Résultats du 1er tour des élections départementales : l'UMP campe sur le "ni-ni, pas l'UDI, le FN "seul gagnant" selon Marine Le Pen, Valls repart en campagne sur le terrain | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
L'abstention est à 49,82% à l'issue du premier tour
L'abstention est à 49,82% à l'issue du premier tour
©Reuters

Réactions

Résultats du 1er tour des élections départementales : l'UMP campe sur le "ni-ni, pas l'UDI, le FN "seul gagnant" selon Marine Le Pen, Valls repart en campagne sur le terrain

Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur publiés ce lundi, le parti de Nicolas Sarkozy recueille environ 30%, le FN est à 25,24. Le PS est décroché à 21,8%.

  • Le premier tour des élections départementales a eu lieu dimanche
  • selon l'Ifop, l'UMP recueille environ 29,39%. Le FN de 25,24% et le PS de 21,8%.
  • l'abstention se situe à 49,85% environ
  • La gauche est éliminée de 524 cantons au premier tour
  • Marine Le Pen a estimé que le FN était le seul gagnant du scrutin et a appelé Manuel Valls à démissionner 

21h20 : le député UMP Bernard Debré réagit sur BFMTV

20h35 : le tweet d'Alain Juppé

19h50 : Stéphane Le Foll réagit sur BFMTV

"Ces élections confirment qu'il n'y a pas à la gauche du PS une force capable de créer l'alternance" estime le ministre de l'Agriculture et porte-parole du gouvernement.

19h20 : Florian Philippot réagit sur Europe 1

18h57 : Manuel Valls en Seine-Saint-Denis

Le Premier ministre a effectué une visite remarquée dans le Seine-Saint-Denis ce lundi après-midi. Manuel Valls a appelé l'UMP et l'UDI à refuser "le ni-ni mortifère". Souriant aux côtés de Claude Bartolone, il a indiqué vouloir se battre. Son entourage a expliqué que pour Valls, il était encore possible de limiter la casse".

18h43 : "le vote FN, un vote d'adhésion" selon Marion Maréchal-Le Pen

.@Marion_M_Le_Pen : "Le vote FN est un vote d'adhésion." #BFMStory

18h28 : les éliminés sont...

Le nombre de binômes éliminés est connu : 516 pour PS, 319 pour l'UMP et 797 pour le FN. 1 592 étaient en lice pour le PS, 1 603 pour l'UMP et 1 133 binômes étaient soutenus par le Front national.

18h12 : l'Ifop était dans le vrai...

#departementales2015 L'estimation Ifop/@Fiducial correspond à moins d’un point au score réalisé les partis pic.twitter.com/q40Qolinnn

17h50 : Jamel Debbouze réagit sur BFMTV

"Les choses progressent. Le raz-de-marée que l'on attendait n'a pas eu lieu finalement. [...] On vit dans un monde où on flippe. J'ai envie de dire aux gens : arrêtez de flipper", a déclaré l'acteur. 



17h20 : Xavier Bertrand se mobilise

16h50 : ce à quoi pourrait ressembler la carte des départements le 29 mars

Projection de dimanche prochain : un raz-de-marée pour la droite ! #departementales2015pic.twitter.com/R7A54TnD88

16h32 : Valls va tenir deux meetings d'ici dimanche mais ne sait pas où

Manuel Valls hésite encore. Si le chiffre de deux meetings avant dimanche a été arrêté, le Premier ministre n'a pas encore choisi sa destination. Selon Matignon, trois départements sont en balance : les Pyrénées-Orientales, le Gard et la Charente.

16h18 : pas de débat Sarkozy/Le Pen

Ce lundi matin, Jean-Jacques Bourdin avait proposé à Marine Le Pen d'organiser un débat avec Nicolas Sarkozy. La présidente du FN avait été plutôt favorable à cette idée. Mais pas le président de l'UMP. Selon Francetvinfo, l'ex-chef de l'Etat refuse de débattre avec Marine le Pen pendant l'entre-deux-tours. 

16h00 : position figée de Nicolas Sarkozy

"Je respecte la position de l'UDI. Mais nous, nous ne voterons ni pour le FN, ni pour le PS dont nous combattons la politique" a expliqué Nicolas Sarkozy après son entretien avec Jean-Christophe Lagarde.

15h45 : Nicolas Sarkozy rencontre Jean-Christophe Lagarde

Le président de l'UMP s'est rendu dans les locaux de l'UDI ce lundi après-midi. Il a rencontré le président centriste afin de bâtir une stratégie commune pour le 2e tour. Dimanche, Jean-Christophe Lagarde avait appelé au barrage du Front national alors que Nicolas Sarkozy avait prôné le "ni-ni".

15h28 : "vous trouvez que j'ai l'air grognasse" demande Bernadette Chirac à un journaliste 


Bernadette Chirac : "Vous trouvez que j'ai l...par Europe1fr

15h17 : Roger-Gérard Schwartzenberg tance l'attitude de Nicolas Sarkozy

"Au cours de sa campagne présidentielle de 2007, Nicolas Sarkozy s'était explicitement référé à Jaurès et à Zola mais, aujourd'hui, le président de l'UMP renvoie dos à dos la gauche humaniste et l'extrême droite; Comment peut-on refuser de choisir entre ceux qui défendent les valeurs républicaines et ceux qui en sont les détracteurs ? Comment ne pas récuser le FN ?" a commenté Roger-Gérard Schwartzenberg, chef de file des députés radicaux de gauche. 

15h00 : Sarkozy va faire 3 meetings d'ici dimanche

Selon Alexandre Lemarié, journaliste du Monde, le président de l'UMP va faire 3 meetings d'ici dimanche.

Sarkozy fait 3 meetings dans l'entre-deux tours : à Asnières mardi, à Halluin mercredi et à Perpignan jeudi #departementales

14h45 : Nicolas Sarkozy mardi matin sur RTL


14h15 : le tweet de Laurent Wauquiez

13h50 : l'UMP présente dans 1 560 cantons au second tour

13h25 : EELV pas contente

"Ce qui fait la division de la gauche, c'est la ligne politique de (Manuel) Valls qui balkanise la gauche et éloigne les écologistes" a déclaré David Cormand d'EELV sur BFMTV.

13h05 : Sébastien Huyghe tacle Jean-Christophe Cambadélis

12h39 : Marion Maréchal-Le Pen jubile

12h17 : Borgel veut empêcher la victoire du FN dans le Vaucluse

"Dans le Vaucluse, je demande à la droite de mener la bataille pour empêcher le FN d'emporter le département. Le deuxième tour sera une bataille droite-gauche si la droite joue le jeu du Front Républicain" a expliqué Christophe Borgel, secrétaire national de PS en charge des élections.

11h56 : le cigare de Valls...

A LIRE AUSSI - Comment Manuel Valls a fêté le score du FN en s'allumant un cigare

11h33 : l'analyse de Martine Aubry pour le département du Nord

"L'abstention a été moins forte que prévu, mais elle a, comme partout en France où il y a des catégories populaires en déshérence, profité au Front national" a commenté la maire de Lille.

11h23 : Juliette Méadel, porte-parole du Parti Socialiste critique le "ni-ni"

Meadel : "le 'ni-ni", c'est une lâcheté coupable"par Europe1fr

11h05 : les résultats définitifs selon le ministère de l'Intérieur

UMP-UDI : 36,2%
PS-PRG-DVG : 28,66%
FN : 25,26 %
Extrême gauche : 6,16%
EELV: 2,03 %
Modem : 0,36 %

10h53 : "une claque pour le PS" selon Bruno Le Maire

Bruno Le Maire estimé qu'il s'agissait "d'une belle victoire pour le droite, une famille politique qui a le vent en poupe". Pour lui, "c'est la poursuite d'une reconquête politique qui a commencé en mars 2014 lors des élections municipales". Le député de l'Eure a aussi jugé que le PS avait subi "une claque". "Le PS va perdre dans des cantons où il n'avait pas perdu depuis le lendemain de la deuxième guerre mondiale", a-t-il indiqué.

10h41 : "Notre stratégie, c'est de s'adresser aux Français" explique Luc Chatel

"Manuel Valls a placé ce scrutin au niveau national. C'est un échec pour lui. (...) J'appelle tous les électeurs à rassembler autour du parti qui représente l'alternance, c'est à dire l'UMP et ses alliés. C'est une défaite locale pour les socialistes. Ils géraient deux tiers des départements et visiblement leur gestion n'a pas convaincu. Notre stratégie, c'est de s'adresser aux Français. Nous devons être sur le terrain des idées, des projets. " a dit Luc Chatel sur BFMTV.

10h32 : la carte des cantons gagnés par les différents partis politiques

Carte : Les listes de l'UMP en tête dans une large majorité de cantons http://t.co/UpwOXhieDi#departementales2015pic.twitter.com/xaGTkpaeXi

10h20 : Dernier résultat officiel favorable au FN

Le FN arrive en tête dans le Pas-de-Calais avec 35,6% des suffrages. La gauche est à 30,2% et l'UMP à 23,3%.

10h00 : "un revers pour la gauche" selon Olivier Faure

"Rien n’est encore inscrit, mais il est vrai que ce premier tour est un véritable revers pour la gauche. Le PS n'est pas dans le déni mais n'est pas non plus dans le défaitisme" a indiqué Olivier Faure, porte-parole du Parti socialiste, sur BFMTV. 

9h45 : Estrosi voit "une défaite de Marine Le Pen"

Christian Estrosi voit une défaite de Marine Le Pen "Ce soir (NDLR : dimanche), c'est la défaite de Marine Le Pen, mais aussi de tous ceux qui ont été trop timorés à droite vis-à-vis du Front national. Tous ces droitiers dans notre camp qui pensaient, par faiblesse, qu'il pouvait y avoir une main tendue vers une organisation d'extrême droite dont le programme est proche de l'extrême gauche et qui ne saurait en rien incarner les valeurs historiques de la France" a dit le maire de Nice.

9h30 : le PS éliminé dans 524 cantons

Alors que Manuel Valls a annoncé le chiffre de 500, Jean-Marie Le Guen l'a précisé ce lundi sur iTélé. Selon le secrétaire d'Etat, le PS et ses alliés sont éliminés dans 524 cantons. "Il y a, à peu près, 524 cantons où nous ne serons pas présents au second tour", a déclaré sur iTELE le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement. "Très souvent - la plupart du temps d'ailleurs - parce que nous étions en état de division et nous n'avons pas pu nous maintenir sur le second tour" a-t-il expliqué.

9h14 : Alain Juppé rappelle son opposition au "ni-ni"

"Le bureau politique de l'UMP a fixé sa ligne. Je la respecte. (...) Ma position n'a pas varié : pour moi, la priorité est de faire barrage au FN" a indiqué le maire de Bordeaux

8h53 : Darmanin se réjouit

"C'est un bon premier tour. (...) Que monsieur Valls arrête avec sa morale républicaine qu'il ne s'applique pas à lui-même" a dit Gérald Darmanin député UMP et proche de Nicolas Sarkozy.

8h45 : Marine Le Pen estime que "le FN est le seul gagnant de ce premier tour"

"On avait 1 sortant sur 4 000. J'avis dit que 25 élus, c'était un triomphe. Nous faisons 360 000 voix de plus qu'aux européennes, sans Paris et sans Lyon. Le FN est le seul qui augmente depuis la dernière élection. L'association UMP/UDI ne progresse pas et recule même. Quant à la gauche, elle a échoué. Il faut que Mr Valls en tire les conséquences. Le FN est le seul gagnant de ce premier tour. 

"Il était difficile de faire des pronostics car l'implantation joue. La personnalité des sortants joue aussi. Je n'ai jamais envisagé gagner un département mais cette hypothèse devient crédible dans l'Aisne et le Vaucluse. Dans ce dernier département, l'UMP disparaît de ce territoire. Dans les villes FN, le triomphe a été total. Cela veut dire que le FN l'essayer, c'est l'adopter".

8h32 : Victoire collective de l'UMP mais...

"C'est une victoire collective où Nicolas Sarkozy a joué un rôle majeur et déterminant" a estimé Brice Hortefeux sur Europe 1

8h22 : Fillon juge qu'il "faut maintenant construire un projet politique" à l'UMP

"J'avais dit que le FN ne serait pas le premier parti de France, c'est le cas. C'est l'UMP le premier parti de France et ce, depuis longtemps. Les Français votent pour une alternance. Aujourd'hui, l'UMP est le seul. Le FN a un programme ridicule. L'UMP représente l'espoir mais le programme doit changer. C'est une première étape mais l'alternance n'a de sens que si elle se traduit par des ruptures. L'espoir est incarné par ceux qui ont combattu dimanche. Nicolas Sarkozy a apaisé les choses. Il faut maintenant construire un projet politique. Mais avant cela, il faut gagner le 2eme tour. Il y a un travail collectif. 

8h05 : Stéphane Le Foll parle de 28% pour le PS et ses alliés et de "36% pour le bloc de gauche"

7h53 : "maintenant ce qui compte, c'est d'être rassemblé" lance Manuel Valls 

"Nous sommes éliminés dans environ 500 départements environ. Car il n'y a pas eu de rassemblement. Maintenant, ce qui compte c'est de se rassembler autour du candidat de gauche".

"Le combat contre le FN continue. Je ne voulais pas que le FN soit la 1ere force politique du pays. Il continue sa progression, il faut le combattre car ses solutions ruineraient notre pays. Il faut être efficace en appelant à voter pour le cabndidat républicain. Je regrette la position de Nicolas Sarkozy, c'est une faute morale et politique". 

"Ce second tour se joue dans chaque département et chaque canton. Il faut se battre et je suis convaincu qu'ils vont être engagés pour défendre les départements. Il faut encore se mobiliser. S'il n'y avait pas eu de mobilisation au premier tour, cela aurait été une défaite catastrophique". 

"Il faut être à l'écoute des citoyens. Il y a un rejet de la représentation politique dans ce pays. Il faut continuer dans cette voie, continuer notre politique dans bien des secteurs. Je veux faire la démonstrattion que l'action politique sert à quelque chose. lLes indicateurs économiques montrebnt que nous sommes sur le bon chemin même si nos concitoyens ne le voient pas forcément".

"Je vais continuer ma mission au sein de ce gouvernement. Mon autorité, je ne sais pas si elle est renforcée, mais cela me donne de la force. (...) Je me bats, continuons. Mais je suis lucide sur la réalité. Je continue mon engagement".

7h30 : François de Rugy appelle à faire barrage au FN

Pour 2è tour, il faut se rassembler autour des candidat-e-s de gauche et écologistes. Si duel #droite#FN, il fait empêcher #FN majoritaire

7h22 : "le seul vote qui défend la proximité est le FN" selon Philippot

"Un niveau historique. On a eu 8 élus au premier tour. L'implantation du FN est forte aujourd'hui. Il faut aujourd'hui se mobiliser. Il y a beaucoup de départements où on a connu un large succès. (...) On ne se fixe pas d'objectifs de départements. C'est un échec total de Manuel Valls, qui ne pourra pas le sauver. Il ne parle que du FN matin, midi et soir. Quant à l'UMP, c'est un recul par rapport aux européennes. (...) Le seul vote qui défend la proximité est le vote FN" a expliqué Florian Philippot sur RTL.

7h17 : contrairement à Sarkozy, Lagarde veut faire barrage au FN

Jean-Christophe Lagarde appelle "à faire barrage à l'extrême droite". Le président de l'UDI se différencie donc de Nicolas Sarkozy qui a appelé au "ni-ni". "Nous sommes, comme Jacques Chirac en son temps, très très clairs: il reste sur la table un bulletin républicain et nous appelons donc à faire barrage à l'extrême droite en utilisant ce bulletin républicain", a expliqué Lagarde.

7h13 : 314 triangulaires

Selon le ministère de l'Intérieur, le second tour des élections donnera lieu à 314 triangulaires. 

7h08 : en cas de duel gauche/FN

Selon une enquête Opinionway pour le quotidien L'Opinion, en cas de duel FN/PS dans un canton, 44% des sondés souhaitent que les candidats UMP/UDI "se maintiennent ou ne donnent pas de consignes", 34% qu'ils "se retirent et appellent à voter à gauche" et 20% qu'ils "se retirent et appellent à voter Front National". 2% ne se prononcent pas.

7h00 : le FN en tête dans de nombreux départements

Même s'il est moins important que prévu le Front national enregistre un nouveau succès. Il sera en effet présent au second tour des élections départementales dans près de 1100 cantons, soit plus de la moitié de la totalité des cantons, selon l'AFP. Le parti de Marine Le Pen sera présent dans 772 duels, dans 297 triangulaires et même dans une quadrangulaire. Le FN est par ailleurs arrivé en tête du premier tour dans 43 départements sur le 98 concernés. C'est dans le Var (38,90%), l'Aisne (38,76%), le Vaucluse (37,40%), le Gard (35,54%), la Haute-Marne (35,13%) et l'Oise (35,11%) que le FN a obtenu ses meilleurs scores.

Ce qu'il faut retenir de ce premier tour des départementales

L'UMP et l'UDI sont arrivées en tête du premier tour des élections départementales avec 29,2% des suffrages à l'échelle nationale. Le Front national, que plusieurs sondages donnaient en tête et qui espérait se présenter en premier parti de France, récolte 26,3% des voix selon cette estimation. Il se classe deuxième. Marine Le Pen a d'ailleurs appelé Manuel Valls à démissionner après de ce revers. Le Parti socialiste, qui dirigeait jusqu'à présent 61 des 102 départements français, arrive en effet en troisième position avec 21,4%. Selon Jean-Marie Le Guen, il pourrait être éliminé dans plus de 500 cantons. Une nouvelle claque électorale.

Tard dans la soirée, le ministère de l'Intérieur a dénombré 220 élus de droite (soit 110 binômes) au premier tour des élections départementales hors Guadeloupe, 56 pour la gauche, 8 Front national et 6 divers.

Totalisation des voix à 21h. 13 millions de bulletins dépouillés. Le Parisien) #departementales2015pic.twitter.com/FTXoy9C0B0

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !