La France mal placée dans le classement des pays où il fait bon d'être un immigré : la réputation d'un pays fait-elle partie intégrante de sa politique migratoire ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La France mal placée dans le classement des pays où il fait bon d'être un immigré : la réputation d'un pays fait-elle partie intégrante de sa politique migratoire ?
©Reuters

Mi-figue, mi-raisin

La France mal placée dans le classement des pays où il fait bon d'être un immigré : la réputation d'un pays fait-elle partie intégrante de sa politique migratoire ?

Dans un monde ou l'information circule à grande vitesse, la réputation d'un pays joue un rôle important dans la décision des migrants à rejoindre telle ou telle destination.

Mehdi Thomas Allal

Mehdi Thomas Allal

Mehdi Thomas Allal est responsable du pôle "vivre ensemble" du think tank Le Jour d'Apres (JDA)
et maître de conférences à Sciences Po 
 
Voir la bio »

Atlantico : À quel point la réputation des pays joue-t-elle un rôle dans la décision des migrants de rejoindre telle ou telle destination ?

Mehdi Thomas Allal : La réputation est essentielle, mais elle ne suffit pas. L'attractivité d'un pays repose sur sa capacité à offrir des conditions d'accueil suffisamment dignes. Cela passe notamment par des conditions d'hébergement et de logement disponibles, ainsi qu'un marché du travail qui ne soit pas fermé. Les mariages mixtes peuvent être également qualifiés de source de stabilité et d'intégration réussie. Ces conditions ne sont, pour l'instant, pas toujours réunies en France pour recevoir l'ensemble des migrants qui se présentent à ses frontières...

 

Dans un monde où les smartphones sont partout, quel type d'information et en quelle quantité parvient aux pays de départ sur la situation pour les migrants ou les immigrés dans les pays d'accueil ?

Les nouvelles technologies favorisent en effet la diffusion rapide de l'information. Le tourisme de masse peut également aider à appréhender une région où un pays, et de les juger avec discernement. Ensuite, il faut demeurer vigilants sur les sources qui abreuvent les réseaux sociaux et Internet. Ces sources sont parfois peu fiables, voire trompeuses. L'Etat doit intervenir à ce niveau pour réguler l'information distillée et vérifier qu'aucun "appel d'air" serait susceptible d'être dangereux à la fois pour les migrants et pour leur société d'accueil.

Ou se situe la France au niveau de sa réputation ? Est-elle bien placée ou relativement mal placée ? 

Un classement récent nous donne comme le pays ayant la meilleure influence au monde !  L'apprentissage et la diffusion du français sont un facteur indéniable d'enrichissement et de croissance. Mais qu'est-ce qu'une bonne influence et une réputation ? Les anglo-saxons définissent ces concepts comme faisant partie du "soft power". Il est certain qu'il s'agit d'une forme de domination plus douce que ne l'ont pu être les échanges économiques jusqu'à présent... Mais reste à en faire un usage parcimonieux et intelligent pour redonner corps à notre histoire et nos traditions. La France reste et restera le pays des lumières. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !