Espérance, joie, amour, charité... petit lexique des mots catholiques qui peuvent apporter beaucoup (y compris à tous ceux qui ne le sont pas) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
La communion, c'est ce qui rassemble Dieu et les hommes.
La communion, c'est ce qui rassemble Dieu et les hommes.
©Reuters

Bon à prendre !

Espérance, joie, amour, charité... petit lexique des mots catholiques qui peuvent apporter beaucoup (y compris à tous ceux qui ne le sont pas)

Les catholiques du monde entier se retrouvent en ce dimanche de Pâques pour célébrer la résurrection de Jésus Christ. Derrière cette fête, se trouvent des mots qui peuvent être utiles à tout le monde, même à ceux qui ne partagent pas cette religion.

Bernard Lecomte

Bernard Lecomte

Ancien grand reporter à La Croix et à L'Express, ancien rédacteur en chef du Figaro Magazine, Bernard Lecomte est un des meilleurs spécialistes du Vatican. Ses livres sur le sujet font autorité, notamment sa biographie de Jean-Paul II qui fut un succès mondial. Il a publié Tous les secrets du Vatican chez Perrin. 

Voir la bio »

Atlantico : Certaines notions et certains mots sont intrinsèquement liés à la chrétienté, comme bénédiction, charité, joie ou amour. Pour autant, il semblerait que leur sens se perde peu à peu. Quel est leur sens premier ?

Bernard Lecomte : La plupart de ces mots ont un sens religieux, un sens commun, et souvent des déformations. Ce n’est pas étonnant, puisque cela fait 2 000 ans qu’on les emploie. Aucun d’eux n’a changé de sens sur cette période, mais ils ont largement eu le temps d’être déformés.

Bénédiction

« Bénédiction » signifie vouloir le bien sur quelqu’un. Dans le sens religieux, cela revient à appeler la bienveillance de Dieu sur une personne. Une personne bénie a avec elle la bienveillance de Dieu, pour mieux vivre, surmonter une crise… En ce jour de Pâques, le chef de l’Eglise catholique bénit urbi et orbi, c’est-à-dire pour la ville (Rome) et pour le monde, l’ensemble des hommes. Le pape, censé être au plus près de Dieu, appelle la bienveillance de ce dernier sur les Chrétiens et toute l’humanité.

Charité

Caritas, en latin. C’est un synonyme d’amour au sens religieux du terme. Lorsqu’on est charitable envers quelqu’un, on manifeste son amour pour cette personne. Là aussi, le mot a été déformé bien souvent. Une personne charitable aime son prochain, et quelqu’un qui pratique la charité pratique l’amour de son prochain. Dans la religion chrétienne, et c’est une de ses clés, Dieu est amour. La charité s’incarne dans Jésus Christ, qui a laissé comme principale enseignement « aimez-vous les uns les autres ». Alors bien sûr, quand on donne une aumône, on dit que l’on pratique la charité. Mais c’est simplement une application concrète de cet amour.

Joie

Pour le coup, la joie n’est pas un mot avec un sens religieux au départ. Ce terme comporte une acception religieuse en cela que c’est le fait d’être près de Dieu, au Paradis, bref, d'être sauvé. La joie de Dieu, c’est la plénitude.

La joie de Pâques, c’est lorsque le Chrétien se réjouit de la résurrection du Christ. C’est l’événement le plus joyeux de l’histoire des hommes ; Jésus est ressuscité pour les sauver.

Amour

Encore une fois, amour et charité sont synonymes. C’est le regard que porte Dieu sur les hommes. Si cet amour n’existe pas, il n’y a pas de religion. Car le fondement de la religion chrétienne, c’est que Dieu aime tellement les hommes qu’il a donné son fils pour les sauver de l’égoïsme, du péché originel. Ils retrouvent grâce à cet amour la perspective d’un avenir divin.

Paix

La paix est aussi un des buts que Dieu assigne aux hommes : il faut la trouver. L’homme, par nature, n’est pas en paix, il doit se sauver. Par son geste d’introduction dans l’histoire des hommes, Dieu donne la paix à ces derniers. A la fin de la messe ou de la confession, le prêtre dit « allez en paix », ou « allez dans la paix du Christ. »

Dans la bouche des papes, notamment les deux qui s’apprêtent à être canonisés, le mot « paix » a une acception politique. Jean XXIII notamment a fait une encyclique en 1963, c'est-à-dire le texte le plus important que puisse produire un pape, Pacem In Terris, « La paix sur la Terre. »

Communion

Ce mot dit bien les choses, mais beaucoup de personnes en ignorent le sens originel. Il montre que l’homme n’est pas seul sur Terre, grâce à Dieu. La communion, c’est ce qui rapproche. Au sens purement religieux, elle rassemble Dieu et les hommes. C’est pourquoi on communie à la messe, on reproduit le sacrifice de Jésus sur Terre avec les apôtres lors de de la Cène. Au sens purement humain, le mot désigne l’appartenance de chaque être à ce grand tout qu’est l’humanité.

Que peuvent apporter ces mots à notre société sur le plan des valeurs (y compris aux personnes qui ne sont pas catholiques) ?

La plupart de ces mots peuvent être utilisés dans une acception non religieuse, car ils sous-tendent la notion de vivre ensemble. Les hommes doivent s’organiser de manière intelligente et bienveillante pour vivre heureux.

Les valeurs évangéliques sont la foi, l’espérance et la charité. Ce sont des choses bonnes pour tout le monde, y compris les non croyants. On n’est pas tenu d’espérer le Paradis pour vivre mieux, ou de mettre une valeur divine dans la charité. Heureusement d’ailleurs, car cela voudrait dire que le bonheur du vivre ensemble serait réservé à ceux qui ont la foi. La religion chrétienne n’affirme aucunement cela. En définitive, tous ces mots n’ont qu’un seul objectif, le bonheur et la réussite de l’homme. Toutes ces valeurs ont profondément imprégné le langage des hommes, puisque, en France en particulier, la société a été totalement chrétienne, tant dans le droit que la pensée politique, ou la population.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !