Guerre en Ukraine : l’Allemagne, maillon (géopolitique) faible de l’Union européenne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Le chancelier allemand Olaf Scholz et le président ukrainien Volodymyr Zelensky lors de leur rencontre à la Conférence de Munich sur la sécurité, le 19 février 2022.
Le chancelier allemand Olaf Scholz et le président ukrainien Volodymyr Zelensky lors de leur rencontre à la Conférence de Munich sur la sécurité, le 19 février 2022.
©Sven Hoppe / POOL / AFP

Diplomatie

Guerre en Ukraine : l’Allemagne, maillon (géopolitique) faible de l’Union européenne

Les dirigeants allemands, en particulier le chancelier Olaf Scholz, semblent réticents à véritablement aider l'Ukraine, notamment via la livraison d'armes lourdes. Quelles sont les principales raisons de l'inaction de l'Allemagne ?

Benjamin Tallis

Benjamin Tallis

Le Dr Benjamin Tallis est membre du Centre de sécurité internationale de la Hertie School à Berlin et membre associé du Council on Geostrategy. Il a travaillé sur des missions de sécurité pour l'UE en Ukraine et dans les Balkans occidentaux, a conseillé de nombreux gouvernements européens et possède une vaste expérience de la recherche et de l'analyse universitaires et politiques. Il est l'auteur d'un livre à paraître sur la sécurité européenne, l'identité et la crise dans le voisinage oriental. twitter @bctallis 

Voir la bio »

Atlantico : Dans une publication sur Twitter, vous avez énuméré les principales raisons de la réticence de l'Allemagne à aider l'Ukraine, notamment en livrant des armes lourdes. Quelles sont ces raisons ? Pourquoi les considérez-vous comme inexactes ?

Benjamin Tallis : En ce qui concerne les armes lourdes, deux raisons principales sont invoquées en Allemagne pour ne pas aider davantage l'Ukraine. Il est avancé que la livraison d'armes lourdes pourrait : 1) faire de l'Allemagne une partie à la guerre et donc une cible potentielle pour la Russie ; et 2) augmenter le risque d'une confrontation directe entre la Russie et l'OTAN, qui pourrait dégénérer en "troisième guerre mondiale", voire en guerre nucléaire.

La première hypothèse est fausse, car les États peuvent fournir à d'autres États des armes pour se défendre s'ils sont attaqués et demander de l'aide, comme c'est le cas de l'Ukraine, sans être considérés comme parties à la guerre. S'inquiéter de devenir une cible peut sembler plus raisonnable. Toutefois, c'est ignorer le fait que d'autres États de l'OTAN, comme la République tchèque et la Slovaquie, ainsi que les États-Unis et le Royaume-Uni, ont pris les devants et envoyé, par exemple, des chars, de l'artillerie et des systèmes de défense aérienne à l'Ukraine sans être attaqués.

L'approche de Berlin semblait suggérer que ces autres pays pouvaient prendre le risque de devenir des cibles, mais pas l'Allemagne, même si l'appartenance à l'OTAN les oblige à considérer une attaque contre un allié comme une attaque contre tous. Cela nous amène à la deuxième raison, qui est, ostensiblement, d'éviter l'escalade. Lorsqu'il a été interrogé sur la fourniture d'armes lourdes, le chancelier Olaf Scholz a, à plusieurs reprises, orienté ses réponses vers le danger de provoquer un conflit (nucléaire) entre l'OTAN et la Russie. À première vue, cela semble prudent et raisonnable, après tout, aucune personne saine d'esprit ne souhaite un tel conflit.

À Lire Aussi

L’Allemagne, ce traître énergétique

Le problème est qu'une telle escalade est vraiment très, très improbable - et les armes lourdes livrées par d'autres n'ont pas déclenché d'escalade avec l'OTAN. L'armée de Poutine a suffisamment de mal à gérer l'Ukraine et ne serait pas en mesure d'attaquer avec succès un pays de l'OTAN si l'alliance reste soudée. L'infériorité de la Russie en matière de forces conventionnelles conduit certains analystes à affirmer qu'elle serait tentée de lancer une frappe nucléaire. Cela semble également très improbable, car les Russes savent que les États de l'OTAN, qui disposent d'une importante capacité nucléaire de "seconde frappe", riposteraient. C'est là tout l'intérêt de la destruction mutuelle assurée : elle constitue un moyen de dissuasion incroyablement puissant.

Alors pourquoi mentionner la guerre nucléaire ? Eh bien, c'est une bonne excuse pour ne pas agir et, à l'exception de l'accueil admirablement chaleureux offert aux réfugiés, le gouvernement Scholz a vraiment fait le strict minimum pour soutenir l'Ukraine. Cette approche joue sur les craintes réelles (bien qu'injustifiées) d'une grande partie de la population, qui sont ancrées dans les souvenirs de la guerre froide, et alimente ces craintes pour justifier l'inaction. Elle s'inscrit dans la stratégie de "contrôle réflexif" de Poutine, qui consiste à semer des peurs déraisonnables pour que l'Occident se dissuade de soutenir l'Ukraine et de tenir tête à la Russie. Nous ne devons pas tomber dans le panneau et laisser Poutine - ou Scholz - nous convaincre que nous n'avons aucune carte à jouer.

Quel préjudice cette position et cette rhétorique de Scholz et de son gouvernement pourraient-elles causer à la réputation et à la puissance de l'Allemagne, de l'UE et de l'OTAN ?

À Lire Aussi

Gaz russe : l’Europe face au dilemme allemand

Les dommages causés à l'Ukraine et à la vie des Ukrainiens devraient être notre principale préoccupation, mais il y a aussi d'autres dommages. Plus dangereux encore, la position de l'Allemagne suscite l'inquiétude de ses alliés. Les raisons invoquées pour ne pas en faire plus pour aider l'Ukraine (la crainte de devenir une cible et l'escalade vers une guerre nucléaire) ne changeraient pas si c'était un allié de l'OTAN qui était attaqué par la Russie (aussi improbable que cela soit). Cela est important car la dissuasion (de la Russie) et la réassurance (des alliés) dépendent toutes deux de la crédibilité et de l'engagement perçu. C'est ce qui est remis en question aujourd'hui en raison du comportement de l'Allemagne et sa politique a même été décrite comme une menace pour la sécurité européenne car, en signalant un affaiblissement de la détermination, une attaque contre l'alliance devient plutôt moins probable. 

Cette situation a été exacerbée par la manière dont certaines excuses ont été formulées. Par exemple, lorsqu'il a averti que l'Allemagne pourrait devenir une cible, le vice-chancelier Robert Habeck a également affirmé que les autres alliés de l'OTAN n'avaient pas envoyé de chars ou d'armes lourdes en Ukraine. C'était une absurdité et un véritable manque de respect envers la République tchèque, la Slovaquie, l'Estonie et d'autres pays qui sont à l'avant-garde de ce type de soutien - et c'était également trompeur pour le public allemand.

Certaines des autres excuses n'ont pas aidé non plus. Il a été affirmé à plusieurs reprises que l'Allemagne n'avait rien à envoyer, jusqu'à ce qu'il s'avère à plusieurs reprises que si - des missiles antichars aux chars antiaériens (Gepards) qui ont finalement été approuvés cette semaine. Ensuite, il y a eu les affirmations selon lesquelles il faudrait trop de temps aux Ukrainiens pour apprendre à utiliser le matériel allemand. Cela a semblé vraiment condescendant, surtout si l'on considère les réputations relatives des forces armées allemandes et ukrainiennes.

À Lire Aussi

Allemagne : l’étrange comportement de M. Scholz face à la guerre en Ukraine

Pensez-vous que ces raisons puissent être les véritables raisons de l'inaction de l'Allemagne ? ou est-il possible qu'il y ait des raisons cachées ?

Ce sont certainement les raisons invoquées, bien que l'on soupçonne souvent que certains membres de l'élite allemande, qui apprécieraient un retour rapide aux affaires courantes, considèrent la résistance étonnante et inspirante de la Russie et de l'Ukraine comme un inconvénient. D'autres "désagréments" ont également joué un rôle dans le débat, comme l'augmentation du prix de l'essence, des transports et du chauffage, même si cela semble bien mesquin comparé aux difficultés que les Ukrainiens endurent. Elle n'est pas non plus comparable à la "douleur" que l'Allemagne a exigé des autres pays dans la crise de la zone euro.

Ensuite, il y a la dépendance énergétique et l'incapacité ou le manque de volonté de l'Allemagne à agir rapidement pour arrêter le flux d'hydrocarbures russes dans un sens et l'argent européen dans l'autre. Les estimations des possibilités et des coûts d'une telle action diffèrent et sont très contestées. Aujourd'hui, il semble qu'après un démarrage lent, de réels progrès pourraient être réalisés - sur le pétrole au moins - et Habeck mérite d'être félicité pour cela, si ce n'est pour son attitude trop rigide à l'égard de l'énergie nucléaire.

Enfin, et c'est important, beaucoup de gens en Allemagne ont l'impression que leur pays a déjà suffisamment changé de politique et d'approche avec le discours de Scholz sur la "Zeitenwende" (le tournant). Le problème est que cette transformation prendra du temps pour trouver une expression significative et doit être correctement développée dans la géostratégie ainsi que dans la politique étrangère et de sécurité. Elle ne semblera réelle aux yeux des autres, en dehors de l'Allemagne, que si elle se traduit par des actions, ce qui n'a pas été le cas jusqu'à présent, si ce n'est la création d'une vaste liste de courses pour la Bundeswehr.

À Lire Aussi

Vladimir Poutine aurait-il les moyens de faire chanter le chancelier Olaf Scholz ?

En réalité, même cela ne suffira pas à compenser des années de sous-investissement. Il comblera certains trous, mais il ne changera pas encore la donne en termes de capacités. L'acquisition de F-35 est une très bonne chose, mais l'Allemagne en achète beaucoup moins (35) que la Finlande (64), dont la population est à peine supérieure à un vingtième. En outre, aucun de ces appareils n'aide l'Ukraine aujourd'hui, au moment où elle en a le plus besoin. Globalement, cela crée un fossé entre la façon dont les Allemands perçoivent ce qu'ils font et la façon dont leurs alliés de l'OTAN, et l'Ukraine, le perçoivent, ce qui rend les critiques extérieures à la fois plus probables et plus difficiles à accepter. 

Pensez-vous que la rumeur selon laquelle Poutine pourrait avoir des informations compromettantes sur Olaf Scholz soit une possibilité ? 

Non. Ce type de théories du complot peut sembler attrayant pour expliquer des politiques que nous n'approuvons pas ou que nous ne comprenons pas, mais elles sont en réalité très préjudiciables. Elles détournent l'attention des critiques réelles que nous pouvons formuler à l'aide de preuves solides et elles détournent l'attention des analystes et du public des véritables fondements d'une mauvaise politique, ce qui la rend plus difficile à contester. Elles doivent être évitées.

Ce qui est clair, c'est qu'il y avait une relation trop intime entre de nombreux politiciens allemands et le régime de Poutine. L'ancien chancelier Gerhard Schröder et ses protégés, Frank Walter Steinmeier (aujourd'hui président) et Sigmar Gabriel, en sont devenus le symbole dans le discours public. Si l'on adopte une lecture charitable, leur politique - également poursuivie par les gouvernements de la chancelière Angela Merkel - découle d'une application déformée de l'approche "Wandel durch Handel" (le changement par le commerce). En réalité, il s'agissait de tout Handel et non de Wandel - la prise avide de gains économiques sans vraiment essayer de pousser la Russie dans une direction plus libérale.

Cela trahissait également l'Ostpolitik originale et réussie du chancelier Willy Brandt, qui cherchait à catalyser le changement dans les pays de l'Est de l'Allemagne en s'engageant véritablement avec eux, plutôt que de simplement en tirer profit. Avec la Russie de Poutine, ce type d'Ostpolitik n'a pas eu de chance.

Y a-t-il un espoir de voir l'Allemagne changer de position ? Quelles pourraient être les conséquences à long terme si elle ne le fait pas ?

Oui, il y en a. L'Allemagne a commencé à en faire plus et les Gepards pourraient (et devraient) ouvrir les vannes - parce qu'ils donnent un démenti aux excuses mentionnées précédemment. La majorité écrasante au Bundestag pour l'envoi d'armes lourdes est également révélatrice. Bien que la ministre des affaires étrangères, Annalena Baerbock, ait signalé à plusieurs reprises sa volonté d'en faire plus pour soutenir l'Ukraine et tenir tête à Poutine, ce sont les parlementaires de tous les partis qui se sont fait le plus entendre. Comme ils sont responsables devant les électeurs et en contact avec eux, c'est un signe très positif. 

Des présidents de commission influents comme Michael Roth (SPD), Anton Hofreiter (Verts) et Marie-Agnes Strack Zimmerman (FDP), mais aussi des députés comme Sara Nanni (Verts), Roderich Kiesewetter et Norbert Röttgen (tous deux CDU) ont tous appelé à une augmentation des livraisons d'armes, à une ligne plus dure en matière d'énergie et à l'approbation de la candidature de l'Ukraine à l'UE. Cette dernière mesure serait un énorme coup de pouce pour les Ukrainiens, car elle offre la promesse de sauver un avenir meilleur de leur lutte héroïque - et elle serait également dans l'intérêt de l'Allemagne et de l'UE.

Ne pas saisir cette chance de changer réellement de cap aurait des conséquences négatives pour l'Ukraine, même si d'autres alliés pourraient compenser dans une certaine mesure. Mais cela serait également préjudiciable pour l'Allemagne elle-même car, tragiquement, elle est en train de brûler le capital moral qu'elle a travaillé si dur à reconstruire après la Seconde Guerre mondiale. Aujourd'hui, elle dilapide cette réputation par son soutien inadéquat à l'Ukraine - et par les autres défauts de son système, de ses élites politiques et de sa culture politique que cette crise a révélés.

Si elle ne remédie pas à cette situation, elle sèmera davantage de doutes dans l'esprit des alliés, notamment ceux d'Europe centrale et orientale, qui ont été beaucoup plus efficaces. Si cette dynamique s'aggravait, elle pourrait même en venir à remettre en question les garanties de sécurité dont l'Allemagne elle-même dépend. Plus généralement, l'Allemagne constaterait qu'une réputation en baisse rend plus difficile la conduite d'une politique étrangère efficace, quelle qu'elle soit, à un moment où les démocraties ont besoin de travailler ensemble pour défendre leurs idéaux, chez elles comme en Ukraine.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !