Et si la droite au lieu d'être obsédée par l'immigration engageait le seul combat de civilisation qui vaille ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Valérie Pécresse, Michel Barnier et Laurent Wauquiez avant une réunion des Républicains dans le cadre de la pré-campagne pour l'élection présidentielle de 2022.
Valérie Pécresse, Michel Barnier et Laurent Wauquiez avant une réunion des Républicains dans le cadre de la pré-campagne pour l'élection présidentielle de 2022.
©Ludovic MARIN / AFP

On attend sans trop y croire

Et si la droite au lieu d'être obsédée par l'immigration engageait le seul combat de civilisation qui vaille ?

Mais pour ça, il faudrait de l'intelligence et de la lucidité.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »
C'est Eric Zemmour qui dicte le tempo de la campagne électorale. Il en fournit les principaux thèmes: l'immigration et l'islam. Les Républicains le suivent aveuglement à défaut d'avoir leur propre logiciel idéologique.
C'est à qui, de Barnier à Bertrand, dénoncera le plus fort l'immigration et l'islamisme. C'est à qui, chez les mêmes, réclamera le mieux l'expulsion des délinquants étrangers et le retour de la double peine. C'est à qui dénoncera avec le plus de vigueur l'impunité des dealers dans les cités.
Rien de tout cela n'est certes faux. Même si on exagère en prophétisant une guerre civile. On tue dans les banlieues ? Sans doute mais ils se tuent entre eux ! L'islamisme, le terrorisme ? On se bat contre et on finira par gagner !
L'autre guerre qui menace insidieusement la France est moins visible mais elle est plus dangereuse. Elle a plusieurs noms : le woksime, l'indigénisme. Et elle n'est pas le fait d'immigrés ou de descendants d'immigrés. Elle a pénétré ce qu'on appelle les "élites".
Cette idéologie mortifère est présente dans les universités, les médias, l'édition. C'était peut-être un choix il y a quelques années. C'est maintenant une obligation. Et qui ose s'en affranchir, risque gros.
On veut déboulonner les statues de Napoléon et de Colbert et c'est la France qu'on assassine. On interdit d'enseigner le roman national et c'est notre histoire qu'on tue.
Des professeurs doivent quitter leur fac ou leur lycée parce qu'ils ne sont pas dans la norme. A Sciences Po, on célèbre un hijab day. A Bordeaux, une philosophe de talent, Sylviane Agacinski, est interdite de présence car elle a dit ce qu'il ne fallait pas dire sur le voile. A l'UNEF, on organise des réunions interdites aux Blancs. Et avec l'écriture inclusive, on abime sans complexes la langue française.
Les clercs ont trahi. Ils sont des milliers qui regardent Houria Bouteldja, Rokhaya Diallo ou Assa Traoré avec les yeux de Chimène. C'est à elles qu'il faut plaire.
Leur offensive est, hélas, en passe d'être victorieuse. Cette offensive assassine la France bien plus sûrement que l'immigration. Mais qui en parle chez les Républicains ? Il faudrait pour cela qu'il y ait chez eux quelqu'un de la culture historique de Zemmour. Mais même lui n'en parle pas...

À Lire Aussi

Et Xavier Bertrand mangeât son chapeau...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !