Inégalités : comment la mondialisation nous a refait basculer dans un univers de rentiers | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Inégalités : comment la mondialisation nous a refait basculer dans un univers de rentiers
©REUTERS/Eduardo Munoz

Renversement

Inégalités : comment la mondialisation nous a refait basculer dans un univers de rentiers

Dans un article publié par "Global Dialogue", l'économiste suédois Göran Therborn montre que l’origine sociale est en train de redevenir plus importante que Ia nationalité pour déterminer nos destins économiques et sociaux.

Rémi Bourgeot

Rémi Bourgeot

Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour divers think tanks.

Sur la zone euro, ses études traitent des divergences économiques, de la BCE, du jeu politique européen, de l’Allemagne et des questions industrielles.

Parallèlement à ses travaux, il enseigne l’économie de l’Union européenne dans le cadre de l’IRIS-Sup. Il est diplômé de l’Institut supérieur de l’aéronautique et de l’espace (SupAéro) et de l’Ecole d’économie de Toulouse.

Voir la bio »
Edouard Husson

Edouard Husson

Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université de Cergy-Pontoise). Spécialiste de l’histoire de l’Allemagne et de l’Europe, il travaille en particulier sur la modernisation politique des sociétés depuis la Révolution française. Il est l’auteur d’ouvrages et de nombreux articles sur l’histoire de l’Allemagne depuis la Révolution française, l’histoire des mondialisations, l’histoire de la monnaie, l’histoire du nazisme et des autres violences de masse au XXème siècle  ou l’histoire des relations internationales et des conflits contemporains. Il écrit en ce moment une biographie de Benjamin Disraëli. 

Voir la bio »

Dans un article publié par "Global Dialogue", l'économiste suédois Göran Therborn révèle un tournant historique concernant les inégalités. Alors que les inégalités dépendaient à 80% de la nation dans laquelle vivent les individus en l'an 2000, le déterminant prépondérant serait en passe d'être celui de la classe sociale. Dans quelle mesure ce tournant historique peut il déjà se mesurer par les bouleversements politiques qui traversent la planète ? 

Rémi Bourgeot Ce résultat est le fruit d’une longue évolution avec pour faire simple, d’un côté, l’explosion des inégalités dans la plupart des pays et, de l’autre, une réduction des écarts entre pays développés et pays en développement. La lecture par les inégalités est tout à fait importante, mais elle est néanmoins loin d’être suffisante pour comprendre la logique politique et économique à l’œuvre.

Les statistiques de Göran Therborn sont intéressantes, et il analyse correctement la dynamique qui a conduit à l’explosion des inégalités dans les pays développés, dans le cadre de la mondialisation en particulier. Il ignore cependant des phénomènes fondamentaux, comme le caractère désormais mondial de la désindustrialisation qui touche même les grands pays émergents, notamment la Chine… Il se trompe ainsi sur la portée réelle de la dynamique sociale dans les pays émergents, en réduisant les déterminants de l’évolution économique et des inégalités à la lutte des classes et à un jeu de vases communicants.  En suivant une approche qui s’apparente à de l’horlogerie sociologique, la dynamique industrielle et technologique actuelle lui échappe. Pour faire simple, ça n’est pas qu’une histoire de parts de gâteaux… comme en témoigne l’atonie de la productivité dans le monde.

En ce qui concerne les bouleversements politiques dans le monde développé, les mouvements populistes ont évidemment tendance à viser précisément les populations reléguées, dissociées de l’évolution économique nationale. Cette articulation est particulièrement visible dans les cas français, britannique ou américain, qu’il s’agisse des populismes de droite ou de gauche. Mais la dynamique populiste est plus complexe, dans son contenu idéologique, ne serait-ce que sur les questions économiques. Le cas allemand est assez révélateur à cet égard puisque l’AfD qui prospère au sein des couches sociales les plus pauvres, en particulier à l’Est, s’inscrit, sur le plan économique, dans une approche très proche de celle des partis traditionnels, qui ne semble guère favorable aux couches populaires.

Plus généralement, les Etats s’orientent depuis quatre décennies vers une forme de vide politique, fondé notamment sur la croyance superstitieuse dans le caractère organisateur des plateformes de négoce de titres financiers, en lieu de leur traditionnel accompagnement des avancées technologiques. A cet assèchement les mouvements radicaux en tous genres substituent d’autres obsessions, en général monothématiques.

En plus des populismes « traditionnels », on voit des pays ou des régions qui se targuent justement d’être plus prospère que d’autres, vouloir plutôt larguer les amarres. Christopher Lasch avait identifié ce phénomène dans La Révolte des Elites, évoquant notamment le cas de la Californie et le thème de l’orientation vers le « Pacific Rim » plutôt que vers le reste des Etats-Unis. L’exemple de la Catalogne, avec l’idée d’une indépendance de l’Espagne pour devenir une sorte de région à nu et plus prospère dans l’UE, vient de la même façon à l’esprit.

Il s’agit d’un cadre de désagrégation assez générale, que l’on ne peut pas même réduire à l’opposition entre une révolte des masses et une révolte des élites. La notion elle-même d’élite est ébranlée, rongée par la révolution bureaucratique, managériale qui recouvre les processus productifs et créatifs, malgré la généralisation des discours à prétention futuriste.

Edouard Husson Göran Therborn dresse un tableau très complet de la montée des inégalités dans le monde. Il rend compte d’un mouvement de balancier: l’Amérique latine est devenue plus égalitaire qu’auparavant alors que l’Europe, continent par excellence des classes moyennes dans la seconde moitié du XXè siècle, connaît une croissance des inégalités. L’Afrique du Sud a troqué l’apartheid contre une des plus forts indices d’inégalité au monde. En fait le tournant a été pris il y a presque un demi-siècle: sous l’effet conjugué du libre-échangisme et du règne de l’étalon-dollar. Progressivement le dogme néo-libéral a remplacé le dogme keynésien. Les gouvernements du monde se sont - à quelques exceptions près - ralliés à cette politique. 

Et Therborn est capable d’en mesurer l’ampleur parce que le phénomène est devenu universel. Mais en fait, il ne tient pas compte du fait que le tournant suivant a déjà été pris. C’est encore balbutiant mais le Brexit et l’élection de Donald Trump ont sonné le glas du néo-libéralisme. Ils annoncent un retour à la priorité donnée à la nation sur la classe: il s’agit d’un mouvement de fond, qui va couvrir, sans doute, une période de quatre à cinq décennies. A vrai dire, le tournant a été pris à la fin de la décennie précédente, suite à la crise financière qui éclate en 2008. Pour être plus précis encore, 2007 est marquée non seulement par la crise des subprimes, qui démarre en août, mais aussi par l’attaque frontale de Vladimir Poutine, en févirier 2007, à l’occasion de la Conférence sur la Sécurité de Munich, contre la mondialisation amércano-centrée. On pourrait même s’amuser et dire qu’en fait c’est toujours la France qui annonce politiquement le tournant: Avant même Margaret Thatcher et Ronald Reagan, Giscard avait théorisé la mondialisation. Et en 2007, l’élection de Nicolas Sarkozy est une première manifestation du retour de la nation. La nouvelle vague devrait durer jusqu’au milieu du XXIè siècle.  Ses effets sociaux, c’est-à-dire, une réduction progressive des inégalités se feront sentir véritablement d’ici une vingtaine d’années. 

Quelles sont les causes d'une telle situation ? Faut-il y voir un retour d'une société des rentiers ? 

Rémi Bourgeot Avant la crise financière, des économistes de tous bords expliquaient que le problème des classes populaires résidait dans leur perception de ne pas jouir des fruits de la prospérité associée à la mondialisation, et non de leur situation réelle. L’aggravation des inégalités depuis la crise, et surtout la relégation économique, dans de nombreux pays comme la France, de toute une génération, a invalidé cette approche. Le processus de dissociation géographique entre consommation, conception et production fait qu’une proportion toujours croissante d’individus dans les sociétés développés n’est plus réellement arrimée au cours de l’économie nationale. En réalité, ce qu’on désigne dans le monde politique par ce mot, « économie », a même, d’une certaine façon, changé de nature avec la focalisation non pas tant sur les services en tant que tels, que sur une catégorie de services spécifiques, à faible valeur ajoutée, et surtout déconnectés de l’activité productive. C’est le cadre intellectuel des « réformes » qui monopolise le monde politique, dans un sens ou dans l’autre, et qui relève souvent d’une agitation dérisoire. La réduction du chômage à une question d’incitations et de contrôles en est un exemple.

Les dirigeants des pays développés, en particulier en Europe, ont tendance, aussi « startup-friendly » qu’ils cherchent à paraître, à s’enfermer dans un cadre (étranger à la réalité des options offertes par les avancées technologiques) qui était autrefois associé au sous-développement chronique.

On ne peut traiter la question des inégalités indépendamment de celle de la stratégie de croissance des pays. Cette relation opère dans les deux sens. Il est impossible de réduire significativement les inégalités sans réintégrer les couches sociales reléguées dans le cadre productif ; ce qui soulève évidemment la question de la localisation productive et du développement de nouveaux secteurs. Réciproquement, le modèle de croissance des pays développés, mais en réalité aussi des pays qui ont émergé au cours des trois dernières décennies, est enfermé dans une logique d’atonie de la productivité. Ce problème nécessite également une réintégration des différentes étapes du processus économique, de la conception à la production, comme de nombreux chefs d’entreprise en font le constat, notamment en Allemagne après deux décennies d’off-shoring intensif.

La question n’est donc pas que celle des classes populaires mais aussi de la redéfinition des élites, dont les composantes créatives ont été reléguées au profit d’une classe bureaucratique. La vision marxiste de Therborn a un certain intérêt théorique en ce qu’elle identifie le lien entre la structuration sociale et la mondialisation, mais elle est en décalage avec la réalité et la profondeur du problème. Et l’on peut dire que ce problème des pays développés est aujourd’hui en train de devenir plus généralement le problème du reste de l’humanité, qui a adopté ce modèle mondialisé, bureaucratique, plutôt que le capitalisme à vocation technologique dont est née historiquement la prospérité occidentale. Les processus d’optimisation géographique (qu’il s’agisse d’off-shoring industriel ou de montages fiscaux internationaux) contredisent la logique même du capitalisme productif, qui repose nécessairement sur une forme ou une autre d’intégration des strates économiques et sociales.

Edouard HussonLà encore, il faut remonter plusieurs décennies en arrière et même beaucoup plus loin: depuis les années 1820 et l’abolition du régime de bimétallisme or/argent au profit du seul étalon-or, le manque de liquidités était revenu régulièrement hanter le capitalisme. Contrairement à ce que pensait Marx, les crises du XIXè siècle, qu’il a tenté d’analyser le premier, n’étaient pas d’abord des crises de surproduction mais de rareté monétaire: l’or est une monnaie d’épargnants et de transactions de grandes distance; la disparition de l’argent-métal, si utile à la vie économique de proximité, n’était pas compensée par la création de monnaie-papier. Le système de l’étalon-or est profondément ébranlé par les deux guerres mondiales. C’est Richard Nixon qui lui porte le coup de grâce en détachant le dollar de l’or et en proposant au monde de fournir les besoins en liquidité de l’économie mondiale.

Après l’ajustement des années 1970, les Etats-Unis réussissent cette gageure de fabriquer les dollars dont a besoin l’économie mondiale (et de s’endetter à proportion) sans pour autant provoquer de l’hyperinflation aux Etats-Unis. Je me souviens d’une interview, en 2004 ou 2005, où Stanley Fischer l’expliquait sans sourciller: pour éviter que la création monétaire aille dans la poche des salariés américains et fasse entrer le pays dans la spirale de l’inflation, il y avait le contrepoids de la mondialisation: l’ouvrier américain ne protestait pas contre la compression salariale car il savait que son usine pouvait être délocalisée à tout moment. Les milliards de milliards fabriqués pendant un demi-siècle ont alimenté les marchés financiers, l’immobilier, le sport professionnel, l’industrie de la défense américaine; mais c’est la même création monétaire qui a permis la transformation de la Chine en atelier du monde. La mondialisation américano-centrée n’a pas produit qu’une nouvelle classe de rentiers « hyperriches ». Elle a aussi vu l’émergence d’une nouvelle vague d’entrepreneuriat à l’échelle mondiale. 

Dans un cadre démocratique qui ne peut tolérer une majorité de "perdants du système", cette tendance n'est elle pas une promesse de chaos ? 

Rémi BourgeotL’enjeu est effectivement celui de la préservation du cadre démocratique et il est impératif, à cet égard, de retrouver la voie d’un modèle soutenable, d’un point de vue sociale et technologique. Le modèle actuel souffre de telles failles, dont témoignent les crises à répétition et la stagnation aussi bien de la productivité que des salaires, qu’il est insuffisant de ne s’intéresser qu’à la question sociale ou des inégalités comme s’il s’agissait d’un problème statique. Il doit s’agir d’une remise en question beaucoup plus profonde des conditions d’avancées des sociétés démocratiques sur le plan économique. Un certain nombre d’évolutions technologiques actuelles permettent notamment de redéfinir en profondeur la notion de compétitivité en s’éloignant du nivellement par le bas salarial.
Les évolutions technologiques liés au numérique, ces dernières décennies, ont accouché de gains de productivité très limités qui révèlent le gâchis causé par l’éclatement productif. Les évolutions liées à la robotique, à l’impression 3D et à l’intelligence artificielle peuvent redéfinir la place du travail. Elles peuvent également produire le résultat inverse si elles se déploient dans un cadre d’éclatement productif, dans une logique d’allocation « d’actifs productifs » sans compréhension des véritables mécanismes de création de valeur. La préservation de la démocratie nécessite un effort intellectuel majeur qui place au centre du débat les déterminants réels du développement.
Edouard HussonLa faiblesse de l’article de Therborn se trouve à la fin. Il sent bien la révolte des classes ouvrières et des classes moyennes mais il se refuse à compter le populisme de droite dans le réveil démocratique. Pourtant l’aspiration démocratique n’est pas toujours un phénomène de gauche! Elle repose sur l’aspiration à l’égalité au sein d’une société. Elle peut copnnaître des formes de gauche ou de droite. Dans son dernier ouvrage, « Où en sommes-nous? », Emmanuel Todd montre bien comment le renouveau démocratique, aux Etats-Unis, passe toujours par une phase de fermeture, de xénophobie, avant de se rouvrir à des courants plus universalistes. Il fait le pari que le trumpisme sera suivi par une poussée démocratique au centre ou à gauche.
A vrai dire, les premières révoltes de « perdants du système » se situent dès les années 1980. Ainsi le monde ouvrier français est-il passé au Front National. On oublie trop qu’à la même époque le parti des « Repuiblikaner » faisait une percée en Allemagne de l’Ouest. La réunification a permis d’absorber cette première poussée populiste. Therborn, redisons-le, décrit un phénomène qui est en train de s’essouffler. Regardez l’instinct très sûr de ce 0,1% les plus riches, aux Etats-Unis, qui, comme le rappelle très opportunément Therborn, sont le vivier dans lequel se recrutent les parlementaires américains: ils font une fixation sur la Russie car ils sentent qu’elle est le fer de lance d’un retour aux nations. Evidemment, l’inversion des tendances signifie crises et tensions dans les sociétés concernées et peut faire monter les tensions entre nations. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !