Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Environnement
Des personnes ramassent des déchets entre les arbres dans un centre de mangrove pendant la Journée de la Terre à Denpasar sur l'île de Bali le 22 avril 2016.
Des personnes ramassent des déchets entre les arbres dans un centre de mangrove pendant la Journée de la Terre à Denpasar sur l'île de Bali le 22 avril 2016.
©SONNY TUMBELAKA / AFP

Anthropocène

Des carottes de boue révèlent que l’impact de l’Homme sur la planète aurait débuté il y a infiniment plus longtemps que ce nous pensions

Des scientifiques ont extrait des carottes de boue des profondeurs des lacs et des zones humides dans le but de remonter le temps et de comprendre l'impact que les humains ont eu sur la nature. Ces longs cylindres de terre étroitement compactés contiennent un enregistrement de ce qui a poussé exactement dans ce sol et permettent de remonter à des millénaires. L'analyse de ces carottes de boue, l'observation du pollen qui s'est déposé dans chaque couche, a permis de mieux comprendre à quel moment l'activité humaine a commencé à modifier la végétation.

Suzette Flantua

Suzette Flantua

Suzette Flantua est Chercheuse au sein du Département des sciences biologiques (BIO) et du projet HOPE de l'Université de Bergen. 

Voir la bio »
Ondřej Mottl

Ondřej Mottl

Ondřej Mottl est Chercheur postdoctoral au sein du Département des sciences biologiques (BIO) de l'Université de Bergen. 

Voir la bio »

Atlantico : Vous avez étudié l'accélération globale des taux de changement de la végétation au cours des 18 000 dernières années et suivi le premier impact de l'homme sur le monde naturel. Vous avez établi cette date à environ 4 000 ans. Quelle a été votre méthode de recherche de ces informations ? Comment êtes-vous parvenus à cette conclusion ? Pouvez-vous décrire votre expérience ?

Suzette Flantua et Ondřej Mottl : Nous avons utilisé une méthode qui quantifie les taux de changement de la végétation dans le temps, ce qui est une indication du degré des changements que la végétation subit dans le temps. Nous sommes arrivés à nos conclusions en détectant une augmentation significative de ces taux de changement et une tendance qui se poursuit jusqu'à aujourd'hui. Notre étude est basée sur un réseau de plus de 1 000 observations de pollens fossiles dans le monde entier – la plus grande compilation de ce type à ce jour. Toutes ces données sont disponibles dans une base de données paléoécologiques mondiale et ouverte appelée « NEOTOMA ».

From lakes to rates of vegetation change. Fossil pollen records offer our best insights into past rates of vegetation change. A lake, or other suitable environment, is cored to retrieve the layered sediments which usually contain pollen grains that accumulated over thousands of years. By identifying and counting the different pollen grains researchers can then reconstruct the local vegetation composition. Finally, the rate of vegetation change is estimated from the changes in pollen abundances through time. Artwork by Milan Teunissen van Manen (@MilanTvM).

À Lire Aussi

Les pays de l’OPEP disent vouloir modérer la hausse des prix du pétrole, mais faut-il les croire ?

Qu'est-ce qui peut expliquer que cette première influence de l’homme soit si ancienne ? A quel moment de l'histoire correspond-t-elle ?

Suzette Flantua et Ondřej Mottl : Il y a de très bonnes raisons de penser que les changements importants et accélérés de la végétation au cours des derniers millénaires sont dus à l'utilisation des terres par l'homme, comme l'étendue et l'intensité croissantes de l'agriculture, du pâturage et d'autres facteurs. Il s'agit d'une hypothèse de travail raisonnable car cette accélération des taux de changement de la végétation commence des milliers d'années avant le réchauffement climatique anthropique, et il n'y a pas d'autres changements climatiques mondiaux majeurs pendant cette période. Cependant, nos analyses statistiques ont été conçues pour être une analyse de détection, et non une analyse d'attribution : c'est-à-dire qu'elles ont été conçues pour détecter les changements passés mais pas pour déterminer les causes.

Votre hypothèse était que cet effet tangible était beaucoup plus récent que ce que vous avez finalement trouvé, cela signifie-t-il que l'impact humain est beaucoup plus fort que ce que l'on pensait ?

Suzette Flantua et Ondřej Mottl : C'est la grande question. Lorsque nous observons de grands changements globaux dans la végétation, il y a deux causes principales : le changement climatique ou l'impact humain. Nous sommes à peu près sûrs que le grand pic de changements dans la végétation entre 15 000 et 10 000 ans est dû aux changements climatiques mondiaux survenus à la fin de la dernière période glaciaire. Nous avons été très surpris de constater que l'accélération des taux de changement de la végétation entre 3 000 et 4 000 ans était détectable sur tous les continents, malgré des histoires très différentes en matière d'utilisation des terres et de changement climatique. Cette constatation doit être approfondie, mais elle contribue sans aucun doute à une nouvelle vague de recherches passionnantes sur la façon dont les écosystèmes ont été affectés par les premières sociétés humaines dans le monde.

À Lire Aussi

Comment la planète devient de plus en plus verte

Quelles pourraient et devraient être les implications de vos résultats sur la préservation de la nature et de la végétation ?

Suzette Flantua et Ondřej Mottl : Nous savons que la plupart des réactions des écosystèmes au changement climatique anthropique ne font que commencer. Il est donc possible que les changements de la végétation s'accélèrent encore davantage si nous ne stabilisons pas les concentrations de gaz à effet de serre et le système climatique. Troisièmement, les spécialistes de la biodiversité ont récemment signalé une accélération du renouvellement de la biodiversité dans les écosystèmes au cours des 100 dernières années, en utilisant les observations historiques des écosystèmes par les scientifiques. Notre travail suggère que ces augmentations récentes sont la partie émergée de l'iceberg, et font partie d'un processus qui a commencé il y a des milliers d'années. Il se pourrait également que notre référence d'écosystèmes "vierges" remonte plus loin dans le temps que ce que l'on pensait auparavant, en d'autres termes, ce qui est actuellement conservé pourrait déjà avoir un héritage substantiel de l'influence humaine, mais cela doit être examiné plus en détail.

En outre, nous faisons partie d'un projet appelé HUMANS ON PLANET EARTH (HOPE) qui est un grand projet de 5 ans financé par l'ERC. L'équipe HOPE effectuera une analyse beaucoup plus approfondie pour déterminer si ces augmentations des taux de changement de la végétation peuvent être attribuées à l'utilisation des terres par l'homme.  Il existe également de nombreux enregistrements fossiles supplémentaires qui ne sont pas encore inclus dans la base de données NEOTOMA, en particulier sous les tropiques, et qui aideront les scientifiques à examiner de plus près les schémas et les taux de changement de la végétation dans et entre les régions. Nous, ainsi que plusieurs autres équipes de scientifiques à travers le monde, travaillons cet été à mettre en ligne ces enregistrements dans Neotoma, afin de les rendre accessibles à tous et pouvoir effectuer davantage d'analyses au cours de cette année.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !