Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Le premier ministre chrétien-démocrate de Saxe-Anhalt, Reiner Haseloff, et son épouse Gabriele Haseloff s'adressent aux membres et partisans du parti CDU à Magdebourg, en Allemagne, le 6 juin 2021.
Le premier ministre chrétien-démocrate de Saxe-Anhalt, Reiner Haseloff, et son épouse Gabriele Haseloff s'adressent aux membres et partisans du parti CDU à Magdebourg, en Allemagne, le 6 juin 2021.
©RONNY HARTMANN / AFP

Saxe-Anhalt

La malédiction Merkel est-elle en train d’abandonner la CDU ? 

La CDU a remporté une victoire déterminante en Saxe-Anhalt, à quatre mois des élections générales. Le parti d'Angela Merkel a devancé l'AfD lors des élections en Saxe-Anhalt ce dimanche.

Edouard Husson

Edouard Husson

Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université de Cergy-Pontoise). Spécialiste de l’histoire de l’Allemagne et de l’Europe, il travaille en particulier sur la modernisation politique des sociétés depuis la Révolution française. Il est l’auteur d’ouvrages et de nombreux articles sur l’histoire de l’Allemagne depuis la Révolution française, l’histoire des mondialisations, l’histoire de la monnaie, l’histoire du nazisme et des autres violences de masse au XXème siècle  ou l’histoire des relations internationales et des conflits contemporains. Il écrit en ce moment une biographie de Benjamin Disraëli. 

Voir la bio »
C’est la première fois depuis longtemps que les chrétiens-démocrates allemands peuvent se réjouir. Ils ont fait 7 points de mieux que ce que leur promettaient les sondages en atteignant 35% des voix. Et l’AfD entre 5 et 7 points de moins, avec 21%. Est-ce à dire que la malédiction Merkel pèse moins sur la CDU au fur et à mesure que l’on se rapproche de l’élection générale de septembre? Il est encore trop tôt pour l’assurer mais le résultat est une bonne nouvelle pour Armin Laschet, le nouveau président de la CDU. Il est aidé par les circonstances et il va pouvoir affirmer son autorité sur la CDU au moment où la campagne électorale pour le Bundestag commence vraiment.  
 
Tirons quelques enseignements rapides de ce qui s’est passé hier en Saxe-Anhalt (capitale Magdebourg). 
 
1. L’AfD paie sans doute pour l’inutile radicalisation que représente son plaidoyer pour le DEXIT, la sortie de l’Union Européenne. C’est chez les plus de 60 ans que le différentiel entre CDU et AfD est le plus fort (44% contre 18%). Il n’est plus possible de revenir en arrière mais la substitution d’une ligne anti-UE à la ligne « réaffirmer la lettre des traités » était sans doute un mauvais choix, qui va peser sur le résultat de septembre 2021. 
 
2. Reiner Haseloff, le ministre-président sortant, s’est intelligemment démarqué de la politique sanitaire de Madame Merkel, ces dernières semaines, regrettant en particulier la centralisation des décisions sanitaires au moment où le nombre d’infections diminuait. Armin Laschet aura intérêt à prendre ses distances de la même façon avec une politique qui indispose plus de 50% des Allemands. 
 
3. Die Linke perd 5 points (en tombant à 11%) et le SPD s’installe durablement en-dessous de 10% (à 8,5). Comme la CDU ne veut pas gouverner avec l’AfD, une majorité est possible avec les Verts et les Libéraux.  Les Verts ont gagné 0,8 points et les Libéraux 1,6, les deux partis franchissant ainsi la barre éliminatoire des 5%. Ils viennent ajouter 13 députés aux 40 déjà obtenus par la CDU. Une coalition noire-verte-jaune, comme on la désigne en Allemagne par la couleur respective des partis, à Magdebourg est sans doute la préfiguration de ce qui se passera au niveau national. On aurait donc une coalition installée au centre, qui correspond au positionnement merkelien. Mais à cette différence près que la CDU y pèserait plus que les 25-27% actuellement annoncés au niveau national. 
 
Bien entendu une coalition aux couleurs du drapeau jamaïcain, comme l’appellent les journalistes allemands, fait momentanément les affaires de la classe politique allemande. A long terme elle pose la question de la gouvernabilité d’un Land de Saxe-Anhalt (et d’une Allemagne qui vote à 48% « à droite »). La coalition CDU-AfD correspond en gros à la puissance, en voix, de la CDU des années 1970-1990. Et les deux partis, en Saxe-Anhalt, sont les seuls à faire des scores homogènes dans toutes les classes sociales - restant donc des partis populaires (Volksparteien) selon la vieille expression des politistes de RFA. Mais il faut dire que l’AfD continue à tout faire, de ses embardées sur l’UE à son accueil à des individus nationalistes dans ses rangs, pour se rendre infréquentable. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !