L'économie française replonge, aucun signe d'amélioration en vue | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
L'économie française est à la traîne en Europe.
L'économie française est à la traîne en Europe.
©Reuters

Décrochage

L'économie française replonge, aucun signe d'amélioration en vue

L'indice PMI basé sur les opinions des directeurs d’achats et rendant compte de l'activité économique dans l'industrie et les services a chuté à 47,8 en France, son plus faible niveau en six mois. Il prend une courbe inverse en Allemagne.

Philippe Waechter

Philippe Waechter

Philippe Waechter est directeur des études économiques chez Natixis Asset Management.

Ses thèmes de prédilection sont l'analyse du cycle économique, le comportement des banques centrales, l'emploi, et le marché des changes et des flux internationaux de capitaux.

Il est l'auteur de "Subprime, la faillite mondiale ? Cette crise financière qui va changer votre vie(Editions Alphée, 2008).

Voir la bio »

Les indices synthétiques des enquêtes PMI/Markit pour la France, loin derrière l'Allemagne et en retard sur l'Espagne et l'Italie, décrochent nettement en novembre tant dans le secteur manufacturier que dans celui des services. Les indices dans les deux secteurs montrent une contraction rapide de l'activité économique.

Le chiffre de novembre, qui est encore provisoire, reflète un véritable décrochage et engendre une inquiétude sur la dynamique de l'économie française. Attention néanmoins, ce n'est qu'une enquête. Celle de la Banque De France publiée plus tôt dans le mois donnait un signal suggérant à la BdF une hausse de 0.4% du PIB au dernier trimestre de cette année. Attendons le chiffre définitif de cette enquête, attendons celui de l'enquête de l'INSEE pour voir plus  clair sur la situation conjoncturelle de l'économie française. Au regard de l'enquête publiée ce jour se dessine une inquiétude sur la façon dont l'économie française pourra retrouver de l'allant. La politique économique doit avoir un rôle mais c'est aussi la nécessité pour chacun de réagir dans cet environnement adverse.

Significatif de cette rupture, le changement très net d'orientation de l'indicateur d'emplois. En octobre il indiquait une probable stabilisation de l'emploi marchand au voisinage de la fin de l'année. Ce n'est plus le cas dans l'enquête de Novembre. L'indice s'écroule traduisant une nouvelle et profonde dégradation du marché du travail. On l'observe aussi dans l'activité à venir dans le secteur manufacturier. Le ratio des nouvelles commandes sur stocks qui s'était nettement amélioré ces derniers mois laissait suggérer une hausse modeste mais une hausse de la production manufacturière. Le ratio publié pour novembre montre un très fort décrochage, reflet d'une baisse rapide des commandes et d'une hausse significative des stocks. L'orientation prise indique désormais une forte probabilité de repli de la production manufacturière au cours des prochains mois. Le point préoccupant est le repli des commandes à l'exportation alors qu'en Allemagne ces commandes continuent de progresser rapidement. Cela peut traduire une spécialisation allemande plus favorable mais c'est plus surement le fait d'une dynamique globale un peu moins favorable.

La situation allemande continue d'ailleurs de s'améliorer comme l'indiquait déjà en début de semaine l'indice ZEW. La dynamique apparaît robuste car observable tant dans les services que dans le secteur manufacturier. Les commandes sont élevées tant domestiques qu'à l'exportation.

Plus globalement, la situation se fragilise pour l'ensemble de la zone euro. L'indicateur de production continue de croître mais à un rythme plus réduit, les flux de nouvelles commandes continuent de progresser mais au même rythme modeste qu'en octobre. L'emploi quant à lui se dégrade encore après avoir flirté avec la stabilité dans l'enquête de septembre. En d'autres termes, l'économie de la zone euro qui s'était stabilisée donne des signaux plus hésitants quant à la poursuite de mouvement de hausse de l'activité. Cela peut, à côté de l'inflation, justifier le caractère encore plus accommodant de la politique monétaire décidée en début de mois par la BCE.

Le détail par type d'activité montre une situation robuste dans le secteur manufacturier avec un indicateur qui continue de progresser alors que celui des services est un peu moins dynamique qu'en octobre.

L'économie mondiale qui allait un peu mieux est peut être à nouveau en train de s'infléchir. C'est le message que l'on peut avoir du ralentissement de l'indice chinois publié ce matin également. Un tel ralentissement ne permettrait pas à l'Allemagne de continuer de caracoler.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !