Hubble détecte un changement dans la vitesse d’expansion de l’univers que les physiciens ne savent pas expliquer | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Le télescope Hubble
Le télescope Hubble
©Le télescope Hubble

Espace

Hubble détecte un changement dans la vitesse d’expansion de l’univers que les physiciens ne savent pas expliquer

Les données du télescope spatial Hubble ont montré qu'il existe un énorme écart entre le taux d'expansion actuel de l'univers par rapport au taux juste après le Big Bang.

Anna Alter

Anna Alter

Anna Alter est journaliste et écrivain. Docteur en astrophysique, elle a été journaliste à Science et Vie, à l'Evènement du jeudi, grand reporter à Marianne et rédactrice en chef adjointe de La Recherche. 

Voir la bio »

Atlantico : Lancé il y a 32 ans, le télescope Hubble observe depuis son orbite terrestre basse l’univers pour les chercheurs de notre planète. Et une question les tourmente : à quelle vitesse notre univers se développe-t-il ? Grâce à Hubble, ils ont pu avoir des mesures de plus en plus précises de ce taux d’expansion, mais ils ont trouvé « quelque chose d’étrange » dans ce développement. D’où vient l’étonnement des chercheurs à partir des données de Hubble ? Qu'à permis de découvrir Hubble ?

Ana Alter : Les moissons du ciel effectuées grâce au télescope Hubble qui a ratissé tous les recoins de l’Univers, sont extrêmement riches. Se soustrayant aux aléas de l’atmosphère terrestre dont les turbulences incessantes brouillent les images de la voûte d’étoiles obtenues du sol, l’engin spatial a pu voir des choses inédites tout au bout du monde visible. Or plus on regarde loin, plus on remonte le temps, plus on se rapproche des débuts chaotiques de l’Univers. On parvient même à entrevoir ce qui s’est produit très peu de temps après le Big bang. Là bas, tout là bas, à croire les observations du vieux télescope volant qui a fêté le 24 avril dernier ses 32 ans de mise en orbite, il se passe des trucs bizarres qui ne peuvent être expliqués par la physique actuelle, d’après la NASA.  Les données de plus en plus précises engrangées en une bonne trentaine d’années de service ont permis de prendre le pouls de l’Univers et ont révélé un énorme écart entre son taux d'expansion actuel et son taux d’expansion après le Big Bang, autrement dit sa vitesse de dilatation est anormalement accélérée juste après l’explosion originelle. Pour quelle raison ? Mystère.  

À Lire Aussi

Expansion de l’univers : physiciens et cosmologistes relancent la bataille sur l’existence ou non de l’énergie noire


Les découvertes faites à partir de Hubble remettent-elles en cause certaines thèses des scientifiques sur le développement de l’Univers ?

Grâce aux informations récoltées par Hubble on a été en mesure d’avoir des indications sur le comportement des objets célestes très, très lointains qui venaient à peine de se former.  On a pu ainsi identifier quelque 40 « marqueurs » d'espace et de temps, lesquels comme des bornes sur le bord de l’autoroute donnent une idée de la vitesse d'expansion de l'univers qui s’avère  beaucoup plus rapide que prévue. On dirait même que plus les mesures deviennent précises, plus elles indiquent que "quelque chose d’étrange" se passe au fin fond de l’Univers. La cause réelle de cet écart reste à trouver. Peut-être que la différence est due à une physique inconnue qui reste à écrire soutiennent, certains experts…D’autres parlent d’une énergie noire qui pousserait l’Univers à accélérer son allure à ses début. Le problème est d’autant plus excitant que son âge en dépend… 

Comment Hubble arrive-t-il à recueillir de telles informations ? Le nouveau télescope James Webb pourra-t-il être plus précis ?

Hubble au départ était mal parti. Arrivé sur orbite on s’était aperçu qu’il ne voyait pas clair, ce qui était embêtant pour un engin censé reculer les frontières de l’Univers au point de voir le doigt de Dieu, avait affirmé un de ses promoteurs devant le Congrès pour faire voter le budget.  En fait son miroir avait été parfaitement taillé, au micron près, mais suivant une mauvaise forme ce qui le rendait myope comme une taupe. Il a fallu monter en navette lui poser des lentilles pour corriger sa vue, ce qui fut fait en 1993. Depuis deux autres missions, l’une d’entretien, l’autre pour lui remplacer les gyroscopes, l’ont rendu hyper efficace, stable et capable non seulement de voir loin mais aussi de prendre des mesures très précises, ce pourquoi il avait été construit avec les meilleures techniques de l’époque.. Seulement sa technologie commence à dater, et les astrophysiciens placent leurs espoirs dans le nouveau télescope spatial James Webb qui pour l’heure s’entraîne à suivre des objets proches. Expédié dans l’espace en 2021, le jour de Noel, ce joujou à 10 milliards de dollars est un véritable cadeau avec son miroir mosaïque qui une fois déployé fait 6 mètres 50 de diamètre. A 1,5 million de kilomètres de la Terre, il se tient au point de Lagrange presque prêt à élargir l’échantillon des astres étudiés, approfondir les connaissances de l’Univers, voir plus loin et plus clair dans notre histoire cosmique.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !