Harcèlement scolaire : quelques conseils pour réagir si vos enfants sont du côté des petits "tyrans" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Harcèlement scolaire : quelques conseils pour réagir si vos enfants sont du côté des petits "tyrans"
©wikipédia

Le méchant de l’histoire

Harcèlement scolaire : quelques conseils pour réagir si vos enfants sont du côté des petits "tyrans"

Il est fréquent à l'école qu'un enfant tyrannique s'amuse à harceler et à embêter les autres enfants, généralement plus jeunes et plus faibles. Cela peut être le signe d'un profond mal-être qui a pour cause de problèmes personnels qu'il faut tenter de résoudre pour éviter que l'enfant ne fasse du mal aux autres.

Pascal Anger

Pascal Anger

Pascal Anger est psychologue, psychanalyste, psychothérapeute, sexothérapeute, systémicien et médiateur familial.

Il est également chargé de cours à Paris VII. 

Il est l'auteur de Le couple et l'autre, livre publié aux éditions l'Harmattan.

Voir la bio »
  • Punir en expliquant bien les raisons. 
  • Maintenir la communication.
  • Comprendre ce qui le pousse à agir. 
  • Le mettre en contact avec sa ou ses victimes.

 

Atlantico : Il est fréquent à l'école qu'un enfant tyrannique s'amuse à harceler et à embêter les autres enfants, généralement plus jeunes et plus faibles. Comment les parents peuvent-ils donc agir si leur enfant est coupable de harcèlement scolaire ?

Pascal Anger : Les parents de l'enfant harceleur peuvent aller à la rencontre des parents de victimes pour présenter leurs excuses et les excuses de leur enfant. Ils peuvent essayer d'en parler et essayer de voir ce qui s'est passé. De comprendre les motivations de l'enfant harceleur et les raisons qui l'ont poussé à adopter une telle disposition vis-à-vis des enfants qu'il harcèle, d'en discuter également et de trouver des solutions. Par exemple, est-ce qu'il y a des problèmes familiaux ? A-t-il lui-même subi une forme de harcèlement ?

C'est intéressant pour avoir le point de vue de l'enfant harceleur et pour expliquer les gestes qu'il a eus envers les autres. Tout cela peut déboucher sur une thérapie familiale mettant en lumière les problèmes ou les crises que subit la famille, comme une séparation par exemple. Et surtout, il est nécessaire de ne pas rompre la communication avec les enfants, surtout dans le cas où le harceleur se montre méchant avec un enfant en particulier.

Les parents de l'enfant victime peuvent encourager leur enfant à pratiquer un sport de combat pour reprendre confiance en lui ou tout simplement lui apprendre à mieux se défendre.

Comment repérer lorsque son enfant se comporte comme un tyran avec les autres enfants ? Ou au contraire, lorsque son enfant en est victime ? A partir de quand peut-on parler de "harcèlement scolaire" ?

Il faut déjà que le harcèlement ait été repéré et identifié et que quelqu'un s'en soit plaint. Il peut se passer longtemps avant qu'il n'y ait une plainte autour de ce harcèlement. Parfois très longtemps. Et pendant ce temps, le/la harceleur/se aura eu le temps d'attraper plusieurs victimes. Et donc, qui va dénoncer ou se plaindre de ce harceleur ?

Ce ne sont souvent pas les victimes car bien souvent elles subissent et préfèrent ne rien dire. A un moment, une personne sortira du silence mais cela ne sortira peut-être pas toutes les autres personnes du silence.

L'enfant qui en est victime peut présenter des stigmates, ne pas avoir envie d'aller à l'école, résister ou même pleurer. Il tentera par exemple de cacher ou de défendre la personne qui le harcèle, par peur ou parce qu'il ne comprend pas que ce n'est pas normal.

On retrouve cela en sens inverse car le harceleur peut présenter des difficultés à s'intégrer dans un groupe. Il voudra sûrement être leader et se mettra à pleurer s'il ne l'est pas. Il essaiera de dénigrer ou de se montrer violent avec les autres, en expliquant c'est de leur faute par exemple. Mais lui ne se mettra pas en question, ou au contraire, il adoptera la position de victime. L'enfant harceleur est un enfant pouvant présenter plusieurs facettes, en cachant bien son jeu devant la maîtresse et en étant un petit diable avec les autres quand elle a le dos tourné.

En-dehors des sanctions parentales, que peut risquer un enfant coupable de "harcèlement scolaire" ? Qu'en est-il des parents ?

Il peut y avoir des sanctions disciplinaires, voire des renvois. Les parents sont susceptibles de devoir emmener leur enfant consulter un psychologue ou d'être convoqué par l'institution scolaire. Mais tout dépend de l'âge de l'enfant et de la gravité du harcèlement.

Dans certains cas plus graves, les parents de l'enfant harcelé peuvent porter plainte au commissariat, ce qui va découler sur autre chose.

Quelles sont les raisons qui peuvent pousser un enfant à harceler ses camarades ?

Je pense qu'il y a une certaine part de méchanceté, peut-être de la jalousie ou une envie de faire mal car l'enfant n'a peut-être pas pris conscience des notions de bien et de mal. Il est également possible que l'enfant soit sans foi ni loi et prenne du plaisir à faire mal aux autres, ce qui le pousserait à avoir un désir de harceler.

Les insécurités jouent grandement dans ce harcèlement. Le fait qu'il soit lui-même dans l'insécurité va le pousser à mettre les autres dans une situation où eux-mêmes seront insécurisés. Si l'enfant vit une situation familiale ou lui-même subit des mauvais traitements, il peut en quelque sorte avoir envie de se venger sur les autres enfants à l'école, ceux qui seront plus faibles que lui.

Propos recueillis par Thomas Gorriz

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !