Faut-il envoyer ses enfants dans une école Montessori comme William et Kate avec le petit prince George? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
Faut-il envoyer ses enfants dans une école Montessori comme William et Kate avec le petit prince George?
©Reuters

La Révolution Montessori

Faut-il envoyer ses enfants dans une école Montessori comme William et Kate avec le petit prince George?

On parle de plus en plus de la méthode Montessori. Même Kate Middleton est fan. Est-ce une mode ou une tendance de fond ? Et si oui, à quoi répond-elle ?

Pascal-Emmanuel Gobry

Pascal-Emmanuel Gobry

Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.

Voir la bio »

La pédagogie Montessori : très confidentielle depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, cette méthode inventée au début du 20ème siècle semble être à la mode. Kate Middleton s'est battue pour que le petit prince George soit envoyé dans une crèche Montessori plutôt qu'être élevé par les nounous traditionnelles de la famille royale. Mais s'agit-il d'une mode, ou d'une vraie tendance de fond de la société ? Et qu'est-ce qui explique cette tendance ? Est-ce que Montessori répond à des défis cruciaux, de notre société, et de l'éducation en général ? C'est pour répondre à ces questions, et d'autres, que nous faisons une série d'article sur la pédagogie Montessori. 

Montessori : une simple mode ? 

Parlez à tous ceux qui sont impliqués dans la pédagogie Montessori, et ils seront d'accord : il y a un réel engouement. Le nombre de formations et d'événements augmentent, et avec affluence. De plus en plus d'écoles se créent. 

Nature & Découvertes a lancé depuis quelques années une ligne d'objets inspirés par Montessori. Des grandes maisons d'édition pour enfant lancent des collections orientées autour de Montessori, telles Nathan et Hatier. 

Le cas d'Hatier est intéressant : la maison d'édition propose une collection, appelée Balthazar, inspirée par les principes Montessori, qui fêtera en 2016 ses 20 ans, mais, signale Camille Cordonnier, responsable marketing de la collection, ce n'est que depuis deux ans que l'entreprise utilise Montessori dans son marketing de la collection Balthazar. 

Et cette décision est née du constat d'un vrai engouement. "Nous avons vu des étagères Montessori fleurir dans les librairies. Il y a de plus en plus de reportages à la télévision. De plus en plus d'écoles Montessori s'ouvrent, souvent avec des listes d'attentes. C'est un des termes les plus recherchés sur Amazon, et si les gens recherchent, ça montre un vrai intérêt." La gamme Balthazar a augmenté ses ventes de plus de 70% l'année dernière. 

"Balthazar marche très bien, et nous pensons que ce succès est en partie porté par Montessori", résume Camille Cordonnier. 

Montessori a parfois une réputation de méthode de "bobo", ou plus largement, de familles de classe socio-professionnelle élevée. Cette impression n'est pas fausse, mais ce n'est pas seulement le cas. Ce qui joue, c'est le système d'éducation à la française. La plupart des écoles Montessori sont hors contrat, et donc plus chères que l'enseignement privé sous contrat, et moins accessible à la plupart des parents. Il existe une poignée d'écoles Montessori sous-contrat, des écoles catholiques qui ont des classes Montessori depuis longtemps, ou qui, étant déjà sous-contrat, ont mis en place des classes Montessori. La plus ancienne d'entre elles, l'Institution Jeanne d'Arc, située à Roubaix et qui a plus de 100 élèves en classe Montessori, brasse un public de toutes classes sociales. 

L'affaire Céline Alvarez, et l'échec de l'éducation traditionnelle

Un des événements clés de la nouvelle renaissance de Montessori en France, c'est l'histoire de Céline Alvarez, cette chercheuse en éducation qui rentre dans l'Education nationale, crée une classe Montessori dans une école de ZEP, obtient des résultats formidables, dans un contexte où, au niveau national, 40% des enfants sortent de CM2 avec de graves problèmes et en réponse est...écartée et poussée à la démission. 

On remarque souvent que la Finlande caracole en tête de tous les classements sur la qualité de son éducation. La plupart des études en sciences sociales sur le "phénomène finlandais" se concentrent sur le recrutement et la rémunération des enseignants...sans signaler que la Finlande est le pays dont la pédagogie se rapproche le plus de Montessori. C'est un exemple d'un phénomène plus large : personne ne remet en question ce qui se passe à l'intérieur d'une salle de classe. Il y a des grands débats de société sur les programmes--plus de latin, moins de latin ; études de genres ou pas études de genre--mais personne ne remet en question l'idée que que la seule manière d'enseigner quelque chose est à des enfants du même âge assis à des bureaux avec des manuels. 

Pourtant, nous voyons bien autour de nous que la manière dont fonctionne l'école actuellement est problématique, et nous voyons autour de nous que le monde change. Si un chirurgien de 1915 mettait les pieds dans un bloc opératoire de 2015, il ne saurait pas par où commencer et ne comprendrait presque rien à ce qui se passe. Si un instituteur de 1915 mettait les pieds dans une salle de classe de 2015, il verrait peut être quelques différences, mais il serait dans le même cadre qu'en 1915, et il suffirait de lui mettre le bon manuel entre les mains pour qu'il puisse prendre la relève de son collègue de 1915. 

Il y a donc une attente et un besoin de changement de l'éducation. Est-ce que Montessori y répond ? 

C'est pour répondre à ces questions que nous publierons au cours des prochaines semaines des articles sur ces thèmes : 

  • Ce qui rend Montessori unique par rapport à toutes les autres méthodes d'éducation
  • Montessori : une méthode redoutablement efficace aux résultats prouvés
  • Montessori Pour Les Nuls : les bases de la méthode
  • Les mauvais postulats de l'école moderne, aujourd'hui décrédibilisés scientifiquement, que Montessori remet en question
  • Montessori, réponse aux défis de l'Education nationale au 21ème siècle
  • Montessori et le catholicisme
  • Montessori en France
  • Les faux clichés sur Montessori

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !