Hommes, bâtiments, montagnes et continents, quand tout aura disparu : le futur extrême de la Terre en 5 échéances | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
Hommes, bâtiments, montagnes et continents, quand tout aura disparu : le futur extrême de la Terre en 5 échéances
©

Qui a éteint la lumière ?

Hommes, bâtiments, montagnes et continents, quand tout aura disparu : le futur extrême de la Terre en 5 échéances

Oubliez la crise, la politique et les guerres humaines car à l'échelle du destin de la Terre, tout cela ne représente qu'un clignement d’œil divin. C'est ce que nous montre une impressionnante timeline de l'avenir de notre planète réalisée par la BBC.

Aurélien Barrau

Aurélien Barrau

Aurélien Barrau est professeur à l’Université Joseph Fourier, membre de l’Institut Universitaire de France et chercheur au Laboratoire de Physique Subatomique et de Cosmologie du CNRS.

Il a publié en mars 2013 Big Bang et au-delà - Balade en cosmologie (Ed. Dunod) qui explique, dans un langage clair et accessible, les dernières découvertes en cosmologie, et des Univers multiples paru chez Dunod en 2014.

Voir la bio »

La cosmologie, la science de l’Univers, s’intéresse avant tout au passé. Elle cherche prioritairement à comprendre l’origine du Cosmos, à cerner le Big Bang. Il est pourtant légitime de parfois jouer le jeu de la projection dans le futur. A quoi celui-ci pourrait-il ressembler ? Commentons quelques événements marquants du futur de la Terre présentés par cette timeline :

>>> Voir ici la Timeline sur l'avenir de la Terre de la BBC <<<

1000 ans « Carbon dioxide »

Un tiers du dioxyde de carbone rejeté avant 2100 est encore présent ! Les effets climatiques engagent le très long terme. Très exactement ce que nos politiques contemporaines catastrophiques refusent de prendre en compte. Même si nous arrêtions aujourd’hui toute émission de dioxyde de carbone, la température de la Terre continuerait à augmenter pendant plusieurs centaines d’années. Ces chiffrent rappellent, avec toute la froideur du calcul scientifique, l’inconséquence sidérante de notre laxisme contemporain vis-à-vis de la question centrale et fondamentale de la destruction de l’atmosphère. Nous savons et ne tirons aucune conséquence…

25 000 ans  « Arecibo message arrives »

Le grand radio-télescope d’Arecibo a envoyé en 1974 un message dans l’espace à destination d’une éventuelle civilisation extra-terrestre. Celui-ci contient les nombres de 1 à 10, les numéros atomiques de certains éléments, les formules chimiques des sucres et de l’ADN, la structure de l’ADN et quelques dessins (très anthropocentriques). Le geste est avant tout symbolique car il est très improbable qu’il soit reçu et plus encore qu’il soit compris. Mais il marque notre intérêt pour l’existence éventuelle de la vie hors du système solaire. Compte-tenu de la vitesse finie de la lumière, il faudra 25 000 ans à ce message pour atteindre sa cible, l’amas globulaire M13.

5 000 000 d'années « men extinct »

Bien étrange conclusion qui est ici tirée ! L’humanité mène en ce moment même une extinction de masse. L’activité humaine (de la pollution directe à la suralimentation carnée) est en train de détruire une quantité peut-être sans précédent d’espèces. Selon toute vraisemblance, la fin de l’humanité se déroulera dans beaucoup moins longtemps ! Sauf changement radical et très rapide, rien ne laisse penser que l’humanité s’éteindra à une date aussi lointaine que 5 millions d’année.

1 000 000 000 d'années « Game over, man »

Notre étoile, le Soleil, est stable. Mais elle ne peut pas être parfaitement stable pendant un temps infini. Sa composition interne évolue suite au phénomène de combustions thermonucléaires et dans un milliard d’année environ elle conduira à une augmentation sensible de son éclat. Celle-ci entrainera une hausse considérable de la température sur Terre qui vaporisera les océans et éradiquera sans doute toute forme de vie éventuellement restante.

100 000 000 000 000 000 000 d'années « Earth dies »

Naturellement, la Terre aura en réalité disparu depuis fort longtemps. Sur des échelles de temps aussi gigantesques que celles-ci, seule la question du destin global de l’Univers peut être raisonnablement posée. Et il n’est pas simple d’obtenir une réponse certaine à cette question ! Il est possible que l’été « final » de l’Univers soit un gigantesque trou noir. Il est possible que ce soit au contraire un bain de rayonnement diffus. Il est également envisageable qu’il s’agisse une oscillation entre ces deux états. Sur des temps aussi long, il faut également tenir compte de phénomènes pour lesquels les probabilités sont infimes et, à dire vrai, nous n’en savons rien ! C’est une question fascinante et à ce jour ouverte. Il se peut que l’espace lui-même ne soit pas stable.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !