Décroissance : sortir de l'impasse par la pensée magique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Des billets de 20 et de 50 euros et des billets de 50 dollars.
Des billets de 20 et de 50 euros et des billets de 50 dollars.
©Denis CHARLET / AFP

Univers idéologiques

Décroissance : sortir de l'impasse par la pensée magique

La pensée magique est l'un des outils des partisans de la décroissance. Elle dissimule une forme d'impasse face à la pauvreté des habitants des pays en développement et face à la tentation de la réduction des salaires dans les pays occidentaux.

Branko Milanovic

Branko Milanovic

Branko Milanovic est chercheur de premier plan sur les questions relatives aux inégalités, notamment de revenus. Ancien économiste en chef du département de recherches économiques de la Banque mondiale, il a rejoint en juin 2014 le Graduate Center en tant que professeur présidentiel invité.

Il est également professeur au LIS Center, et l'auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels Global Inequality - A New Approach for the Age of Globalization et The Haves and the Have-Nots : A Brief and Idiosyncratic History of Global Inequality.

Voir la bio »

La difficulté de la discussion avec les décroissants vient du fait qu'eux et le reste d'entre nous vivent dans deux mondes idéologiques différents. Les décroissants vivent dans un monde de magie, où il suffit d'énumérer les noms des objectifs souhaitables pour qu'ils se réalisent d'une manière ou d'une autre. Dans ce monde, il n'est pas nécessaire de s'embarrasser de chiffres ou de faits, de compromis, de premier ou second choix ; il suffit de faire apparaître ce que l'on désire et cela se matérialisera.

Les décroissants ne sont pas des gens irrationnels. La raison pour laquelle ils sont poussés dans ce coin magique est que lorsqu'ils essaient de "faire les chiffres", ils sont conduits à une impasse. Ils ne veulent pas permettre une augmentation significative du PIB mondial parce que, même si le découplage (dont ils sont sceptiques) se produit, les émissions d'énergie seront trop élevées. Si l'on veut maintenir le PIB mondial plus ou moins tel qu'il est aujourd'hui, il faut (A) "geler" la répartition actuelle des revenus dans le monde, de sorte qu'environ 10 à 15 % de la population mondiale continue à vivre en dessous du seuil de pauvreté absolue, et la moitié de la population mondiale en dessous de 7 dollars par jour (ce qui, soit dit en passant, est nettement inférieur aux seuils de pauvreté occidentaux). Cette situation est toutefois inacceptable pour les pauvres, pour les pays pauvres et même pour les décroissants eux-mêmes.

Ils doivent donc essayer autre chose : introduire une distribution différente (B) où tous ceux qui se situent au-dessus du revenu mondial moyen actuel (16 dollars par jour) sont ramenés à cette moyenne, et où les pays et les populations pauvres peuvent, au moins pendant un certain temps, continuer à se développer jusqu'à ce qu'ils atteignent eux aussi le niveau de 16 dollars par jour. Mais le problème avec cette approche est qu'il faudrait s'engager dans une réduction massive des revenus de tous ceux qui gagnent plus de 16 $ par jour, soit pratiquement toute la population occidentale. Seuls 14% de la population des pays occidentaux vivent à un niveau de revenu inférieur à la moyenne mondiale. C'est probablement la statistique la plus importante qu'il faut garder à l'esprit. Les décroissants doivent donc convaincre 86% de la population vivant dans les pays riches que leurs revenus sont trop élevés et doivent être réduits. Ils devraient présider à des dépressions économiques pendant une dizaine d'années, puis laisser le nouveau revenu réel se maintenir à ce niveau indéfiniment. (Même cela ne résoudrait pas tout à fait le problème car, entre-temps, de nombreux pays pauvres auraient atteint le niveau de 16 $ par jour et il faudrait également les empêcher de croître davantage). Il est tout à fait évident qu'une telle proposition est un suicide politique. Les décroissants ne souhaitent donc pas l'expliciter.

Ils sont dans une impasse. Ils ne peuvent pas condamner à la pauvreté perpétuelle les habitants des pays en développement qui ne font qu'entrevoir une vie meilleure, pas plus qu'ils ne peuvent raisonnablement soutenir que les revenus de 9 Occidentaux sur 10 devraient être réduits.

Pour sortir de l'impasse, il faut s'engager dans une pensée semi-magique, puis carrément magique.

La pensée semi-magique (c'est-à-dire une pensée où l'objectif - aussi louable soit-il - n'est pas lié à des outils permettant de l'atteindre) consiste à affirmer que le PIB n'est pas une mesure correcte du bien-être, ou que de meilleurs résultats dans certains domaines peuvent être obtenus par des pays ou des populations ayant un PIB (ou des revenus) plus faible. Les deux propositions sont correctes.

Le PIB ne tient pas compte des activités non commerciales qui améliorent le bien-être. Il est, comme toute autre mesure, imparfait et unidimensionnel.  Mais s'il est imparfait sur les bords, il est globalement assez précis. Les pays plus riches sont des pays qui sont généralement mieux lotis dans presque tous les domaines, qu'il s'agisse de l'éducation, de l'espérance de vie, de la mortalité infantile, de l'emploi des femmes, etc. Et ce n'est pas tout : les personnes les plus riches sont aussi en moyenne en meilleure santé, plus instruites et plus heureuses. Le revenu permet effectivement d'acheter la santé et le bonheur. (Il ne garantit pas que vous soyez une meilleure personne ; mais c'est un autre sujet).  La mesure du revenu ou du PIB est fortement associée à des résultats positifs, que l'on compare les pays entre eux ou les personnes (au sein d'un même pays) entre elles. C'est quelque chose de tellement évident qu'il est bizarre de devoir le répéter : les gens migrent du Maroc vers la France parce que la France est un pays plus riche et qu'ils y seront mieux lotis. Les Noirs américains sont moins bien lotis que les Blancs américains dans toutes les dimensions, notamment en termes de revenus. C'est dans ce contexte que s'inscrit le mouvement Black Lives Matter, qui souhaite que les Noirs soient mieux lotis et égaux aux Blancs en termes de revenus et de santé.

Puisque cette approche échoue, l'approche suivante adoptée par les décroissants consiste à sortir des cas individuels de pays qui ont obtenu des résultats exceptionnellement bons sur certains paramètres (comme Cuba en matière de santé) et ceux qui ont obtenu des résultats exceptionnellement mauvais (comme les États-Unis en matière d'espérance de vie) et d'argumenter qu'un certain résultat souhaitable peut être atteint avec beaucoup moins d'argent. Il est en effet vrai que certains pays ou certaines personnes, malgré leur manque de revenus, ont réalisé d'excellentes choses tandis que d'autres ont utilisé leurs revenus de manière inefficace ou en les gaspillant. Mais il ne s'ensuit pas de tels exemples individuels qu'ils renversent les régularités décrites dans le paragraphe précédent. Ce que font les décroissants, c'est d'abord effectuer une régression métaphorique d'un résultat souhaitable sur le PIB ou le revenu, et lorsqu'ils observent que les deux sont étroitement corrélés, ils oublient la régression, sortent une valeur aberrante, et prétendent que cette valeur aberrante montre que la relation n'existe pas.

Cela aussi est clairement faux. L'étape suivante de la pensée semi-magique consiste donc à essayer de convaincre les gens qu'ils ont tort de poursuivre le veau d'or de la richesse et que des vies beaucoup plus modestes seraient meilleures, ou du moins sont réalisables. À cet effet, ils utilisent des paniers de biens et de services qui permettent un niveau de vie "modeste" et satisfont tous les besoins fondamentaux. Mais ils ne nous montrent pas comment ces "besoins modestes" doivent être mis en œuvre : comment les gens seront-ils obligés de ne consommer que tant et pas plus ? Dans les situations de guerre, cela se fait par le biais du rationnement. En effet, on pourrait rationner le nombre de mètres carrés de textile que chaque ménage peut acheter, introduire des coupons pour la viande et l'essence, etc. Cela a été fait à de nombreuses reprises. Mais les décroissants savent qu'une économie de guerre en temps de paix ne serait pas politiquement acceptable, alors ils se contentent de faire le calcul du panier, de montrer qu'il est compatible avec les "frontières planétaires", et d'en rester là. La façon dont nous allons faire accepter ce panier par les gens, ou le mettre en œuvre malgré leur volonté, n'est pas quelque chose qui les dérange.

Après cela vient la pensée magique ou religieuse directe. Sa première composante, dans un ascétisme rappelant les débuts de la chrétienté, consiste à souligner la vanité de toutes les acquisitions matérielles. Les gens peuvent en effet mener une vie heureuse avec beaucoup moins de "choses". Cela est vrai pour certaines personnes particulières, comme les moines chrétiens ou bouddhistes. Par exemple, Siméon le Stylite, un des premiers moines chrétiens, est réputé pour avoir vécu plusieurs décennies au sommet d'un pilier. Mais cela n'est pas vrai pour les 99,99 % de personnes qui ne sont pas attirées par la vie monastique. Et ce n'est certainement pas vrai aujourd'hui où le capitalisme, et donc à la fois la recherche incessante du profit et le système de valeurs qui place la richesse sur un piédestal, est plus dominant que jamais (voir le chapitre 5 de "Capitalisme, seul"). Si les décroissants avaient prêché l'abstinence matérielle dans l'Europe du XIIIe siècle ou dans la Byzance du Xe siècle, cela aurait peut-être eu plus d'attrait. La société commerciale, le capitalisme, les capacités numériques étaient bien moins développés qu'aujourd'hui. Mais aujourd'hui, la pertinence de la prédication morale de l'abstinence est proche de zéro.

Lorsque tous les arguments et quasi-arguments sont épuisés, les penseurs magiques passent au domaine de la rhétorique. La réflexion est désormais remplacée par des phrases toutes faites : Les vies "prospères", "florissantes" et "auto-réalisatrices" sont possibles et sont juste au coin de la rue. Tout le monde peut être plus heureux avec beaucoup moins. Nous pouvons simplement cultiver nos propres jardins. Si vous enchaînez tous les mots souhaitables, "pas d'exploitation", "salaire décent", "entreprise éthique", "autosuffisance", "prix équitable", ils prendront en quelque sorte vie d'eux-mêmes et les champs élyséens s'ouvriront devant nous. Pour tous et pour toujours.

Cet article a été initialement publié sur le site de Branko Milanovic : cliquez ICI

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !