La banque Nomura interdit à ses salariés de fumer au bureau (normal), mais aussi en télétravail chez eux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La banque Nomura, une des premières banques de monde, veut surveiller ses salariés même en télétravail.
La banque Nomura, une des premières banques de monde, veut surveiller ses salariés même en télétravail.
©YOSHIKAZU TSUNO / AFP

Atlantico Business

La banque Nomura interdit à ses salariés de fumer au bureau (normal), mais aussi en télétravail chez eux

L’agence Bloomberg ne pouvait pas laisser passer cette information. La banque Nomura est une des premières banques de monde, elle est donc observée par toute la profession notamment dans la gestion de son personnel.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio »

Nomura n’est pas la première entreprise japonaise à s’être intéressée aux conditions de travail à distance, et notamment à chercher à leur interdire de fumer en travaillant à domicile. C’est notamment le cas dans les grandes entreprises de l’agro-alimentaire au Japon, sauf que dans l’agro-alimentaire, la part des télétravailleurs reste limitée. Alors que dans la banque, le télétravail est devenu une pratique très courante.

Comme la plupart des banques dans le monde, la banque japonaise Nomura a mis une partie de ses 5000 salariés en télétravail. Elle vient de les informer que ça n’était pas parce qu’ils travaillaient chez eux qu’ils pouvaient s’affranchir des règles et des contraintes de la vie de bureau. Alors, cette obligation porte sur les contraintes purement professionnelles et notamment les horaires, la participation aux réunions, les audits etc., mais s’applique désormais, aussi, sur les bonnes pratiques concernant la protection de sa propre santé et celle des autres.

Les télétravailleurs ont reçu dans des notes de service envoyées par la DRHqu‘il leur était interdit de fumer pendant les heures de travail, y compris pour ceux qui télétravaillent de chez eux. Donc à la maison comme au bureau, on a des horaires de travail à respecter, et pendant ces horaires, on travaille.

Alors selon Bloomberg, la banque n’a pas prévu pour l’instant de procéder à des contrôles au domicile pour vérifier que la règle est respectée. Ce qui est évidemment possible au bureau. Cela dit, la banque a tout à fait les possibilités de vérifier l’attitude de ses salariés quand ils travaillent devant leur ordinateur chez eux.

À Lire Aussi

Fin du télétravail en vue : mais quel est l’intérêt de venir au bureau déjà ?

Alors, pour l’instant, pas de contrôle, pas de sanction pour ceux qui cèderaient à la tentation, mais une recommandation forte et « menaçante ».

L’objectif pour Nomura est de préserver un environnement de travail correct et sain, capable de les encourager à respecter des bonnes pratiques pour eux-mêmes et pour leur entourage, qu’il soit professionnel ou familial.

Cette information est intéressante parce que certains y verront bien sur une atteinte à la liberté individuelle, une manifestation de plus de « Big Brother » qui peut nous surveiller et nous traquer jusque dans notre vie privée.

Pour la quasi-totalité des fumeurs, fumer est une manifestation de liberté. Sauf qu‘il y a des contraintes qui sont imposées pour protéger sa propre santé et celle des autres. Et c’est la raison pour laquelle la grande majorité des pays développés ont interdit de fumer dans les espaces publics, dans tous les lieux où il existe un brassage social et des contacts afin de ne pas faire supporter à ceux qui n’ont pas demandé un tabagisme passif.

Mais cette interdiction de fumer est également justifiée pour limiter les dégâts sur les fumeurs eux-mêmes. Pour plein de raisons, et d’abord des raisons financières dans la mesure où le cout du tabagisme est exorbitant pour la vie personnelle et pour les assurances (privées ou publiques), c’est à dire pour la collectivité.

Il faut dire que le risque tabac s’est accru pendant la crise du Covid, dans tous les pays, la consommation de tabac a augmenté pendant la pandémie. Parce que beaucoup de salariés sont sortis du cadre règlementé de l’entreprise. Parce qu’il fallait trouver des réponses à l’angoisse et au stress. D’où le tabac, l’alcool et même la drogue. Les gouvernements avaient choisi une stratégie de réponse qui soit à la fois efficace pour protéger les peuples du virus, mais qui préserve aussi leur liberté.

À Lire Aussi

Petits conseils pour préparer votre animal domestique à votre retour au bureau

Cette information est intéressante parce qu’elle ouvre la porte à une règlementation du télétravail qui peut être plus ou moins acceptée par les télétravailleurs. Dans beaucoup d’entreprises, et notamment dans les banques, on considère que le télétravail a été nécessaire, qu'il présente beaucoup d’avantages en termes de qualité de vie quand les conditions matérielles sont bonnes, mais les entreprises craignent que ce télétravail ait des effets sur la productivité et sur la capacité à innover. D’où la recherche d’organiser ce télétravail, de le réguler et d’en contrôler les conditions d’exercice.

L’initiative prise par Nomura au Japon d’interdire à ses télétravailleurs de fumer quand ils sont chez eux, est prise très au sérieux par la plupart des grandes banques mondiales comme Goldman Sachs, Morgan Stanley ou le Crédit suisse

Nomura est très connu à Londres et à New York, dans ce milieu des banques d’affaires parce que comme beaucoup d’entre elles, Nomura a été piégée en début d’année dans l’affaire Archegos. Archegos est un family office qui gérait à Wall Street la fortune d’un financier Sud-Coréen Bill Hwang, qui avait gagné beaucoup d’agent sur les Hedge funds et qui, surtout, avait su convaincre plusieurs grandes banques de le suivre sur les marchés financiers. Il empruntait de l’argent, il jouait et quand il gagnait, c'était bon pour tout le monde sauf que…

Selon Bloomberg, le montant des engagements pris par Archegos en début d’année dépassait les 50 milliards de dollars. En mai, quand il a fallu dénouer les positions, on s’est aperçu que la holding laissait une facture de plus de 10 milliards de dollars aux banques qui l‘avaient suivi, dont Nomura pour près de 2 milliards de dollars. C’est une des raisons pour lesquelles les milieux financiers regardent désormais à la loupe tout ce que fait Nomura....  Y compris quand la banque surveille ses employés pour savoir s’ils sont fumeurs ou pas.

À Lire Aussi

Les crises économiques affectent durablement les carrières des travailleurs : à quoi s’attendre après le Covid ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !