L'argent fait vraiment le bonheur : 6 leçons à retenir d'une nouvelle étude sur le sujet | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
L'argent fait le bonheur, et c'ets vrai pour tout le monde
L'argent fait le bonheur, et c'ets vrai pour tout le monde
©Reuters

Money Money Money

L'argent fait vraiment le bonheur : 6 leçons à retenir d'une nouvelle étude sur le sujet

Alors que le magazine Forbes vient de publier son classement annuel des milliardaires pour l'année 2013, une nouvelle étude dévoile que plus les habitants d'un pays sont riches, plus ils sont heureux.

Le magazine américain Forbes vient de publier son classement annuel des milliardaires pour l'année 2013. Mais ces sommes astronomes sont-elles utiles au bien-être ? L'argent et le bonheur ont toujours eu une relation intrigante pour les penseurs. Globalement, les experts sont arrivés à la conclusion que l'argent a un effet sur le bonheur, jusqu'à un certain point. En l'occurrence, une fois que tous les besoins de bases sont pris en compte, gagner plus d'argent aurait moins (voir pas du tout) d'impact sur votre bien-être. Seuls les gens les plus fortunés continueraient à améliorer leur "taux de bonheur" en améliorant leurs revenus, et ce tant que leur richesse "grandit davantage" relativement à celle de leurs amis ou des autres concitoyens. C'est ce que les économistes appellent le "paradoxe d'Easterlin."

C'est ce que les économistes appelaient le paradoxe d'Easterlin, devrait-on plutôt écrire. Puisqu'une nouvelle étude, rapportée par le mensuel américain The Atlantic, tendrait à montrer tout simplement le contraire ! Les chercheurs Daniel W. Sacks, Betsey Stevenson, and Justin Wolfers qui ont publié les résultats de leur recherche dans l'article "The New Stylized Facts about Income and Subjective Well-Being," expliquent que les personnes ayant de meilleurs revenus ressentent un bien-être supérieur, où qu'ils soient sur l'échiquier social. Et ce sans qu'il n'y ait de barrière maximale.

1- Plus les pays sont riches, plus ils sont heureux

Les chercheurs ont étudié les réponses de 122 pays au sondage international établi par Gallup sur le bien-être par rapport au PIB réel par habitant. Ils ont trouvé une corrélation très forte, c'est-à-dire que plus les pays sont riches et plus leurs habitants sont heureux. De plus, c'est vrai pour n'importe quel type de revenu.

2- Mais la progression du bonheur n'est pas parallèle à l'argent gagné

Les recherches montrent que la progression du bien-être par rapport à celle du revenu n'est pas directe, mais logarithmique. En gros, si vous doublez votre salaire (de 1 000 à 2 000 euros par exemple) vous améliorerez votre bonheur d'autant que si vous améliorez votre salaire de 10 000 à 20 000 euros (et non pas de 10 000 à 11 000 euros).

3-  Les pays riches deviennent plus heureux quand ils deviennent plus riches

Les chercheurs ont montré que les pays les plus riches sont les plus heureux. Mais les études qu'ils ont faites prouvent également que chaque pays qui s'enrichit améliore son bonheur.

4- Il n'y a pas de "plateau du bonheur" 

Les graphiques représentant l'échelle de satisfaction des 25 plus grands pays par rapport à la croissance des revenus des foyers montrent trois choses. Tout d'abord que plus d'argent entraîne plus de bonheur. Ensuite, que les lignes du graphique sont parallèles, donc que peu importe les langues, les cultures ou les religions, la même progression des revenus entraine la même progression de bonheur. Et surtout, ces fameuses lignes ne s'aplatissent pas, en clair il n'y a pas de plateau, pas de maximum à partir duquel l'argent n'a plus d'incidence sur le bonheur ressentit.

5- Le cas de l'Europe : une croissance régulière du degré de satisfaction et une croissance régulière des revenus

L'Eurobaromètre qui mesure, entre autres, le niveau de satisfaction à travers le continent depuis 1974, montre très clairement que huit des neuf pays (Allemagne, Belgique, Danemark, Grèce, France, Irlande, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni)  pour lesquels les chercheurs ont le plus de données, le bien-être a progressé à travers le temps avec la croissance économique. Hormis la Belgique… Probablement une blague belge.

6-  Le cas des Etats-Unis : l'iniquité des salaires est une "taxe" sur le bonheur

L'économie américaine a doublé depuis les années 1970. Mais le niveau de bien-être a décliné… Bug ? Les auteurs émettent deux réserves. Tout d'abord que la croissance économique est corrélée avec le taux de bonheur dans la plupart des pays, mais ce n'est pas pour ça que cela fait du PIB le déterminant le plus pertinent quand il s'agit du bonheur. Les changements sociaux, comme l'explosion du nombre de familles monoparentales, pourraient avoir une influence tout aussi importante dans la satisfaction américaine. Deuxièmement il est bien connu que les Etats-Unis sont les champions mondiaux de l'inégalité des revenus et il est vrai que le doublement du PIB n'a pas été partagé équitablement.  

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !