Des scientifiques australiens développent une méthode qui permet de lutter contre les fraudes sur l’origine des vins | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
vin origine
vin origine
©JEFF PACHOUD / AFP

Traçabilité

Des scientifiques australiens développent une méthode qui permet de lutter contre les fraudes sur l’origine des vins

Ces fraudes se chiffrent en milliards dans le monde chaque année. La technologie développée par les chercheurs de l’Université d’Adélaïde permet d’identifier à 100% la provenance des vins.

Baptiste  Bochet

Baptiste Bochet

Journaliste et rédacteur spiritueux et mixologie pour La Revue du Vin de France, Excellence Rhum, Rumporter, le HuffPost, Cocktail Molotov et bien sûr le blog de Colada. 

Voir la bio »

Atlantico.fr : Pour mieux déterminer la provenance de chaque vin, un projet d’étude australien se base sur plusieurs nouveaux critères. Quels sont-ils et comment font-ils pour déterminer d’où vient le vin ?

Baptiste Bochet : Rappelons brièvement ce qui intervient dans le goût d’un vin: la ou les variété(s) de raisin (le cépage), la typicité du sol, le climat, l’année (le millésime), le producteur, la conservation (le temps). Ce sont des molécules et donc des atomes qui sont perçus par notre cerveau et associés à des saveurs/senteurs -le goût/odeur du cassis associé à un cépage, le goût de pierre à fusil, minéralité liée aux sols, etc-.

Des moyens très coûteux ont été mis en œuvre pour élaborer cette étude. On parle ici de l’utilisation d’une multitude d’outils -physique et numérique- complémentaires qui permettent d’avoir un maximum d’informations. Ces informations, quantitatives comme qualitatives, vont ensuite permettre à des analystes et à des experts du vin de vérifier beaucoup de critères dont la provenance.

Il faut savoir que ce genre d’études ne datent pas d’hier, voici une vulgarisation -réalisée par des scientifiques français- d’une étude de cet acabit sur les whiskies écossais. 

Dans notre exemple venant d’Australie, un des équipements utilisés pour cartographier le vin est bien connu des parfumeurs, il s’agit du spectromètre de masse. Les chercheurs sont même allés jusqu’à aller puiser de l’information du côté de l’ADN du raisin utilisé pour faire ces vins.

Cet outil sera-t-il efficace contre la fraude dans l’industrie viticole ? 

Sur ce type de fraude -dite de fraude à l’origine-, cet ensemble d’outils, si associé à une analyse professionnelle, est redoutable. La mise en place est fastidieuse et nécessite une base de données exhaustive d’échantillons analysés et répertoriés par des professionnels.

Une fois l’échantillon analysé, il est question de le comparer aux analyses existantes. Il faut imaginer un troupeau de moutons blancs, est-ce que le mouton analysé est blanc ou est-il d’une autre couleur…

La fraude est-elle importante dans le milieu ?

Difficile à dire, il s’agit plutôt d’anecdotes qui s’échangent entre professionnels, bien entendu ce genre de tromperies ont tendance à être rapidement étouffées… Oui, il ne faut pas effrayer le consommateur, ce qui se comprend parfaitement. Il est facile pour le consommateur de faire d’un cas isolé une généralité qui va porter préjudice à une appellation, une région, un pays. 

Comment les vignobles français se défendent-ils contre les copies de leurs millésimes à l’international ?

Au-delà des moyens techniques, il y a les moyens légaux et ce sont les interprofessions qui s’en chargent.

Le progrès technique permet à des acteurs de l’univers des vins et spiritueux de proposer des solutions pour lutter contre la fraude. Ces solutions adressent le problème des copies de bouteilles rares et extrêmement coûteuses. Parfois tellement rares qu’il peut être difficile pour un expert de les authentifier. La traçabilité sera alors la meilleure arme pour se protéger des faussaires. La prestigieuse marque écossaise de whisky Macallan colle sur ses bouteilles un autocollant hologramme avec un code unique à entrer sur leur site web pour vérifier l’authenticité.

IDealWine, acteur de la vente de vins aux enchères, a conçu récemment une solution de traçabilité. Elle se présente sous la forme d’une puce sans contact (RFID) apposée sur la capsule du vin et qui permet de récupérer de l’information sur l’historique de la bouteille achetée.

Vous pouvez retrouver Baptiste Bochet, expert français indépendant, dans ses ateliers spiritueux et cocktails intelligents en plein coeur de Paris et à distance

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !