L'avenir de l'Europe passe par une industrie lourde et compétitive | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
L'avenir de l'Europe passe par 
une industrie lourde et compétitive
©

Désindustrialisation de l'Europe

L'avenir de l'Europe passe par une industrie lourde et compétitive

La désindustrialisation de l'Europe l'a fragilisée dans sa production économique et son indépendance militaire. Le Conseil économique de la Défense apporte son éclairage dans un livre "Un monde sans Europe ?". Extraits (1/2).

Christophe Jaffrelot

Christophe Jaffrelot

Christophe Jaffrelot est le directeur du CERI (Centre d'études et de recherches internationales).

Voir la bio »

Nous l’avions souligné dans nos deux précédents ouvrages (Défendre la France et l’Europe en 2007 ; Eurodéfense, pour une relance d’une Europe de la défense en 2009), aucune puissance montante ou dominante, non plus qu’aucun pays ayant simplement l’ambition d’assurer sa défense et sa sécurité, ne peut le faire sans une industrie. Cela implique : les forces intellectuelles nécessaires pour concevoir un plan produits et développer les technologies ; les moyens économiques et financiers nécessaires pour créer, organiser et développer l’outil industriel puis assurer sa maintenance ; pour des pays de taille moyenne comme les pays européens, l’engagement d’investissements internationaux et la réalisation d’exportations.

Les dirigeants opérationnels de la défense et de la sécurité ont longtemps considéré l’industrie comme une entreprise devant leur fournir les meilleurs produits au meilleur prix et dans les meilleurs délais. Les dirigeants politiques et administratifs, notamment au niveau local, y voyaient surtout une activité économique créatrice de revenus et d’emplois. L’histoire économique et militaire a montré qu’un pays ne peut prétendre à la puissance ou à la défense sans disposer d’une industrie de souveraineté. Si l’autonomie de décision d’un État est fonction de son pouvoir de décider et d’agir de façon libre et déterminée, sinon indépendante, sur le plan national et international, les industries de souveraineté peuvent se définir comme l’outil permettant à un État de disposer des moyens nécessaires pour réaliser et atteindre ses objectifs. Elles sont garantes de son autorité, voire de son identité.

Elles couvrent évidemment en premier lieu les secteurs régaliens traditionnels de la défense, y compris pour notre pays la dissuasion nucléaire, qui, depuis les décisions du fondateur de la Cinquième République, est un élément clé de l’« assurance vie de la nation ». Mais elles ont une assise plus large, dépassant les équipements de défense et de sécurité. Nous nous sommes toujours opposés à la distinction entre industries civiles et industries militaires. Les technologies communes servent la même finalité. Les entreprises fortes et compétitives ne distinguent, et encore pas toujours, les productions militaire et civile que dans certaines usines de fabrication ou certains bureaux d’études spécialisés.

Les nouvelles puissances, affirmées ou émergentes, ont bien compris le caractère souverain de certaines industries comme condition de leur développement et de leur accès au rang de puissance. Pour les Chinois, les Indiens, les Brésiliens ou les Russes, il n’y a pas une industrie aéronautique civile et une industrie aéronautique militaire, mais une industrie aéronautique et même une industrie aérospatiale.

Alors que certains « modernistes » de la mondialisation voyaient l’avenir des pays occidentaux dans les activités de services et que, selon eux, les puissances montantes étaient seules capables de productions industrielles compétitives, la crise économique et financière des trois dernières années a rappelé combien l’activité industrielle était indispensable à la croissance économique et à l’emploi. Les nouveaux pays industriels ont dépassé la crise rapidement et ont retrouvé des taux de croissance élevés. Au sein même de l’Union européenne, les pays qui ont le plus souffert de la crise ont été les « désindustrialisés » (Royaume-Uni et Espagne) et ceux qui ont moins mal résisté ont été ceux qui avaient sauvegardé une base industrielle (Allemagne, pays nordiques, Italie et France).

Les industries de souveraineté sont créatrices de richesse et d’emploi durable sur le territoire national. Celles qui servent la défense et la sécurité couvrent les principaux secteurs suivants : aéronautique, armement, espace, électronique, informatique, nucléaire, transport et sécurité. En Europe, le secteur de la défense et de la sécurité stricto sensu représentait en 2009 plus de 690 000 emplois (dont 300 000 emplois directs hautement qualifiés et moins délocalisables que d’autres) et un chiffre d’affaires annuel de l’ordre de 154 milliards d’euros, contribuant à hauteur de 3,4 % aux exportations européennes et dégageant un surplus commercial de 35 milliards d’euros (alors que le déficit commercial de l’Union européenne s’élève à 35,5 milliards d’euros).

Ces industries de haute technologie irriguent le tissu industriel du pays bien au-delà du développement et de la fourniture d’équipements, matériels et services propres à la défense et à la sécurité puisque les technologies développées ont indifféremment des applications civiles et militaires. Aucun pays européen ne pouvant compter sur ses seules compétences nationales pour asseoir son industrie, la développer et en exporter les produits, les industries de souveraineté ont donné des exemples remarquables de coopérations solides et efficaces. Quant aux cas d’échec et de mésentente qui jalonnent l’histoire aéronautique et spatiale depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale [...], ils sont utiles pour éviter des écueils dans de nouvelles entreprises.

Poursuivant des objectifs différents, les politiques d’équipements de défense des 27 pays européens s’avèrent divergentes. Certains États développent des équipements visant à la seule défense du territoire, d’autres des équipements capables également de soutenir une intervention extérieure d’envergure. Certains mettent en place une politique d’acquisition fondée sur les achats « sur étagère », éventuellement assortie de compensations, tandis que d’autres s’efforcent de développer une capacité industrielle autonome. L’Europe souffre aussi de fortes duplications de ses capacités industrielles, alors que la plupart des industriels peinent à maintenir la compétition avec les acteurs industriels de défense outre-Atlantique et, à terme, des nouvelles puissances, affirmées ou émergentes. Enfin, le marché européen reste ouvert à la concurrence extra-européenne, sans réciprocité effective.

Christophe Jaffrelot

Philippe Esper

Christian de Boissieu

Pierre Delvolvé

___________________________________________________

Extrait de Un monde sans Europe ?, Fayard Conseil Économique de la Défense (2011)

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !