JO Tokyo : Le Covid et les pseudo-guérilleros de la justice sociale vont-ils venir à bout de l’esprit olympique ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
Le logo de Tokyo 2020 est représenté alors que l'Australienne Caitlin Parker et la Panaméenne Atheyna Bylon se battent lors de leur match de boxe lors des Jeux Olympiques à Tokyo, le 28 juillet 2021.
Le logo de Tokyo 2020 est représenté alors que l'Australienne Caitlin Parker et la Panaméenne Atheyna Bylon se battent lors de leur match de boxe lors des Jeux Olympiques à Tokyo, le 28 juillet 2021.
©FRANK FRANKLIN II / PISCINE / AFP

Tableau des médailles

JO Tokyo : Le Covid et les pseudo-guérilleros de la justice sociale vont-ils venir à bout de l’esprit olympique ?

Même si l'on s'en tient aux normes olympiques en matière de catastrophes, la préparation des Jeux de Tokyo s'est avérée désastreuse à une échelle olympique.

Mick Hume

Mick Hume

Mick Hume est chroniqueur pour Spiked. Son dernier livre, "Revolting ! How the Establishment is Undermining Democracy - and What they're Afraid of", est publié par William Collins.

Voir la bio »

Reportés en 2020 en raison de la pandémie mondiale de Covid-19, les Jeux Olympiques se déroulent maintenant en plein état d'urgence à Tokyo ; les sondages indiquent que la plupart des Japonais ne veulent pas du tout qu'ils aient lieu. Il n'y aura pas de spectateurs lors des principaux événements, où certains concurrents seront également absents en raison d'un isolement ou d'une anxiété liés au Covid.

De nombreux athlètes nerveux esquiveront la cérémonie d'ouverture de vendredi ; manqueront également le directeur de la cérémonie d’ouverture, renvoyé à la dernière minute pour avoir raconté une blague sur l'Holocauste il y a 23 ans, et le compositeur musical, qui a démissionné après avoir admis avoir maltraité des étudiants handicapés lorsqu'il était à l'école. Les organisateurs n'excluaient pas la possibilité d'annuler la cérémonie, voire l'ensemble des Jeux olympiques quelques jours seulement avant le début de la compétition.

Lorsque le directeur général des Jeux a déclaré, avec un euphémisme tout japonais, que "ces incidents négatifs auront peut-être un impact sur le message positif que nous voulions délivrer au monde", cela m'a presque rappelé la déclaration de capitulation de l'empereur Hirohito, selon laquelle "la situation de guerre n'a pas nécessairement évolué à l'avantage du Japon", après que les Américains eurent largué la bombe sur Hiroshima et Nagasaki.

Mais allons, tout le monde ! Tous les Jeux Olympiques modernes ont commencé sous un nuage de scandales, de cynisme et de corruption. Les Jeux de Rio de 2016 ont été largement annoncés comme les "pires Jeux olympiques jamais organisés". Même les Jeux Olympiques de Londres de 2012, dont on se souvient aujourd'hui comme d'un immense succès, ont été assaillis de sombres querelles à propos de tout, des attaques terroristes aux prix des billets et aux embouteillages.

Cependant, une fois que les Jeux proprement dits commencent, tout le misérabilisme et la morosité sont généralement balayés par la magnificence du spectacle athlétique. La rythme et l’intensité de la compétition entre les meilleurs athlètes du monde nous a rapidement fait oublier les conneries abrutissantes qui l'ont précédée. C'est pourquoi j'ai écrit sur Spiked en 2016, au milieu des ruines pré-Rio, que "les pires Jeux Olympiques sont les plus grands Jeux sur Terre".

Espérons qu'il en sera de même à Tokyo. Espérons-le. Mais cette fois, je n'en suis pas si sûr. La combinaison de la crise de Covid et des attaques politiques contre les Jeux Olympiques jette une ombre épaisse et opaque sur Tokyo. Il y a un réel danger que cela puisse tuer l'esprit olympique - et l'appétit du public pour les Jeux.

Les sentiments intenses de peur, de prudence et de priorité à la sécurité engendrés par la crise du Covid ne sont guère compatibles avec le slogan olympique traditionnel "Citius, Altius, Fortius" - plus vite, plus haut, plus fort. En effet, dans une tentative apparente d'embrasser l'esprit "nous sommes tous blottis dans le bunker" de l'ère Covid, le Comité international olympique vient d'ajouter un quatrième mot à cette devise officielle : "Communis", qui signifie "ensemble". Un sentiment louable pour les relations publiques, sans doute, mais ce n'est pas l'esprit communautaire qui a poussé les héros olympiques du passé à établir de nouvelles normes d'athlétisme humain par le biais d'une compétition acharnée sur la piste.

Ensuite, il y a le problème de la politique woke qui semble affecter chaque aspect des Jeux de Tokyo. Nous avons assisté à des querelles sur tous les sujets, depuis l'autorisation accordée à un haltérophile transgenre de concourir dans le sport féminin jusqu'à la demande afin que les nageurs noirs soient autorisés à porter des "Soul Caps" qui correspondent à leurs cheveux naturels mais ne sont pas conformes aux règles. Et la menace de protestations politiques, à l'image de Black Lives Matter et de la décision de mettre un genou à terre, plane sur ces Jeux olympiques, de la cérémonie d'ouverture aux podiums des médailles.

Bien sûr, il n'y a absolument rien de nouveau à ce que les conflits politiques fassent partie des Jeux Olympiques. Les Jeux Olympiques modernes ont été fondés à la fin du 19e siècle par le baron de Coubertin, en partie pour tenter d'insuffler un nouvel esprit martial à la jeunesse de son pays, inspiré par le système scolaire public anglais et la légende selon laquelle la bataille de Waterloo avait été gagnée sur les terrains de jeu d'Eton.

Depuis lors, la politique des grandes puissances a été un thème récurrent des compétitions olympiques, d'abord à l'époque de l'empire, puis à celle de la guerre froide. Certains des plus grands moments de l'histoire olympique se sont produits lorsque l'athlétisme a rencontré la politique - pensez, par exemple, au sprinter noir américain Jesse Owens, qui a remporté quatre médailles d'or aux "Jeux olympiques nazis" de Berlin en 1936, avant d'être snobé non pas par Adolf Hitler, mais par son propre président américain, Franklin D. Roosevelt.

Il serait naïf d'imaginer que nous puissions écarter la politique des Jeux, même si nous le voulions. Alors, est-ce important que la politique dominante de ces Jeux Olympiques soit la culture woke plutôt que l'impérialisme ou l'anticommunisme ? C'est possible. Car il y a certainement une différence entre essayer d'utiliser l'esprit olympique à des fins politiques, comme beaucoup l'ont fait auparavant, et poursuivre une politique anti-olympique.

Sur tous les fronts, le « wokeness » est en désaccord avec l'esprit olympique, de l'insistance sur le fait que les gens devraient être jugés sur la base de leur identité plutôt que de leurs réalisations à la notion que le patriotisme sportif compétitif est une incarnation du racisme et de la suprématie blanche.

Grâce à la capitulation passive de l'establishment olympique - qui a modifié ses règles pour autoriser les protestations politiques - et des médias mondiaux, cette fanfaronnade pourrait affecter la manière dont les événements sportifs réels sont présentés, et pas seulement en permettant à un haltérophile masculin raté de participer au concours féminin.

La crainte est que l'accent soit mis sur l'identité des athlètes et leurs coups politiques personnels, plutôt que sur leurs efforts pour être les plus rapides, les plus hauts ou les plus forts. Un auteur du New York Post va jusqu'à prédire que "les Jeux Olympiques sont condamnés", car "un événement censé rassembler les peuples au nom du sport doit devenir un cirque de la parole sur une scène mondiale où les acteurs de mauvaise foi peuvent tirer profit. L'hymne deviendra une autre controverse BLM du type du "genou à terre". Le drapeau sera traité comme un symbole raciste - peut-être dans le cadre d'un coup politique de la part d'un athlète sponsorisé par Nike dont la nouvelle gamme de vêtements de sport sortira bientôt".

Ceux qui prévoient des manifestations de type BLM à Tokyo se compareront sans doute aux deux sprinters américains qui ont fait le fameux salut Black power lors de la cérémonie de remise des médailles du 200 mètres masculin à Mexico, en 1968 - les Jeux olympiques les plus mémorables de ma vie. Mais les différences sont frappantes. L'Amérique de 1968 était véritablement une société beaucoup plus raciste et divisée sur le plan racial qu'elle ne l'est aujourd'hui. Et lorsque Tommie Smith et John Carlos ont courageusement levé leurs mains gantées sur le podium, ils ont été accueillis par la fureur de l'establishment américain et olympique et expulsés des Jeux. Le médaillé d'argent australien Peter Norman, de race blanche, qui avait soutenu leurs protestations, a également été ostracisé.

En revanche, les cascades attendues du BLM à Tokyo se heurteront à la porte ouverte de l'establishment. Quel genre de "protestations" sont soutenues par le pouvoir en place ? Le CIO insiste sur le fait qu'il n'autorisera pas de gestes politiques lors des cérémonies de remise des médailles, mais nous verrons bien.

Ce dont nous avons vraiment besoin, ce sont des performances athlétiques extraordinaires qui puissent élever ces Jeux Olympiques au-dessus de tout ce bruit et cette fureur qui ne veulent rien dire. A l'avance, on ne voit pas très bien d'où elles pourraient venir. Le 100 mètres masculin semble être l'ombre de lui-même, sans des stars comme Usain Bolt ou même Justin Gatlin. Le 100 mètres féminin semble être un spectacle plus prometteur, même s'il lui manque sa médaillée d'or potentielle, l'Américaine Sha'Carri Richardson, bannie pendant un mois après avoir été contrôlée positive à la drogue. Cette interdiction ridicule - depuis quand le cannabis est-il une drogue améliorant les performances ? - a été inévitablement et tout aussi ridiculement dénoncée comme la preuve d'une guerre de la drogue contre les Noirs américains.

Une chose devrait être claire. Si les athlètes veulent organiser des protestations politiques, ils doivent d'abord gagner le droit à une plateforme grâce à leurs performances sur la piste ou sur le terrain. Peu de gens, en dehors des woke Twitterati, s'intéresseront vraiment aux singeries de l'"athlète activiste" américaine Gwen Berry, qui a fait la une des journaux en tournant le dos à la bannière étoilée, après avoir terminé troisième aux épreuves américaines de lancer de marteau.

En revanche, Tommie Smith a dû remporter l'or au 200 mètres avant de pouvoir lever le poing sur le podium en 1968. Le favori américain pour cette épreuve cette fois-ci, Noah Liles, a déjà levé un poing ganté lors des essais américains. Répétera-t-il ce geste sur le podium à Tokyo ? Si c'est le cas, il est très peu probable qu'il soit frappé par la même main de fer de l'administration qui a cherché à écraser Smith et Carlos. L'autre question est de savoir si, cette fois-ci, le monde, fatigué par le mouvement woke, continuera à le regarder.

 

Mick Hume est chroniqueur pour le magazine Spiked. Son dernier livre, Revolting ! How the Establishment is Undermining Democracy - and What they're Afraid of, est publié par William Collins.

 

Cet article a été publié officiellement sur le site de Spiked : cliquez ICI

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !