L’effet Bouba-Kiki ou comment la sonorité de votre nom impacte votre destin | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Deux jeunes filles boivent dans un bol avec leur prénom.
Deux jeunes filles boivent dans un bol avec leur prénom.
©FRANK PERRY / AFP

Communication

L’effet Bouba-Kiki ou comment la sonorité de votre nom impacte votre destin

La façon dont votre nom ou un mot est prononcé peut avoir des effets surprenants sur nos vies et sur les jugements que nous portons.

Anne-Laure Sellier

Anne-Laure Sellier

Anne-Laure Sellier est professeur associé à HEC Paris en psychologie sociale. Elle a auparavant été membre de la London Business School, et de plusieurs universités aux États-Unis. Spécialisée en psychologie cognitive et sociale, elle a publié en février 2017 dans le Journal of Personality and Social Psychology son étude " We look like our names : the manifestation of name stereotypes in facial appearence ", menée avec une équipe franco-américano-israélienne.

Voir la bio »

Atlantico : D'où vient l'effet Bouba-Kiki ?

Anne-Laure Sellier : C'est un des plus anciens effets en psychologie cognitive qu'on connaît depuis une centaine d'années. Cela a été découvert par le psychologue allemand Wolfgang Köhler qui l'a observé au départ sur l'île de Tenerife dans les Canaries. Il a constaté que les mots "maluma" et "takete" évoquaient des formes différentes. Quand il demandait de dessiner un "maluma" ou un "takete", sans dire ce que c'était, les participants dessinaient des formes rondes dans le cas de "maluma" et pointues dans le cas de "takete". Des dizaines de chercheurs s'en sont emparés en faisant des expériences avec les mots "maluma" et "takete" pendant quelque temps puis avec "bouba" et "kiki", ce qui est la même chose puisque ce sont les mêmes sonorités. C'est le nom de "effet Bouba-Kiki" qui est resté car c'est ce qu'on a le plus testé empiriquement en laboratoire.

Que peut-on conclure de cette expérience ?

Le résultat est que l'essentiel de l'humanité est d'accord pour associer les sons "m", "b" ou "l" à de la rondeur et les sons "k" ou "t" à quelque chose de pointu. Peu importe la langue, l'alphabet ou la culture... Il semble que ce soit quelque chose de quasi universel. Même pour un enfant de 3 ans, "bouba" est rond et "kiki" est pointu. 

Comment expliquer cette unanimité autour de cette association de sons et de formes ?

Il y a plusieurs pistes d'explication. La première, c'est qu'on serait né avec. Comme on naît avec un goût pour le sucré, on aurait une prédisposition à faire ces associations. Cela pourrait aussi venir de nos muscles faciaux. Pour dire "bouba", je contracte mes muscles de telle sorte que ma bouche est ronde alors que pour "kiki" la bouche est droite, horizontale, en forme de lance. Par analogie avec notre corps, on aurait associé des formes pointues avec "kiki" et des formes rondes avec "bouba". Une troisième explication serait les sons entendus dans notre environnement. Quand une balle tombe dans un escalier, ça fait "boum badaboum" (un son "rond") et quand on entend un miroir qui se casse ça fait "bling" (un son "aigu").

L'effet bouba-kiki peut-il avoir une influence sur la façon dont on perçoit l'autre, en particulier à travers son prénom ?

Bien-sûr et ça n'est pas démontré que par les scientifiques. Les littéraires également. Quand Nabokov commence Lolita par la phrase "Lolita light of my life", il sait parfaitement que par cette allitération hyper sensuelle du "l", il ça campe un personnage fusionnel. On sait que les lettres évoquent des formes et des personnalités.

Lors d'une autre étude, on a montré des silhouettes arrondies et des silhouettes aux angles pointues aux participants. Quand on leur demandait qui est Molly, c'est toujours la silhouette arrondie qu'ils désignaient. A l'inverse, quand il fallait désigner Christine ou Kirk, c'est toujours la forme aux angles aigus qui était pointée du doigt. Il y a beaucoup d'autres éléments qui jouent dans l'idée que l'on se fait d'une personne à partir de son prénom (notamment tous les stéréotypes que l'on y associe) mais l'effet Bouba-Kiki en fait partie. Bouba-Kiki va jouer dans la perception de tout ce dont on parle au quotidien. On ne peut pas y échapper

Cela peut-il avoir une influence sur notre destin, nos choix de vie ?

On ne peut pas affirmer que Bouba-Kiki a un impact fort sur nos choix de vie au-delà de l'évocation. Mais ça peut avoir des influences très importantes. Imaginez un Tinder sans photo ou un entretien de recrutement où on aurait juste le prénom, le prénom (et le nom) ont ont un poids, ils ont une puissance évocatrice a priori (avant de connaître la personne), qui est énorme. Aux Etats-Unis, il y a maintenant des CV sans le nom de la personne. Cela permet de passer outre ces a priori. L'effet Bouba-Kiki rejoint l'influence des stéréotypes en général qui peuvent en effet orienter votre vie.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !