs enfants. Pourquoi notre propre espèce est-elle différente ?

Elizabeth Preston

Elizabeth Preston

Elizabeth Preston est une journaliste scientifique indépendante qui vit dans la région de Boston avec son mari et deux petits primates très dépendants.

Voir la bio »

Cet article a été publié initialement sur le site de la revue Knowable Magazine from Annual Reviews et traduit avec leur aimable autorisation.

Il est difficile à joindre Lee Gettler au téléphone, pour la raison, très ordinaire, qu'il est occupé à s'occuper de ses deux jeunes enfants. Pourtant, parmi les mammifères, cela le rend extraordinaire.

"Les pères humains s'engagent dans des formes de soins très coûteuses", explique Lee Gettler, anthropologue à l'université de Notre Dame. En ce sens, les humains se distinguent de presque tous les autres mammifères. Les pères, et les parents en général, constituent le champ d'étude de Gettler. Avec d'autres chercheurs, il a découvert que le rôle des pères varie considérablement d'une culture à l'autre et que certains pères d'autres animaux pourraient donner un aperçu utile de notre passé évolutif.

De nombreux mystères subsistent cependant sur la façon dont les pères humains ont développé leur rôle particulier et très investi, y compris les changements hormonaux qui accompagnent la paternité (voir encadré). Une meilleure compréhension de l'origine des pères et de l'importance de la paternité, tant pour les pères que pour les enfants, pourrait profiter à toutes sortes de familles.

"Si vous regardez les autres espèces de mammifères, les pères ont tendance à ne rien faire d'autre que de fournir du sperme", explique Rebecca Sear, démographe évolutionniste et anthropologue à la London School of Hygiene and Tropical Medicine. Chez la plupart des autres animaux qui s'occupent de leurs enfants aussi, les mères portent le fardeau. (Les poissons sont une exception : la plupart d'entre eux ne s'occupent pas du tout de leurs petits, mais les parents qui s'en occupent sont généralement les pères. Et les couples d'oiseaux sont réputés pour leur coparentalité).

À Lire Aussi

Un congé paternité à côté de la plaque ?

Même chez les autres singes, nos plus proches parents, la plupart des pères ne font pas grand-chose. Cela signifie que les mères doivent se charger de tout le travail et espacer les naissances pour être sûres de pouvoir s'occuper des enfants. Les chimpanzés sauvages donnent naissance à un bébé tous les quatre à six ans, par exemple, tandis que les orangs-outans attendent jusqu'à six à huit ans entre chaque naissance.

Les ancêtres de l'homme, cependant, ont adopté une stratégie différente. Les mères recevaient l'aide de leur communauté et de leurs proches, y compris les pères. Cela les libérait suffisamment pour qu'elles puissent avoir plus de bébés, plus rapprochés les uns des autres - environ tous les trois ans, en moyenne, dans les sociétés non industrielles actuelles. Cette stratégie "fait partie de la réussite de l'évolution de l'être humain", estime Gettler.

INFOGRAPHIE G-hormonal-change-in fathers 

Les nouveaux pères présentent une baisse de testostérone, ce qui pourrait les aider à être plus attentionnés envers leurs nouveau-nés. Des scientifiques ont prélevé des échantillons de testostérone chez plus de 450 hommes aux Philippines en 2005 et à nouveau en 2009. Tous les hommes ont présenté une légère diminution de leur taux de testostérone (les taux de testostérone matinaux sont illustrés ici), ce qui est normal avec l'âge. Les hommes ayant des nouveau-nés ont toutefois présenté une baisse beaucoup plus importante. Leur testostérone est revenue aux niveaux attendus lorsque leurs enfants ont grandi.

La paternité dans le sang

Certains indices de l'histoire évolutive de la paternité sont inscrits dans les molécules du corps des hommes.

L'anthropologue Lee Gettler a mené une étude à long terme sur les hommes des Philippines, en recueillant des données biologiques sur eux au début de la vingtaine et en les suivant cinq ans plus tard. Lui et ses collègues ont constaté que les hommes ayant un taux de testostérone plus élevé au début de la vingtaine étaient plus susceptibles d'avoir des partenaires et des enfants plus tard, lorsque les chercheurs ont effectué un suivi. Mais ces nouveaux papas n'avaient plus un taux de testostérone élevé - il avait chuté de façon spectaculaire, surtout s'ils avaient un nouveau-né à la maison. Une fois que le plus jeune enfant d'un homme était un bambin, son taux de testostérone commençait à remonter.

La testostérone est liée au comportement d'accouplement et de compétition chez les animaux mâles. Selon les chercheurs, la supprimer pourrait être une façon pour la nature de préparer les pères à coopérer avec leur partenaire et à s'occuper des enfants. Bien que les pères attentionnés soient rares chez les mammifères et la plupart des autres animaux, on en trouve beaucoup chez les oiseaux - et ces pères oiseaux connaissent également des baisses de testostérone

La prolactine est une autre hormone liée au comportement paternel chez les oiseaux - cette fois, les pères aimants en ont davantage - et certaines études ont laissé entendre qu'il y avait un effet similaire chez les humains. Bien que nous n'ayons qu'un lointain lien de parenté avec les oiseaux, l'évolution a pu utiliser les mêmes mécanismes pour encourager le comportement paternel chez les deux animaux. Une meilleure compréhension de ces mécanismes pourrait nous aider à comprendre comment la paternité a évolué. 

"Si nous comprenons les voies physiologiques qui sous-tendent les soins chez ces autres espèces, nous pouvons chercher à savoir si les mêmes signatures se retrouvent chez les pères humains", explique M. Gettler.  - Elizabeth Preston

Des pères gorilles affectueux

Certains indices sur l'origine de la paternité attentionnée proviennent de nos proches parents primates. Stacy Rosenbaum, anthropologue biologique à l'université du Michigan, étudie les gorilles des montagnes sauvages au Rwanda. Ces gorilles fournissent des indices intrigants sur les origines de la paternité des singes, comme l'affirment Gettler et ses coauteurs Rosenbaum et Adam Boyette dans la revue Annual Review of Anthropology de 2020.

Les gorilles des montagnes sont un type de gorille de l'Est. Ils diffèrent des gorilles de l'Ouest - une espèce distincte, plus souvent observée dans les zoos - par leur habitat et leur régime alimentaire. M. Rosenbaum s'intéresse davantage à un autre élément qui distingue les gorilles des montagnes : "Les enfants passent une grande quantité de temps autour des mâles", dit-elle.

Ces mâles peuvent ou non être leurs pères. Les gorilles des montagnes mâles ne semblent pas savoir ou se soucier de savoir quels jeunes sont les leurs. Mais presque tous les mâles tolèrent la compagnie des enfants. Contrairement à tous les autres grands singes étudiés à l'état sauvage, ces mâles - des costauds qui font deux fois la taille des femelles, avec des muscles et des dents énormes - sont essentiellement des baby-sitters. Certains prennent les enfants dans leurs bras, jouent avec eux et dorment même enlacés.

Cette compagnie masculine peut protéger les très jeunes gorilles contre les prédateurs et leur éviter d'être tués par des mâles intrus. Rosenbaum pense qu'un autre avantage important pourrait être social. Les jeunes gorilles qui se mêlent à un mâle adulte pourraient acquérir des compétences sociales, comme le font les tout-petits humains avec leurs camarades à la crèche. De plus, les recherches ont montré que les relations entre les jeunes gorilles et les mâles adultes persistent lorsque les enfants grandissent.

Un article récent sur les jeunes gorilles des montagnes dont la mère est décédée donne une autre indication alléchante sur la façon dont les gorilles mâles profitent aux jeunes de leur groupe. Les chercheurs ont constaté que la perte de leur mère ne rendait pas ces orphelins plus susceptibles de mourir eux-mêmes. Ils n'ont pas non plus subi d'autres coûts, comme une plus longue attente avant d'avoir leurs propres petits. Les relations des orphelins avec les autres membres de leur groupe, notamment les mâles dominants, semblaient les protéger des effets néfastes.

Les mâles gorilles de montagne ne sont pas les seuls primates à s'allier avec les enfants. Les macaques mâles adultes passent également du temps avec les jeunes. Et les babouins mâles forment des "amitiés" avec les femelles et leurs petits, qui sont souvent (mais pas toujours) leur propre progéniture. Ces comportements ne coûtent presque rien aux primates mâles. Ainsi, si les mâles peuvent donner un coup de pouce à la survie de leurs propres enfants, ce n'est pas grave s'ils passent aussi du temps avec des enfants sans lien de parenté.

Les papas sont-ils sexy ?

Mais le baby-sitting pourrait profiter aux gorilles mâles d'une autre manière : en les rendant plus séduisants. "L'une de nos hypothèses est que les femelles préfèrent s'accoupler avec des mâles qui interagissent beaucoup avec les enfants", explique Rosenbaum. Elle a constaté que les gorilles mâles qui font plus de baby-sitting au début de leur vie ont beaucoup plus d'enfants quand ils sont plus âgés. Les macaques, eux aussi, semblent être plus attrayants pour les femelles s'ils ont passé plus de temps à fréquenter des enfants.

Selon Rosenbaum, les anthropologues avaient l'habitude de supposer que le comportement paternel ne pouvait évoluer que chez les animaux monogames. Des espèces comme les gorilles des montagnes remettent en cause cette hypothèse. Elles montrent également que, contrairement à ce que les scientifiques ont longtemps pensé, les animaux mâles n'ont pas à choisir entre consacrer leur énergie à l'accouplement ou à l'éducation des enfants. Il semble que s'occuper des enfants puisse être un moyen de s'accoupler.

Des études sur les pères et beaux-pères humains ont laissé entrevoir la même idée. "Beaucoup d'hommes s'engagent volontairement dans des relations avec des enfants dont ils savent qu'ils ne sont pas les leurs", déclare Kermyt Anderson, anthropologue biologique à l'université d'Oklahoma. Cet investissement peut sembler paradoxal du point de vue de l'évolution. Mais les recherches d'Anderson suggèrent que les hommes investissent dans les beaux-enfants et même dans les enfants biologiques en partie comme un investissement dans leur relation avec la mère. Lorsque cette relation prend fin, les pères ont tendance à moins s'impliquer.

Un père humain qui s'occupe de ses enfants ou de ses beaux-enfants est différent, bien sûr, d'un singe qui laisse les enfants traîner autour de lui. Mais Gettler et Rosenbaum se demandent si nos propres ancêtres avaient des habitudes similaires à celles d'un gorille des montagnes ou d'un macaque. Sous la pression de l'évolution à laquelle ils ont été confrontés, ces tendances amicales envers les enfants pourraient avoir évolué vers une paternité dévouée.

Plusieurs types de paternité

Il est clair que les pères humains sont inhabituels en raison de l'attention qu'ils portent à leurs enfants. "Cependant, il est également clair que la paternité chez l'homme est très variable", déclare Sear. Tous les pères ne sont pas aimants, ni même présents.

Mais cela n'affecte pas nécessairement la survie de base. Dans un article publié en 2008, Sear et sa coauteure Ruth Mace se sont demandé si les enfants dont le père est absent sont plus susceptibles de mourir. Ils ont examiné les données sur la survie des enfants provenant de 43 études portant sur des populations du monde entier, pour la plupart sans accès aux soins médicaux modernes. Ils ont constaté que dans un tiers des études portant sur les pères, les enfants avaient plus de chances de survivre à leur enfance lorsque leur père était présent. Mais dans les deux autres tiers, les enfants sans père s'en sortaient tout aussi bien. (En revanche, toutes les études portant sur les enfants sans mère ont révélé qu'ils avaient moins de chances de survivre).

"Ce n'est pas ce que l'on s'attendrait à voir si les pères étaient vraiment essentiels à l'épanouissement des enfants", déclare Mme Sear. Elle pense plutôt que ce qui est vital, ce sont les tâches que les pères accomplissent. Lorsqu'un père est absent, d'autres membres de la famille ou de la communauté peuvent le remplacer. "Il se peut que le rôle de père soit important, mais qu'il puisse être remplacé par d'autres membres du groupe social", explique-t-elle.

Quel est ce rôle ? Historiquement, dit Gettler, les anthropologues ont considéré la paternité comme une question de "ravitaillement", c'est-à-dire de ramener le bacon à la maison, littéralement. Dans certaines communautés de chasseurs, les meilleurs chasseurs ont aussi plus d'enfants. Mais Gettler espère contribuer à élargir la définition du père. La recherche a montré que les pères peuvent jouer un rôle important en s'occupant directement de leurs enfants, par exemple, et en leur enseignant le langage et les compétences sociales. Les pères peuvent également aider leurs enfants en cultivant des relations au sein de leur communauté, selon Gettler. Lorsqu'il s'agit de survie, "le réseautage peut tout changer".

Le travail d'un père varie également selon les cultures. Par exemple, en République du Congo, Gettler travaille avec deux communautés voisines. Les Bondongo sont des pêcheurs et des agriculteurs ; ils apprécient les pères qui prennent des risques pour obtenir de la nourriture pour leur propre famille. Leurs voisins, les BaYaka, sont des fourrageurs qui apprécient les pères qui partagent leurs ressources en dehors de leurs familles.

"En Occident, nous avons cette idéalisation de la famille nucléaire", explique Rebecca Sear : un couple hétérosexuel autonome dans lequel le père s'occupe de l'approvisionnement et la mère de la garde des enfants. Mais dans le monde entier, dit-elle, les familles de ce type sont très rares. Les parents biologiques d'un enfant ne vivent pas nécessairement ensemble de manière exclusive, à vie ou pas du tout, écrit Sear dans un article récent. La garde des enfants et la nourriture peuvent provenir de l'un ou l'autre parent - ou d'aucun. Chez les Himba de Namibie, par exemple, les enfants sont souvent pris en charge par la famille élargie.

"La flexibilité comportementale est probablement la principale caractéristique de notre espèce", déclare Rebecca ​Sear. Si l'on considère que certains rôles sont "naturels" pour les pères ou les mères, les parents peuvent se sentir isolés et stressés, écrit Sear. Elle espère que la recherche permettra d'élargir notre compréhension de la fonction des pères et de la nature de la famille humaine. Cela pourrait aider les sociétés à mieux soutenir les familles de toutes sortes - qu'elles aient des pères comme Gettler, occupés à courir après les enfants, ou des pères partis à la pêche, ou pas de pères du tout. 

"Je pense que nous devons adopter une vision beaucoup plus neutre de la famille humaine, et des types de structures familiales dans lesquelles les enfants peuvent s'épanouir", estime Sear, "pour améliorer la santé des mères, des pères et des enfants."

Traduit avec l'aimable autorisation du Knowable Magazine from Annual Reviews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !