Egalité des sexes ? Les hommes ne sont plus les maillons faibles de l'espérance de vie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
La moyenne d'âge est de 74,4 ans pour les hommes, et de 80 ans pour les femmes.
La moyenne d'âge est de 74,4 ans pour les hommes, et de 80 ans pour les femmes.
©Reuters

Sexe fort

Egalité des sexes ? Les hommes ne sont plus les maillons faibles de l'espérance de vie

Les hommes ont longtemps été à la traîne derrière les femmes au niveau de l'espérance de vie, distancés parfois jusqu'à une dizaine d'années. Une étude américaine montre qu'ils rattrapent leur retard. Entre 1989 et 2009, leur espérance de vie à grimpé de 4,6 ans, contre 2,7 ans pour les femmes.

France Meslé

France Meslé

France Meslé est démographe à l'INED.

Elle a plusieurs domaines de recherche parmi lesquels la mortalité dans le monde, et les causes de décès et leurs évolutions sur de longues périodes.

France Meslé collabore avec les revues Populations et Sociétés et la Revue Européenne de Démographie

Voir la bio »

Atlantico : Pendant longtemps les hommes ont été les maillons faibles de l'espérance de vie, mourant en moyenne une dizaine d'années avant leurs compagnes. Aujourd'hui, l'écart s'est réduit à six ans (74,4 ans pour les hommes, 80 pour les femmes). Comment expliquer ce rattrapage de l’espérance de vie masculine sur les femmes?

France Meslé : Pendant longtemps, l’écart entre l’espérance de vie des hommes et des femmes a été très grand. Le maximum à été atteint au début des années 80 pour la France, il y avait plus de huit ans d’écart. Puis, pendant une dizaine d’années, il y a eu une stabilisation avant qu’un redémarrage ne s’opère durant la dernière décennie du 20ème siècle et confirme un rattrapage des hommes. 

En effet, ceux-ci – avec un peu de retard – imitent les femmes. Auparavant, la raison d’un écart si important venait d’une différence de consommation de tabac : les hommes ont longtemps été de gros consommateurs. Désormais la tendance s’inverse. Ils sont aussi un peu moins concernés par les maladies cardio-vasculaires, car sur ce point, ils ont longtemps été en retard.

Cependant, en termes d’état de santé, on peut émettre une nuance car beaucoup de pathologies invalidantes mêmes si elles ne sont pas létales – du type des troubles musculo-squelettiques, l’arthrose - touchent les femmes. Ainsi en termes d’espérance de vie en santé, c’est-à-dire sans souffrir de handicap important, l’avantage des femmes est beaucoup moins marqué.

Peut-on parler de changement comportemental des hommes ou des femmes ?

On observe très clairement un revirement. Les hommes prennent plus soin d’eux, influencés en partie par les campagnes de prévention des comportements à risques. Mais surtout, ils se plient de meilleure grâce au suivi médical, ils prennent soin d’eux en maintenant par exemple, une meilleure condition physique et puis de façon plus périphérique en prenant soin de leur apparence. Tout cela participe de l’entretien régulier du corps.

Cette tendance est d’ailleurs confirmée par l’apparition de plusieurs magazines qui leurs sont dédiés équivalents aux journaux féminins. Ce sont les indices d’un rapprochement positif des comportements masculins et des comportements féminins. Cependant, les femmes contribuent aussi à ce rapprochement, mais cette fois par l’adoption de comportements nocifs à l’origine masculins tel que le tabagisme.

Il faut dire que l’augmentation des comportements à risques féminins vaut surtout pour le tabac, car objectivement elles ne boivent pas plus et ne conduisent pas plus dangereusement. En revanche l’attirance pour le tabagisme a commencé avec la génération des baby-boomers, mais il semble que cette augmentation soit en train de plafonner, ce qui nous laisse penser que ces comportements s’arrêteront.

Quelles seraient les conséquences directes du rattrapage de l’espérance de vie des hommes sur les femmes ?

Pour l’instant c’est difficile à dire. La conséquence la plus visible sera une diminution des veuves, c’est-à-dire qu’à priori les couples vont rester ensemble plus longtemps. Pour le reste, il ne faut pas oublier que l’écart est encore important : selon les dernières estimations on en est à 6,7 ans de différence d’espérance de vie mais surtout il y a une inconnue sur l’évolution de cette espérance aux âges les plus élevés, car cela dépend de plus en plus des avancées médicales qui font sans arrêt baisser la mortalité au seuil de 70/75 voire plus de 80 ans. Or, dans cette tranche d’âge, les femmes restent encore les plus résistantes, les hommes semblent eux moins bien s’adapter aux pathologies du vieillissement.

Propos recueillis par Priscilla Romain

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !