Euro 2021 : Didier Deschamps signe le retour de Ben, le maudit… et de tous les espoirs pour l’équipe de France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
Euro 2021 : Didier Deschamps signe le retour de Ben, le maudit… et de tous les espoirs pour l’équipe de France
©Franck FIFE / AFP

Intérêts réciproques

Euro 2021 : Didier Deschamps signe le retour de Ben, le maudit… et de tous les espoirs pour l’équipe de France

À la surprise générale, Didier Deschamps a rappelé Karim Benzema après une pénitence de plus de cinq ans. S'il y a là assurément de quoi chambouler l'équilibre d'un vestiaire et d'une équipe, il y a aussi dans cet incroyable pari de quoi faire rêver tout un pays.

Olivier Rodriguez

Olivier Rodriguez

Olivier Rodriguez est entraîneur de tennis et préparateur physique. Il a coaché des sportifs de haut niveau en tennis. 
 
Voir la bio »
Euro 2020 : C'est ce qu'on appelle régénérer un groupe ! À la surprise générale, Didier Deschamps a rappelé Karim Benzema après une pénitence de plus de cinq ans. S'il y a là assurément de quoi chambouler l'équilibre d'un vestiaire et d'une équipe, il y a aussi dans cet incroyable pari de quoi faire rêver tout un pays.
 
C'est fait, notre sélectionneur a révélé hier soir la liste des 26 joueurs qui participeront à l'Euro 2020 joué en 2021. Au cœur de cette liste, un nom ressort plus que tous les autres... beaucoup plus que tous les autres même... celui de Karim Benzema. Vous avez bien lu. Contre toute attente, le pestiféré, l'excommunié, le joueur mis au placard depuis le 8 octobre 2016 est bel et bien de retour en Équipe de France. Qu'on se le dise.
 
Le moment de stupeur passé, de nombreuses questions brûlent les lèvres : comment passe-t-on de plus de cinq ans de guerres intestines à une réconciliation de dernière minute à l'approche d'une compétition majeure ? Que faire des griefs et des doutes que le Madrilène cristallisait jusque-là ? Rentrons un peu dans les détails : L'affaire de la sextape avec Valbuena ? Sous le tapis... Les accusations à peine déguisées de racisme à l'encontre du sélectionneur ? Idem... L'équipe qui vivait soi-disant mieux sans lui (championne du monde et vice -championne d'Europe en son absence) ? Plus d'actualité... La stérilité offensive d'un attaquant resté 1222 minutes sans marquer en bleu ? Plus un problème... En un mot comme en cent, comment diantre balayer tout ça d'un revers de la main en rappelant maintenant et pas avant un joueur de 33 balais que l'on prenait grand soin d'écarter ? 

À Lire Aussi

Benzema hors-jeu : L’équipe de France, celle d’une nation une et indivisible !
Didier Deschamps pourra bien donner toutes les explications diplomatiques qu'il voudra, il sera préférable de se concentrer sur celles qu'il ne donnera pas. Pour tâcher d'espérer tout comprendre, il est une nouvelle fois nécessaire de lire entre les lignes du discours du sélectionneur en tâchant de répondre à cette question épineuse : qu'y-a-t-il derrière cette décision ? Ou devant...
Évidemment, les supporters les plus sentimentaux pourraient avoir envie de voir là un tardif mariage de raison entre deux hommes qui ont annoncé s'être longuement parlés pour aplanir leurs différents. Oui...Peut-être... Les mêmes pourraient vouloir deviner l'influence souterraine de Noël Le Graët dans ce dénouement heureux... Oui, aussi... Mais il se pourrait surtout que la réalité soit un peu moins romantique et que, par-delà ces pieuses intentions, ne président qu'une somme de calculs et une simple convergence d'intérêts... Pour le dire autrement, un rapide coup d'œil sur la situation indique que notre sélectionneur a tout simplement plus besoin que jamais de Karim Benzema et que c'est réciproque.
Du côté du sélectionneur, ce choix matérialise le doute qui le taraude à propos du reste d'un contingent offensif qui n'offre pas toutes les garanties. Il est vrai qu'entre un Griezmann qui sort d'une saison somme toute moyenne, un Dembélé qui étale encore trop souvent ses fragilités et un Giroud en cruel manque de temps de jeu, Didier Deschamps a légitimement de quoi ressentir le doute, cette toxine de l'âme. Il y a cela, et c'est déjà beaucoup, mais il y a surtout ce qu'il convient d'appeler une évidence sportive tant le Madrilène sort d'une saison tout simplement dantesque. Car si le Français porte littéralement le Réal Madrid sur ses épaules depuis le départ de Ronaldo, l'exercice en cours est celui de tous les superlatifs : avec 45 apparitions, 29 buts et 8 passes décisives dans l'un des tous meilleurs clubs du monde, son bilan est tout bonnement monstrueux. C'est ce qu'on pourrait appeler avoir le Kopa dans l'œil. À de tels niveaux, on parle de chiffres réservés aux ouvriers d'élites ou aux génies. Rien que ça. Vous pensez que cela suffit ? Détrompez-vous. Car Didier Deschamps n'est pas sans ignorer que le profil de Benzema en fait un joueur particulier. Il sait que ce joueur ne fait pas la différence en allant plus vite ou en dribblant mieux que les autres. Non. Il sait que son truc à lui, c'est la connexion qu'il entretient avec ses coéquipiers. Doté d'un QI football supérieur à la moyenne, Benzema a donc sur le terrain mille idées en plus des siennes. Deschamps sait que nous parlons là d'un vrai joueur d'équipe qui ne se contente pas de jouer avec ses partenaires mais qui les fait briller, qui les augmente. Si l'on ajoute à ces données une grande capacité de sanction, un très bon jeu de tête et une robustesse quasiment à toute épreuve, on se rend un peu mieux compte des qualités qui le rendent indispensables aux yeux de notre sélectionneur. Un sélectionneur, soit dit en passant, utilitariste au possible et qui a compris qu'en convoquant le mal-aimé, il n'avait rien à perdre et tout à gagner. En rappelant opportunément l'ex-banni, le coach se donne le beau rôle dans cette affaire et fait coup triple : Il contente la majorité non silencieuse qui réclamait à grands cris le retour d'un joueur aux performances exceptionnelles... il montre à tous sa grandeur d'âme à répétition (déjà vue avec Rabiot) et il s'épargne déjà les critiques qui pourraient s'abattre sur lui en cas d'échec. Didier Deschamps ou la martingale de rêve... Didier Deschamps ou comment ouvrir le parapluie avant même la première averse. 
Du côté du joueur, l'occasion est au moins aussi belle car Karim Benzema tient là une occasion unique de redorer son blason auprès du grand public tout en se donnant une réelle chance d'ouvrir sur le tard son palmarès en bleu. 
Ces choses étant dites, faire de la place à l'invité surprise et l'intégrer dans le onze de départ n'aura rien d'une sinécure car l'attaquant n'aura que deux petits matchs de préparation (contre le Pays de Galles et la Bulgarie) pour essayer de gagner une place que personne ne lui offrira au sein d'un effectif qui a conquis le monde sans lui. S'il en est parfaitement capable, la pression qu'il aura sur ses épaules sera tout de même considérable. 
Un mot rapide maintenant à propos du reste de la sélection... Quand vous lirez que Jules Koundé et Marcus Thuram sont les deux autres invités surprises et qu'Eduardo Camavinga n'a pas été convié, vous en saurez suffisamment pour ne pas avoir envie d'en savoir davantage tant il est évident que l'essentiel est ailleurs. Les plus vétilleux liront la liste complète en bas de page...
 
Ce matin, il flotte désormais dans l'air un truc que même les plus optimistes n'espéraient pas, le rêve devenu réalité d'une attaque constituée de Benzema, Mbappé et Griezmann. Une sorte de bouquet avant le feu d'artifice si vous préférez. Quoiqu'on en pense, le coup de tonnerre que constitue l'annonce de la sélection de Karim Benzema, ce formidable match nul à deux gagnants, va donner à tous les amoureux du football du grain à moudre et matière à fantasmer pendant des semaines. Puisque le meilleur joueur Français en activité vient de rejoindre l'équipe championne du monde en titre, tous les espoirs sont permis, même celui d'un doublé Coupe du Monde/ Championnat d'Europe historique. L'histoire n'a donc pas fini de faire parler dans les chaumières, dans les médias ou au bureau puisque nous parlons-là d'un frémissement sans précédent qui va même donner des allures d'évènement au match amical qui verra l'équipe de France affronter le Pays de Galles le 2 juin prochain. Cette déflagration est donc à même de confirmer ce que l'on sait depuis longtemps : que le foot, ce grand luxe nécessaire, est donc bien comme le sexe... Dans les deux cas, le plus grand plaisir, c'est certainement d'en parler...
 
La liste complète des 26  de Didier Deschamps, dont 15 champions du Monde : 
Les gardiens : Lloris, Mandanda, Maignan.
Les défenseurs : Varane, Kimpembé, Digne, Koundé, Pavard, Hernandez, Lenglet, Zouma, Dubois.
Les milieux : Kanté, Pogba, Tolisso, Sissoko, Rabiot, Lémar.
Les attaquants : Benzema, Mbappé, Griezmann, Giroud, Coman, Dembélé, Thuram, Ben Yedder.



En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !